LPGA MEDIHEAL : Boutier bien placée

C’est avec un coup de moins, que l’an passé, que ce tournoi a débuté. Trois joueuses ont rendu une carte de 67, battant du même coup le record du tournoi, après 18 trous, détenu par Lydia Ko, Jessica Korda, Su Oh, Caroline Hedwall et I.K Kim. Mais c’est aussi une française qui a retenu l’attention en signant une première journée à –4 avec l’art et la manière pour occuper la seconde position d’un tournoi bien en rythme mais qui laisse déjà, sur le carreau, quelques prétendantes, dont la tenante du titre.

Bien qu’elle ait désormais une plaque commémorative de sa dernière victoire, sur ce parcours, la néo-zélandaise Lydia Ko n’en a pas moins manqué son entrée. Et c’est l’un des faits du jour. Après avoir annoncé sa séparation avec son coach Ted Oh, la 17ème joueuse mondiale a connu une journée difficile sur un parcours qu’elle connaît pourtant très bien. Mais voilà, d’une année sur l’autre tout peut changer d’autant que le tracé est difficile, comme l’a souligné So Yeon Ryu, en interview, à plusieurs reprises, elle qui s’est montrée humble et patiente pour conquérir la tête du classement provisoire. Quatre bogey et un seul birdie, Lydia Ko a surtout eu des difficultés à s’approcher des mats et à trouver le bon tempo au putting. A sa décharge, les green sont très roulants, presque trop pour une épreuve hors Majeur. Cependant, le parcours est le même pour tout le monde et la néo-zélandaise est condamnée, demain matin, à jouer sous le Par, pour se qualifier. Déconvenue également, pour Minjee Lee, vainqueur la semaine dernière et qui fut opposée à Lydia Ko, en playoff, l’an passé. Avec un score de +4, l’australienne a surtout connu des difficultés à trouver le green depuis le fairway. Un peu comme si sa perception des perspectives était en cause. Six bogey contre deux birdie, la carte de Minjee Lee est celle des mauvais jours, celle des débutantes. Mais il y a pire comme situation. Celle que connaissent Jessica Korda, Mi Jung Hur et Sandra Gal à +7. Tout comme les françaises Céline Herbin et Joanna Klatten. Autant chacun peut comprendre les difficultés qu’éprouve la seconde, autant tout le monde en perd son latin s’agissant de la normande exilée en Espagne. Le cas Herbin intrigue d’autant plus par la récurrence des double bogey à chaque tournoi alors que la française a connu la victoire, en 2015, sur Ladies European Tour, ce qui en fait, des quatre françaises engagées sur le LPGA, la seconde ayant vécu le succès récemment. Que se passe-t-il dans la tête de Céline Herbin ? Est-ce le fait de ne pas pouvoir disposer d’un caddies sur le long terme, est-ce lié aux reconnaissances sur le parcours ? Toujours est-il que les résultats sont là, et pas les meilleurs, et que cette semaine encore elle est déjà dans une situation inextricable, pour franchir le Cut. Enfin, l’américaine Stacy Lewis pointe également sous le Cut, à +4, mais au regard du parcours sportif de l’ex numéro 1 mondiale, il y a des chances qu’elle soit capable de réagir lors du second tour.

Ryu, Van Dam et Ji en tête

C’est un leadership partagé que connaît ce tournoi. Deux sud-coréennes et une hollandaise ont fait chauffer le putter mais pas uniquement. L’étoile montante européenne du golf féminin, Anne Van Dam, quatre fois vainqueur sur le L.E.T, dont une en mars dernier, en Australie, a fait voler en éclat la plaque aussi symbolique qu’imposante, honorant le coup de Lydia Ko qui lui permit de prendre le green en 2 du Par 5 du 18. Disposant d’une frappe supérieure à bien des joueuses, d’un swing référence étudié par les spécialistes de la discipline, la néerlandaise a ridiculisé l’exploit de Lydia Ko, en plaçant un drive 30 à 40 mètres plus loin. Comme Lexi Thompson, à sa grande époque, elle a donc pu jouer coup de fer pour attaquer les green, bien qu’elle n’ait pas réussi à planter tous les mats. Heureusement, le putting est également son point fort et elle doit sa carte aux quelques ficelles qu’elle a su placer au bon moment, comme sur le Par 3 du 17. Un eagle sur le Par 4 du 8 lui offre, aussi, deux coups précieux effaçant les deux bogey de son aller (2 et 4). Souvent mentionnée comme une potentielle vainqueur sur le LPGA Tour, Anne Van Dam est peut-être dans le tournoi de la victoire. Cependant, la concurrence est là, et elle est très expérimentée et pleine de sagesse. So Yeon Ruy, qui a occupé brièvement la place de n°1 mondiale, l’année dernière, est plus mature que jamais. Capable de s’autocritiquer, de faire un bilan sur elle-même et de se projeter dans l’avenir, la sud-coréenne n’occupe pas la première place du classement, par hasard. Ce parcours, elle le connaît bien et elle sait qu’il est compliqué. C’est probablement grâce à cette vision de la situation qu’elle a sur conserver son calme et sa concentration pour se relever très vite d’un premier bogey sur le 13 avant d’aligner trois birdie (15 au 17) et d’en placer quatre autres, au retour (1, 4, 5 et 8). Un bogey sur le 9 l’empêche de terminer seule à –6, mais le job est fait pour Ryu, qui s’élancera, ce vendredi, du 1 en début d’après-midi. Enfin, l’infatigable Eun-Hee Ji est toujours là depuis le début de la saison, même s’il lui manque la régularité pour s’imposer à nouveau. Un seul bogey pour six birdie, tout est dit, ou presque. A elle de convaincre sur les tours suivants. 

Boutier nous régale

Seconde virtuelle, car classée 4ème dans le groupe des trois joueuses ayant réalisé la seconde meilleure carte du jour, la française Céline Boutier est la révélation tricolore de cette décennie, sur le LPGA Tour. Jamais, depuis dix ans, une française n’avait aussi bien joué sur le circuit mondial féminin. Victorieuse, on ne le répétera jamais assez, dès le second tournoi de l’année, elle a régulièrement joué dans le haut du classement, malgré quelques accidents de parcours, qui sont bien légitimes. Leader incontestable du clan français, c’est encore elle qui sauve l’honneur et fait briller la bannière tricolore, dans le haut d’un leaderboard. Pourtant, sa journée fut mal engagée, après avoir concédé un bogey sur son premier trou (le 10) puis un second sur le 12. Après un aller à –2, en ayant joué que des Par, Céline Boutier faisait trembler son public. Mais la française dispose des ressources mentales nécessaires au golf et à la championne. Le retour n’est qu’une succession de birdie avec seulement deux Par (1 et 4). Et le putting n’est pas la seule arme de la française. Son chipping est tout aussi magique. En témoigne cette balle rentrée de l’extérieur du green, sur le 6, pour un nouveau birdie. Quinzième lors de la dernière édition, la française semble avoir intégré ce parcours et retenue la leçon de son score total de –4. Souhaitons maintenant qu’elle conserve cette dynamique pour, sait-on jamais, décrocher un second succès en carrière, ce qui serait du jamais vu, sur le LPGA Tour, chez les tricolores, sur une même saison. La performance de Céline Boutier éclipse la 61ème position de Karine Icher, à +2, qui s’achemine, progressivement, vers une fin de carrière sur le LPGA, où toutes les quadra connaissent des passages à vide, et un futur prometteur, sur le Legends Tour, qu’elle pourra intégrer dans cinq ans. Car la française est loin d’avoir dit son dernier mot en golf et il se peut que le succès l’attende là où elle ne l’avait jamais envisagé.

Retour, sur le Lake Merced Golf Club, cette nuit, à partir de minuit, sur Golf Channel, en compagnie de Arnaud Degarne et de Emmanuel Darfour, pour suivre le second tour, qui sera décisif pour beaucoup de joueuses.

Classement provisoire

Les eagle du jour

  • Anne Van Dam : trou n°8
  • Morgan Pressel : trou n°15
  • Xiyu Lin : trou n°15
  • Mel Reid : trou n°15
  • Elizabeth Szokol : trou n°15
  • Beatriz Recari : trou n°5
  • Jenny Haglund : trou n°5
  • Carlota Ciganda : trou n°18

Les principaux trois putt

  • Jenny Shin : 3
  • Pavarisa Yoktuan : 4
  • Kristy McPherson : 3
  • Ayako Uehara : 4
  • Paula Creamer : 3
  • Anna Nordqvist : 4
  • Mi Jung Hur : 4
  • Sandra Gal : 3
  • Alana Uriel : 4