LPGA MEDIHEAL : La huitième pour Kim

Final inattendu dans ce second LPGA Mediheal où toutes les favorites se sont épuisées à faire craquer un parcours qui s’est très bien défendu, à la manière d’une épreuve majeure. Leader la veille, la sud-coréenne Sei Young Kim a lutté jusqu’au bout et c’est au terme d’un playoff qu’elle arrache la victoire. Mais que ce fut difficile.

Le tracé du Lake Merced golf club fut à la limite du cauchemar, en raison d’un tracé difficile mais aussi, d’une préparation que seul un Majeur peut revendiquer. Les green, composés d’un mélange de Poa annua et de Bentgrass n’ont pas favorisé la précisions des lignes de putt mais quand les organisateurs les préparent pour les rendre plus fermes et que les positions de drapeaux sont placées dans les endroits les plus difficiles à atteindre, alors un parcours devient redoutable à jouer. Lydia Ko, Minjee Lee, Ariya Jutanugarn, Jessica Korda et tant d’autres joueuses de notoriété du LPGA Tour se sont heurtées à cette difficulté qui fut de faire tenir la balle au plus près du mat. Il fallait donc avoir de solides capacités mentales et techniques pour rester dans la course aux points, cette semaine, et plus encore pour caracoler en haut du classement. A ce jeu, plusieurs s’y sont essayées et peu ont tenu le rythme des quatre tours. La néerlandaise Anne Van Dam a lâché prise dès le second tour tout comme la française Céline Boutier. So Yeon Ryu s’est accrochée mais a perdu pied dès la troisième journée. Minjee Lee a connu des hauts et des bas, tout comme Lexi Thompson, qui a fait preuve d’un très bon niveau de jeu. Charley Hull a remonté la pente, progressivement mais s’est écroulée dans le dernier tour, tout comme Maria Torres, Louise Ridderstrom et Ryan O’Toole qui fut victime d’une troisième journée massacrante. Toutes les joueuses l’ont dit, le parcours est très difficile et le mot clé fut «patience ». Une situation qui a demandé une importante dépense énergétique et certaines joueuses n’ont pas tenu la distance. C’est sans doute la raison pour laquelle les tempéraments les plus fougueux se sont illustrés dans ce dernier tour.

Bronte high and Law

Mais où fut la britannique Bronte Law toute la semaine ? Classée 39ème le premier jour avec une carte de 73, elle a réalisé un très bon second tour en 68 pour redescendre, le troisième jour, en 20ème position, suite à une carte de 75. Pronostiquer Bronte Law comme potentielle vainqueur relevait de l’improbable. Voire de l’impossible. Accusant un retard de 10 coups, la britannique ne pouvait mathématiquement pas reprendre la tête si l’on tenait compte d’une probable reprise de points, de la part de Sei Young Kim, dans ce dernier tour. Mais voilà, le parcours a pesé si lourdement sur le mental et la stratégie que l’impensable s’est produit. Non seulement Bronte Law a réalisé la seconde carte la plus basse de la semaine, avec Ryan O’Toole le premier jour, mais en plus, les joueuses de têtes ont perdu des coups rapidement. Après 9 trous, la britannique, qui n’a commis aucune faute, a repris deux points et s’est retrouvée à –2. Au 12ème trou, elle a aligné trois nouveaux birdie pour se placer dans le groupe de tête à –5. Et sur le 15, elle place un eagle, sans savoir que ce score de –7 qu’elle vient d’obtenir, va servir de mesure étalon au tournoi. Pourtant, Sei Young Kim, sortie à –10 du troisième tour, avec 3 coups d’avance sur Charley Hull, avait de quoi être sereine. Alors quand elle concède trois coups en deux trous, après un double bogey sur le 1 et un bogey sur le 2, tout est à refaire. Et ce score de –7, elle va le défendre tout au long de sa partie. Et toutes les joueuses font souffrir dans cette dernière journée où, comme un fait exprès, le ciel s’est couvert de nuages et la température a chuté, pour descendre à un timide 15 degrés alors que le vent s’est levé pour souffler à 18 km/h. Sur le trou n°8, S.Y Kim commet une erreur d’alignement et manque son putt pour sauver le Par. Elle sort avec un bogey pour descendre à –6. Elle ne va reprendre son point que sur le Par 5 du 14 en signant un birdie magnifique après avoir touché le mat, lors de son approche. Pendant ce temps, Charley Hull, que l’on voyait comme l’adversaire de la sud-coréenne, pour le titre, a dévissé. Après trois bogey à l’aller, la voici à –4. Quant à Bronte Law, elle est rentrée au club house, leader, et a annulé son vol de retour comprenant que quelque chose d’incroyable se joue. Perdue au milieu du classement, la britannique est remontée en haut et elle va dicter sa loi.

Playoff à trois

Leader à –7, au club house, Bronte Law apparaît, soudainement, comme une vainqueur surprise tandis que sur le parcours, les joueuses du Top 10 ne cessent de faire le yoyo entre un bogey et un birdie. Charley Hull, s’accroche et signe un eagle somptueux sur le 15. Minjee Lee, qui a elle aussi connu des difficultés, tient son rang en 3ème position, à –5. Au 12, elle concède un bogey et reprend son coup sur le 15, avec un birdie. Eun-Hee Ji est à la peine et commet des erreurs. Comme sur le 11 où elle concède trois putt en ayant fait l’aller et le retour devant le trou. La voici avec un bogey sur le 11 pour descendre à –5. L’américaine Ryann O’Toole s’est ressaisie et est revenue à –4, au terme du 11ème trou. Mais le 13 lui est fatale avec un double bogey. Malgré un birdie sur le 15, elle ne reviendra jamais à la suite des joueuses de tête, pour semer le doute. L’espagnole Azajara Munoz joue bien mais elle aussi ne parvient pas à reprendre suffisamment de coups pour se rapprocher de la tête. Et puis il y a ce green du 16, infernal, où les balles vont s’échapper à moins de 10 cm devant le trou. Sei Young Kim et Charley Hull vont en faire les frais. Un par sauvé pour la première et un bogey dévastateur pour la seconde qui est désormais hors course pour la gagne. Cheminant patiemment, il est cependant une joueuse qui revient d’un score de –2, pour inquiéter la tête du classement. Il s’agit de la rookie JeongEun Lee 6. Ne commettant aucun bogey, la jeune sud-coréenne a refait son retard, sur le 15, en signant un eagle grâce un putting hors norme, au regard des conditions de jeu. Franc et agressif, ses putt sont son arme fatale. Et sur le 18, elle signe un dernier birdie pour terminer à –7. Dès lors, le playoff est assuré et il reste à savoir si Sei Young Kim sera de la partie. Car la sud-coréenne a une main sur le trophée, au départ du 17. Seulement sa balle trouve le bunker au lieu du geen, alors que la joueuse avait choisit d’attaquer le mat. Face de club ouverte, chacun pense que cette sortie sera une formalité et que Kim s’en sortira avec un Par et qu’elle l’emportera avec un birdie, au 18, sur le score de –8. Mais elle rate totalement son coup et la balle reste figée dans le rough, en haut de la pente. Un chip et un putt plus tard, Kim est hors course, à –6 et seule un eagle sur le 18 peut encore lui permettre de l’emporter. Malgré une excellente mise en jeu, un second coup au fer 4, Sei Young Kim est à la limite du green, à une dizaine de mètres du mat. Elle s’applique et putt. La trajectoire est parfaite sauf que sur le Lake Merced golf club, ce qui est parfait au départ se termine à quelques centimètres de l’objectif. Sauvant un birdie, Sei Young Kim accède au playoff en compagnie de Bronte Law et JeongEun Lee6. Il ne faut alors qu’un seul tour de playoff à la sud-coréenne pour décrocher son 8ème succès. La mise en jeu est décisive et Kim est la seule de bien placée pour attaquer le mat. JeongEun Lee 6, trop courte au drive, doit jouer un bois et ne peut arrêter la balle sur le green. Quant à Bronte Law, trop à gauche sur la mise en jeu, elle s’est fermée l’angle pour prendre le green, qu’elle trouve en trois coups. Sei Young Kim nous rejoue le même coup, qu’au précédent 18. Une balle en position d’eagle, à 10 mètres du trou, et un putt qui, ici, va rester court. Sauf que ses adversaires vont échouer sur leur tentative de birdie et que Kim, à 80 cm du mat, est la mieux placée. Lorsque le putt tombe pour birdie, la sud-coréenne laisse échapper sa joie tout en étant soulagée d’une lourde pression. 

Une soif de victoires

Victorieuse, pour la première fois, lors du Pure Silk Bahamas, pour son second tournoi de rookie, en 2015, Sei Young Kim a rapidement acquis un statut de joueuse vedette du LPGA Tour. Car cette même année, elle récidive lors du Lotte Championship, dans le cadre d’un playoff mémorable, face à Inbee Park et elle confirme par un troisième succès, au Blue Bay, en Chine. Quatrième de la money list et sixième de la Race to CME, Kim s’impose parmi les meilleures. En 2016 elle remporte deux succès et obtient neuf Top 10. L’année suivante elle s’impose lors du Lorena Ochoa Match play et empochera le Thornberry Creek en 2018 ainsi que huit Top 10 tout en finissant seconde de l’Evian Championship. La soif de victoire de Sei Young Kim est loin d’être étanchée. C’est une battante voire une combattante, au regard de son ancienne activité sportive, le taekwondo. Et en conférence de presse, ce dimanche soir, elle a déclaré que son objectif est de conquérir trois victoires cette saison. « J’en ai une, il ne m’en reste plus que deux » a-t-elle déclaré. De quoi inquiéter ses camarades du LPGA tour. Quant à Bronte Law, elle signe son meilleur résultat en carrière et indique, clairement, qu’elle est en pleine ascension. Le spectacle est donc garantie sur le circuit mondial féminin, pour les mois et les années à venir.

Lexi Thompson renaît dans la difficulté

L’américaine que l’on sait dans une phase difficile, voir presque au creux de la vague, a démontré que dans la difficulté elle est capable de se ressaisir et de donner le meilleur d’elle-même. Clôturant ce tournoi à la 4ème place, après avoir signé une carte de 69 le troisième jour, la floridienne a fait preuve de patience et d’une belle technique pour revenir dans le haut du classement. Avec un retour vierge de bogey, Thompson a surtout montré qu’elle est capable de planter des mats, même avec des green tambours, et de rentrer des longs putt sur des green rapides aux trajectoires imprévues. En témoigne ce putt pour birdie, sur le 16, où la balle, après avoir roulé une douzaine de mètres, est venue mourir au bord du trou, avant de tomber. Bien que chahutée par les fans, les médias, Lexi Thompson peut être fier de sa prestation lors de ce LPGA Médiheal et les critiques, qui font parties du jeu, lorsque l’on est une sportive de haut niveau, se transformeront rapidement en compliments, si elle sait capitaliser sur cette 4ème place, chèrement acquise.

Par: JHCuraudeau

Classement final sur le site du LPGA