KPMG Women’s PGA Championship : Green tient bon

Vingt-huit joueuses sous le Par, un Cut à +5, le parcours du Hazeltime National Golf Club ne fait aucun cadeau, surtout qu’il est défendu par un élément difficile à contrôler, le vent. Ce troisième Majeur de la saison est-il en train de devenir le plus difficile des cinq, de cette saison ? Trop tôt pour le dire mais il est un fait qu’il nécessite d’y laisser de l’énergie et de sortir son meilleur jeu pour survivre au Cut, et pas seulement.

L’australienne Hannah Green tien bon et mène brillamment ce tournoi en ayant conforté son avance. Après une première journée en 68, la voici leader, à –7, avec trois coups d’avance sur une Ariya Jutanugarn qui sort enfin de sa réserve et d’un début de saison timide. Faisant preuve de patience, ce qui n’est pas toujours simple pour toutes les joueuses, la thaïlandaise a réalisé un excellent neuf d’aller avec deux birdie et un eagle sur le Par 5 du 7. Elle a tenu son score de –6 jusqu’au trou n°13 où elle a concédé un bogey puis un second sur le 15. Avec une deuxième carte de 70, « May » s’offre un printemps fin juin et tient une chance de se battre pour emporter un 3ème Majeur, en un peu plus de quatre ans sur le circuit. Mais rien n’est encore joué, loin de là. D’abord parce que la météo menace toujours, ensuite parce que la fatigue va se faire sentir, sur ce parcours balayé par le vent depuis deux jours. Enfin, parce qu’il reste deux tours à réaliser sur un parcours exigeant qui a déjà sanctionné des joueuses de qualité. Morgan Pressel (+6), Shanshan Feng (+6), Anna Nordqvist (+7), Gaby Lopez (+7), Gerina Piller (+10), Bronte Law (+10), Katherine Kirk (+10), Nanna K Madsen (+8), Ally McDonald (+7), Stacy Lewis (+11) et d’autres se sont retrouvées face à une montagne, durant les deux premières journées, et ont été victimes du Cut. Ne s’en sortent bien que les joueuses qui ont su allier patience et stratégie, à la maîtrise de leur émotion et de leurs ardeurs. Et cela fait immédiatement penser à Lydia Ko, qui a toujours fait preuve de calme et de stratégie pour s’imposer. La voici troisième à –3, après une carte de 70 tout en bénéficiant du mouvement occasionné par les scores, parfois largement au-dessus du Par. Moins de green en régulation mais plus de fairway touchés, la néo-zélandaise améliore surtout son score au putting passant de 31 à 26. Comme Ariya Jutanugarn, Lydia Ko possède une grande expérience de ce type de tournoi et l’on peut logiquement continuer à la placer dans les favorites. Elle partage ce Top 3 avec Sung Hyun Park qui s’accroche, malgré un début de tournois où elle a souffert.

67 pour Jin Young Ko

Après un double bogey, lors du premier tour, la tenante du titre a concédé trois bogey dans cette journée. Cependant elle s’est dit confiante sur son putting, bien meilleur dans cette journée. Portant bonne putteuse, sa compatriote So Yeon Ryu a connu des difficultés à mettre la balle dans le trou. En revanche, Lexi Thomspon progresse dans ce compartiment assurant même de belles ficelles. Ce qui manque à l’américaine, pour mieux figurer au classement, c’est la précision sur ses approches. Mais d’un autre côté, les risques à prendre, pour planter un mat, sont tellement importants, que jouer trop agressif peut avoir un effet contre productif. A –1, dans un groupe de neuf joueuses, en 7ème position, Thompson peut encore effectuer une remontée, à l’image de ce qu’elle a fait ses dernières semaines. Jin Young Ko est également de ce groupe en ayant trouvé les clés de la réussite après un premier tour en 77. La sud-coréenne, leader de la Race to CME, réalise la meilleure carte du jour avec un 67 comportant un seul bogey. Partie du 10, avec le score de +5, Ko a fait plier le parcours à l’étonnement général. Autre sud-coréenne à surprendre, c’est JeongEun Lee6 qui a décroché sa place pour le week-end, grâce à une ficelle magique, sur le 17, où elle signe un birdie salvateur.

Boutier et Icher sauvées de justesse

Ouf de soulagement pour les joueuses françaises et pas seulement, qui ont échappé au Cut alors qu’elles étaient en très mauvaise posture, en rentrant au club house. Si Karine Icher joue sensiblement le même score, 75 jeudi pour 74 ce vendredi, Céline Boutier a, en revanche, vécu une journée où elle a passé son temps à sauver le Par quand elle ne concédait pas un bogey. Un double bogey sur le 16, son 6ème trou, lui a fait perdre l’avantage qu’elle avait construit la veille. Avec un seul bogey au retour et huit Par, elle limite la casse et les deux françaises ont une chance de se refaire, dès ce troisième tour.

Belle perf pour Jimin Kang

Il y a un challenge dans le match. Celui des Instructeurs de golf professionnelles. Elles sont huit soit sept américaines et une australienne. Parmi elles, une ancienne joueuse du LPGA, deux fois vainqueur. Il s’agit de Jimin Kang ou Ji-Min, selon que l’on écrit son prénom à la mode américaine ou asiatique. Diagnostiquée d’une problème de santé grave, en 2013, touchant son système immunitaire, Kang a été contrainte de se retirer du tour, pour faire, dans un premier temps, une saison sur le Symetra Tour avant d’abandonner la compétition. Depuis 2016, elle est absente des circuits pros et a songé à se reconvertir dans le coaching. Conservant toujours le goût pour la compétition et n’excluant pas de rejouer régulièrement, elle est de retour sur le LPGA Tour cette semaine et réalise la meilleure performance des huit coach pros. Auteure d’une carte de 73 le jeudi, elle signe un bien meilleur score, dans ce second tour, en jouant 2 coups sous le Par. Ce sont deux birdie, sur le 7 et le 8, et une suite de par, qui lui permettent d’occuper la 7ème place à –1. Toutes les autres joueuses, de cette catégorie, n’ont pas franchi le Cut.

Rendez-vous ce soir, à partir de 21 heures, pour suivre la suite de ce KPMG Women’s PGA Championship, avec un moving day qui promet des surprises.

Classement provisoire ici