MEIJER LPGA Classic : Henderson survole, la pluie attendue

Week-end sportif pour les 144 joueuses de ce 15ème tournoi de la saison avec des horaires peu évidents à gérer et des parties qui se succèdent avec de longues heures d’attentes en amont. Une sorte de marathon avant l’heure mais en plein week-end des 24 heures du Mans, l’endurance est également au menu sur le LPGA Tour. Epoustouflant, le duo des sœurs canadiennes est en train de donner une leçon de golf dans le Michigan. Et la météo reste capricieuse.

Depuis deux jours ce n’est pas du grand rapide mais de la grande attente, du grand bouleversement mais aussi du grand golf. Les six heures de retard, imposée par la pluie, qui a détrempé le parcours dans la nuit de mercredi à jeudi, et une partie de la matinée du premier tour, ont comme résultat que certaines joueuses doivent s’affranchir de 20 ou 25 trous dans une journée avec la conséquence que leur partie soit suspendue en raison de l’obscurité. Et c’est, une fois encore, ce qui est arrivée ce vendredi puisque 28 joueuses ont été contraintes de rentrer à la maison à quelques trous d’en finir. Dix d’entre-elles sont au-dessus du Cut, fixé –1, et qui n’a pas évolué de la journée. En haut du leaderboard, une joueuse survole l’épreuve. Avec deux cartes de 64, la canadienne est en train de donner une leçon de golf avec une telle désinvolture, qu’il convient de se demander si elle possède une rivale à la hauteur de son jeu. Contrainte d’interrompre sa partie, jeudi soir, après 6 trous et un eagle sur le Par 3 du 15, Henderson est revenue sur le parcours, dès 7h15, le lendemain, pour signer une carte vierge de bogey tout en profitant de meilleures conditions de jeu. Après une petite pause, elle a pris le départ de son second tour et à renouer avec un superbe 64 mais qui comporte, cette fois-ci, un bogey. Malgré tout, même à 21 ans, la joueuse a avoué ressentir la fatigue de ces journées marathon mais son état d’esprit est intact. Son objectif, jouer du mieux qu’elle peut et rentrer le maximum de birdie. Leader avec trois coups d’avance, à –16, même Brittany Altomare, qui avait tenté de tenir tête à Anna Nordqvist, à Evian, en 2017, a lâché prise. Moins précise sur les attaques de mat, elle s’est laissée de longs putt et de rares occasions de concrétiser des birdie. Malgré tout, l’américaine joue très bien et domine, elle aussi, le reste de la meute qui se bat pour rester au contact. Avec un score de –13, Altomare possède trois coups d’avance sur une Jennifer Kupcho décomplexée pour son 3ème tournoi professionnel. De plus, elle a ses supporters qui lui apportent une motivation supplémentaire ce qui ajoute du charbon dans la locomotive. Comme Henderson et Altomare, Kupcho a joué la régularité avec deux cartes de 67. L’américaine est à son aise sur ce parcours et sa première carte, vierge de bogey fut un démarrage sans faute, dans ce tournoi. Il semble, sans en tirer trop vite de conclusions, qu’il faille s’habituer à voir le visage jovial de cette jeune femme, que tous les spécialistes attendaient avec impatience, sur le circuit pro.

Les sud-coréennes à la traîne

Pas de polémique cette semaine sur le nom de la gagnante. Car les joueuses sud-coréennes sont un peu en retrait et notamment la tenante du titre So Yeon Ryu, qui pointe à –7, soit 9 coups derrière la leader, ce qui est déjà un handicap important, après deux tours. Jin Young Ko, la leader de la Race to CME, pour sa seconde année sur le Tour, est également 9ème à –7. Chella Choi, dont, chose extraordinaire, n’est pas caddeyée par son père, est à –6 tandis que Sung Hyun Park, qui vit un passage à vide depuis le début de la saison, n’est que 18ème à –6. Il faut ensuite descendre à la 25ème place pour trouver Jenny Shin (-5), Inbee Park (-2), In Gee Chun (-2) et JeongEun Lee6 (-2). Toutes ces jeunes femmes ont l’avantage d’avoir bouclé leur deuxième tour. Une bonne nuit de sommeil va probablement leur permettre d’aborder le week-end avec l’énergie suffisante pour revenir au contact du Top 10, et il serait étonnant qu’aucune d’elles n’y parviennent. Et Jin Young Ko pourrait bien y parvenir, elle qui a signé deux eagle (8 et 18), hier pour deux birdie et trois bogey. Quant à Inbee Park, sa journée fut assombrie par un double bogey sur le Par 3 du 11

Deux françaises dans le Cut

Au pays du tiercé le clan tricolore a joué un deux sur quatre non sans en avoir payé le prix fort pour l’une des quatre partantes. Sportive à la limite d’être athlétique, passionnée par son art, en recherche permanente des meilleures spécialistes qui sont censés lui permettre d’être au plus haut niveau, désormais équipée d’un putter à la bonne taille, Joanna Klatten souffre encore cette semaine et ne franchit pas le Cut. Son premier tour, en 69, était encourageant et l’on se prenait à rêver d’un quatuor tricolore sur le reste du tournoi. Mais hier, ce fut la douche froide. La française est partie à la faute comme un pilote de F1 sortirait de la piste vers le gazon. Elle a accumulé les fautes avec six bogey, un double et seulement trois birdie. Rien ne va plus pour la joueuse parisienne dont les blessures ont enrayée son parcours sportif. Il semble désormais acquis que Joanna Klatten devra repasser par les qualifications, en fin de saison, si elle souhaite retrouver ses droits de jeu, sans quoi, son avenir dans le golf pourrait passer par le Symetra Tour… au minimum. Classée 150ème de la Money List, Céline Herbin est elle aussi en danger cette saison alors qu’elle fait toujours preuve d’un bel optimisme et que sa victoire sur le L.E.T a confirmé son potentiel sportif. Elle forme, d’ailleurs, avec Céline Boutier, et Perrine Delacour, le seul trio féminin français, à s’être imposé récemment, au plus haut niveau. Malheureusement, après une carte de 70, elle a gâché ses chances de passer le Cut en ne parvenant pas à trouver le chemin des birdie. Quatre bogey sont venus ternir son avance de –2 et les deux birdie qu’elle a placés n’ont pas suffi à lui venir en aide. Comme Joanna Klatten, Céline Herbin semble condamnée aux Q-series, en fin de saison. Bonne nouvelle, en revanche, pour la vétérane qui s’approche du record de Top 10, sans victoire, sur le LPGA Tour. Karine Icher, désormais maman de deux enfants à gérer sur le circuit, en plus de sa carrière sportive, renoue avec un bon résultat et il était temps pour elle. Avec six Cut manqués sur sept départs, la française vivait un retour à la compétition laborieux. Cette fois-ci, Karine Icher a trouvé les clés de la réussite de la 37ème place provisoire. Mais il lui reste quatre trous à jouer, ce samedi pour confirmer ou améliorer son score provisoire de –2. La valeur sûre, et désormais bien en place sur le circuit professionnel, c’est Céline Boutier. 25 ans, déterminée, assoiffée de victoire, technique et combative, la parisienne étudiante à Duke, déjà titrée en début de saison, a toutes les cartes en mains et son parcours est dans la veine des standards du golf féminin moderne. Les futures championnes s’imposent très tôt et sont régulièrement dans les hauteurs du classement. Sans quoi, la joueuse est condamnée aux Top 10 où a évoluer dans le milieu de tableau, constamment dépassées par plus fortes qu’elle. Céline Boutier est de celles qui veulent gagner et qui ne se laissent pas abattre facilement. Certes il y a eu le faux pas du 18 à l’US Women’s open, mais personne ne peut lui en valoir et même les plus grandes championnes ont connu une telle infortune. Classée 25ème à –2, Boutier est dans un groupe de joueuses où l’on retrouve Lydia Ko, Maria Stackhouse, Sakura Yokomine ou encore Caroline Masson.

-16 après deux tours

En 2014, Mirim Lee l’emportait sur le score de –14. L’an passé, So Yeon Ryu décrochait la victoire avec un score de –21 identique à celui de Brooke M.Henderson en 2017. En signant deux cartes de 64, la canadienne décroche le nouveau record du tournoi après 36 trous, qu’elle détenait depuis 2017, avec un score de –12. Elle est à un coup du score, après trois tours, réalisé par Lexi Thompson, en 2017. Si Brooke M.Henderson devait l’emporter, dimanche, elle pourrait placer la barre très haute mais loin du record établi par Sei Young Kim, en juillet 2018, avec un score final de –31, lors du Thornberry Creek LPGA Classic.

De nouvelles pluies attendues

La pluie devrait faire son retour, ce samedi et accompagner les joueuses une partie de la journée. A l’heure où cet article est rédigé, nous ne disposons d’aucune information sur l’état du parcours et les chances d’un bon déroulement du troisième tour avec la fin du second. Nous savons seulement qu’une perturbation est annoncée. Dans le cas où les parties se dérouleraient normalement, il faut évidemment s’attendre à un mouvement des positions et le nom de moving day n’en sera que plus adapté. Le vent est également attendu, soufflant de 11 à 26 km/h. Une chose est certaine, ce Meijer LPGA Classic va demander une importante dépense énergétique aux joueuses et se maintenir en bonne place, dans de telles conditions, ne sera pas une partie de plaisir.

Retour ce soir, dans le Michigan, à 21h, pour suivre le moving day et voir, notamment, si Karine Icher parvient à tenir sa place hors du Cut et si Brooke M.Henderson est toujours capable d’imprimer le même rythme.

Le classement provisoire ici