PURE SILK Championship : Law en juge de paix

C’était annoncé depuis le début du premier tour, ce tournoi promettait d’être disputé et passionnant. Il a tenu toutes ses promesses en consacrant une joueuse de 24 ans qui décroche sa première victoire en carrière après être passée très proche du succès, deux semaines auparavant.

En prenant son premier tee du dernier tour, en position de co-leader à -13, Bronte Law prenait une bonne option sur la victoire. Cependant, comme évoqué dans notre dernier article, rien n’était joué d’avance au regard d’une sérieuse adversité constituée de Nasa Hataoka, co-leader, Madelene Sagstrom, Brooke M.Henderson, Jennifer Song et une Carlota Ciganda très offensive. Sans compter sur les outsiders qui s’invitent toujours dans le dernier tour en revenant du milieu du classement, au bénéfice d’une excellente journée. Et cette journée débute avec une performance, celle de Cristie KIerr qui signe une carte de 63 pour immédiatement se positionner dans le Top 5 à -11. Une place qu’elle va tenir un long moment jusqu’à ce que les derniers groupes commencent à scorer. Après 6 trous, Brooke M.Henderson, l’une des favorites pour la victoire, pointe toujours à -12, sans aucun birdie. Son score décolle, enfin, sur le trou n°12 lorsqu’elle rentre l’unique birdie de son aller. En revanche Carlota Ciganda est dans un bon rythme alternant les birdie et les Par. A –14 à l’entame de son retour, l’espagnole fait douter sur les chances de victoire de la britannique, qui n’a défendu qu’une fois une telle position, se soldant pas une défaite. Alors que Ciganda possède l’expérience de la victoire et de la Solheim Cup, ce qui lui offre une assurance certaine pour gérer la pression. Mais quand le destin est en route, expérience ou pas, il n’y a parfois rien à faire sinon qu’à se contenter de ce que l’on peut obtenir. Et la chance du champion va encore se manifester dans ce tournoi. Outre Carlota Ciganda, la suédoise Madelene Sagstrom, elle aussi promise à une prochaine victoire, va construire sa remontée avec brio. Au moment où Bronte Law est au départ du 10, que Ciganda est deux trous devant en compagnie de Sagstrom, cette dernière s’offre la place de seconde, à –14, soit deux coups derrière la britannique. Sagstrom joue juste et son putting est solide. Pourtant, sur ces green dont beaucoup de joueuses ont vanté les qualités, les balles ne vont pas toujours trouver le chemin du trou et même, vont s’échapper à quelques centimètres de terminer dedans. Cependant, la suédoise va rester tenace et ce duo Ciganda Sagstrom émerveille autant que celui composé de Law et Hataoka. Ainsi, après 11 trous, Ciganda et Sagstrom sont secondes, à –14, derrière une Bronte Law qui vient de perdre ses repères avec son driver. Plaçant deux mises en jeu très à droite, dont une qui a failli fortement pénaliser la britannique, si le chemin en bitume n’avait ramené sa balle vers le rough, dans l’axe du green, Law est à la merci d’un retournement de situation qui peut profiter à ses deux poursuivantes.

Trois derniers trous à l’attaque

La fin de ce tournoi est aussi indécise que palpitante. En plus de Sagstrom et Ciganda, la joueuse de Taïwan, Wei-Ling Hsu, qui s’est faite discrète mais très présente au leaderboard, vient d’enclencher la vitesse supérieure après un aller en 33 comportant un eagle, trois birdie mais deux bogey qui l’ont placé à –12, pendant que les joueuses de têtes reprenaient un peu de terrain sur Law. Hsu va inscrire deux birdie sur le 11 et le 13, pour s’inviter seule seconde à –14, avant que Sagstrom et Ciganda n’atteignent ce score. Les joueuses ne lâchent rien et l’idée d’un finish en playoff germe, à nouveau, dans les esprits. Après 11 trous pour Bronte Law, qui est à –16, Wei Ling Hsu est seule seconde à –11 avec Ciganda et Sagstrom. Brooke M.Henderson joue –13 en compagnie de Nasa Hataoka, qui a du mal à tenir son rang de co-leader. Enfin, Azahara Munoz est revenue de sa 14ème place initiale, pour pointer à –12, grâce à un jeu très bien construit et précis. Mais tout va basculer rapidement. Alors que Law ne rentre plus aucun birdie, que Sagstrom voit sa balle filer au ras du trou sur ses tentatives de birdie, que Ciganda vit à peu près la même situation tout en concédant quelques fautes sur ses approches de mat, Hsu va totalement manquer son attaque de green au 15, et voir sa balle filer bien au-delà du celui-ci, dans le rough, loin sur le côté de la tribune. Au prix d’une approche difficile et de deux putt, elle concède un double bogey et ne reviendra plus inquiéter le groupe de tête, malgré deux birdie, sur le 16 et le 18. Pour Ciganda, le chaud et le froid vont souffler sur son jeu. Au 14, c’est une sortie de bunker totalement manquée, avec une balle légèrement topée, qui, depuis le bunker de green, s’envolent au-delà du green dans un rough épais, à plus de 20 m. Elle parvient à trouver le green mais la balle roule jusqu’à l’autre bord laissant un putt difficile. Finalement, parce que trop appuyé, ce premier putt en enchaîne un second donnant un double bogey. Fébrile, l’espagnole voit son avance fondre et tout est à refaire. Et c’est là que l’âme de la championne se manifeste. Sur le trou suivant, le Par 5 du 15, elle trouve le green en deux, comme Sagstrom. Mais à la différence de la suédoise, elle ne tremble pas sur son putt qu’elle rentre pour eagle. Ciganda revient dans le match, juste derrière Sagstrom qui est à –15, à un coup de Law. Et sur le 18, la chance tourne à nouveau. Puissante, Ciganda place sa balle sur le sommet d’une petite butte, sur sa mise en jeu, à porté de wedge du green. Seulement le stance est inconfortable et l’approche incertaine. Elle parvient cependant à trouver le green mais elle a un long putt à suivre. Finalement, c’est un bogey qu’elle concède . Quant à Sagstrom, elle réalise, une fois encore, une approche au millimètre. Tellement bien calculée que sa balle heurte le mat, tombe au bord du trou et bénéficiant d’une nouvelle vitesse favorisant le spin naturelle, recule de près de 10m. Sa chance de birdie s’envole et c’est sur un Par qu’elle conclut ce tournoi. Imposant sa loi, ayant tenu ses camarades de jeu en respect, Bronte Law a donc deux coups pour assurer sa victoire, ce dont elle va profiter. Tout au long de ce tournoi, elle fut à la fois la mesure étalon et le juge de paix. Quant à Brooke M.Henderson, une fois encore très combative, elle est venue chercher la seconde place, grâce à un brdie sur le 18, qu’elle a finalement partagée avec Madelene Sagstrom.

La week-end fut donc totalement britannique et après la première victoire d’Annabel Dimmock, sur le Ladies European Tour, c’est Bronte Law, 24 ans, qui s’impose pour la première fois en carrière, comme sa compatriote. Une victoire bien gérée en ayant fait preuve de lucidité lorsqu’elle a vu son driving se dérégler et qu’elle mis en jeu au bois 3, pour assurer ses premiers coups. Son père lui avait dit que le golf se gère comme un match de boxe, rendant coup pour coup et frappant la balle comme on punch l’adversaire, lui a insufflé l’énergie du succès. Du haut de son mètre soixante trois, elle a mis au tapis des adversaires tenaces comme Henderson, Hataoka, Ciganda et fait tomber ces préjugés qui veulent que la taille du joueur fait sa force et son succès. Lorsque l’on possède la technique et la stratégie, c’est le mental qui fait, invariablement la différence et c’est seulement, à ce moment, que le petit brin de chance vient se mêler au moment.

Une page se tourne et une nouvelle va s’écrire, avec l’US Women Open, cette semaine, qui débute jeudi sur le parcours de Charleston, en Caroline du Sud.

Le leaderboard final ici

Bronte Law, vainqueur du Pure Silk Championship 2019 (Photo: LPGA/Twitter)