US WOMEN’S OPEN : Une sud-coréenne nommée Lee

Ce 74ème US Women’s Open fut palpitant du début jusqu’à la fin et comble de l’ironie, c’est une polémique qui a agité le monde du golf qui est devenue réalité.

Quatre jours compliqués et quatre jours sublimes où les joueuses ont tout donné pour tenter de décrocher le trophée de ce qui se fait de mieux en golf féminin, avec le British Open. Et même si l’Evian Championship est une prestigieuse épreuve l’omnium américain est incontestablement le Graal du golf mondial. Régulièrement dans le Top 3 depuis le début de l’épreuve, la française Céline Boutier a tout donné pour tenter de décrocher, sans complexe, une seconde victoire en carrière et dans sa saison. Partie dans le dernier groupe, en compagnie d’une autre débutante, Liu Yu, qu’elle connaît bien pour l’avoir côtoyé à l’université de Duke, Boutier a mal débuté sa journée en concédant un double bogey  sur le premier trou. Retombée à –5, elle a essuyé un nouveau revers sur le 3, avec un bogey. A partir de cet instant, la française s’est employée à jouer plus juste et deux birdie sont tombés, coup sur coup, sur le 5 et le 6. Mais autour d’elle, il y avait du mouvement. Ainsi l’américaine Jaye Marie Green a occupé la tête dès le début de la journée, passant à –6, après 5 trous, quand Boutier était à –5 sur le 6 green. Yu Liu sauvait dégringolait à –5, après deux bogey ( 1 et 2) et ce n’était que le début de la fin pour la jeune chinoise, caddeyée par Axel Bettan. Lexi Thompson décevait ses fans et connaissait également la relégation avec une série de bogey. Gérina Piller, partie bien plus tôt, occupa un temps la tête en étant revenue à +5 après 5 birdie. Mais deux bogey (13 et 14) anéantirent ses rêves. Elle termine cette épreuve à la 6ème place en signant une jolie performance. Jessica Korda tentait de revenir au contact mais elle partie plusieurs fois à la faute sur ses mises en jeu et concédé deux bogey, en fin de partie, qui la firent plonger au classement, à –2. La sud-coréenne, So Yeon Ryu fournit son effort tout comme Angel Yin, impressionnante sur les green. L’américaine passa tout prés de signer une carte vierge de bogey. Mais elle en concéda un sur le 18 pour finir à –4 total. Au final, le parcours se défendait bien et le vent, qui s’est levé en début d’après-midi, a favorisé cette défense. Constante Céline Boutier se maintenait en jouant des Par, attendant une opportunité de marquer un birdie. Pendant ce temps, une sud-coréenne nommé Lee, sixième du nom, revenait, trou après trou, telle une prédiction qui fit jaser le monde du golf et à laquelle certains eurent des mots moqueurs et parfois durs. Pourtant, la jeune joueuse de 23 ans, depuis le 28 mai dernier, avançait sûrement vers la place de leader. Si bien qu’il ne resta plus que la française pour pouvoir faire obstacle à la sud-coréenne.

Vainqueur au club house

C’est donc au 14ème trou que JeongEun6 Lee s’est imposée en tête devant une Céline Boutier qui tenter cherchait à ne plus commettre de faute, en jouant dans le Par. Un trou devant Boutier, la sudf-coréenne menait avec deux coups d’avance à –7. Jusqu’au départ du 18, Céline Boutier ne trouva pas le chemin du birdie et pourtant, un seul birdie aurait pu tout changer. En effet, si Lee6 mena jusqu’à –8, avec un nouveau birdie sur le 15, elle concéda un bogey sur le trou suivant. Puis, un autre bogey sur le 18 ce qui ouvrit une possibilité, certes mince mais réelle, à Céline Boutier de prendre un seul coup pour partir en playoff, puisque la sud-coréenne n’était plus qu’à –6 contre –5 pour Boutier. La française a-t-elle regardé le leaderboard à cet instant ? Toujours est-il que Céline Boutier eut les deux derniers trous pour faire la différence alors que JeongEun6 Lee venait d’ouvrir une porte inattendue. Hélas, la française signa un nouveau par sur le 17 et se retrouva en mauvaise posture, dans le bunker du 18. Et cette sortie de bunker coûta très cher à Boutier qui ne parvint pas jouer suffisamment long pour placer sa balle au-delà de la pente avant le mat. Impuissante mais stoïque face à la scène, Céline Boutier regarda sa balle sortir du green, mais, pire encore, rouler en contrebas de celui-ci avec un long chip à suivre. Le long du practice green, JeongEun6 Lee apprend la nouvelle et s’effondre en larmes. Il faut dire qu’elle a fêté ses 23 ans cinq jours avant, le 28 mai. Alors comme cadeau d’anniversaire on a connu pire.

Avec un double bogey, la française Céline Boutier n’est pas récompensée de sa semaine qu’elle a très bien menée. Cinquième, à –3, elle repart de Charleston en ayant confirmé, plus encore, son statut de n°1 française et le passage de relais avec son aînée semble définitivement consommé. Deux générations se croisent et la France semble, enfin tenir sa championne capable de triompher sur le LPGA tour. Car n’en doutons pas, au regard de la performance que Céline Boutier a réalisé cette semaine, il ne fait aucun doute qu’elle sortira encore vainqueur d’une épreuve. Et pourquoi pas cette saison ? Et pourquoi pas en Majeur ?

La polémique Hank Haney

Tout par d’une déclaration de l’un des coachs de golf le plus réputé du circuit masculin. Hank Haney, ancien mentor de Tiger Woods, participe à une émission de radio, fin mai, lorsqu’il est interrogé sur son pronostic de l’US Women open. Il répond « je ne pourrais pas vous donner le nom de six sud-coréennes sur le LPGA. Enfin si, je pourrais, je dirais qu’elles s’appellent Lee. Je ne connais pas leurs prénoms mais je suis sûr d’avoir donné le bon nom ». Rien de bien grave car, au final, Hank Haney ne s’est pas trompé puisqu’il y a tellement de sud-coréennes nommés Lee que l’une d’elle a ajouté un 6 à son prénom. Sauf que le propose fait sursauter une star du golf féminin qui a l’écoute de nombreux médias et de personnalités du monde du golf. Il s’agit de Michelle Wie, née à Hawaï mais avec des origines sud-coréennes. La joueuse américaine qui s’est déjà fait remarquer en début de saison pour avoir claironné qu’elle ambitionnait la place de numéro 1 mondial alors qu’elle est revenue sur le circuit si vite, après son opération du poignet, qu’elle est aujourd’hui forfait pour une partie de la saison, n’a pas hésité à se fendre d’un tweet dans lequel, et c’est tendance en ce moment, elle accuse Hank Haney de sexisme et de racisme. Vue par prés de 3000 personnes, le tweet de Michelle Wie a fait le tour des médias et du petit monde du golf. Comment piquer son chien sinon en déclarant qu’il a la rage ou comment Michelle Wie a jeté de l’huile sur le feu, sans fondement et s’est ébouillantée en retour. Car le vénérable Hank Haney n’a dit que la vérité. Primo qu’il ne pouvait pas citer un seul prénom d’une joueuse sud-coréenne, et il n’est sûrement pas le seul. Jusque la, rien de sexiste ni de raciste. Ensuite, il a dit qu’elles s’appellent Lee et qu’il était sûr d’avoir le bon nom. Et là encore, la réponse ne fait pas polémique. Rien que pour cet US Women Open on dénombre quatre joueuses dénommées Lee. La vainqueur JeongEun6 Lee, la 30ème Mi Hyang Lee, la 34ème JeongEun Lee et Mirim Lee qui n’a pas passé le Cut. Comme nous l’avons dit plus haut, le nom de famille Lee et tellement courant en Corée-du-sud que la vainqueur de l’US Women open a été obligée d’ajouter le chiffre 6 à son prénom car, rien que sur son circuit d’origine, le KLPGA, il y a déjà 5 homonymes. Et elles sont 187 joueuses à porter le nom de famille Lee sur le KLPGA. Moralité, en pronostiquant, un peu à l’aveugle, une Lee vainqueur de l’US Women Open, Hank Haney, dont personne ne mettrait en doute les compétences techniques et pédagogiques, a fait accoucher d’une souris une polémique ridicule et Michelle Wie en sera quitte pour se contenter, à l’avenir, de tourner sept fois sa langue dans sa bouche, avant de commenter la prochaine actualité. En revanche, une chose est certaine, si elle continue de se plier en deux pour tenter de rentrer des putt en vue d’être numéro 1 mondiale, elle risque de finir prématurément sa carrière avec une lombalgie. Et après avoir défendu les Lee elle finira au… lit.  

Le leaderboard final ici