KPMG Women’s PGA Championship : Green, super Green !

L’australienne Hannah Green a tenu bon non sans sentir la pression peser sur ses épaules. Dans ce dernier tour, elle réussit à rester en tête dans ce Majeur, un record qu’elle partage désormais avec trois autres joueuses et à 22 ans, classée 114ème joueuse mondiale, elle surprend tous les spécialistes qui étaient loin de parier sur cette jeune femme qui était, jeudi encore, dans l’anonymat depuis le début de la saison.

Belle dernière journée sur le Hazeltime National Golf Club où la pluie, tant attendue, tant redoutée, est seulement tombée dans la nuit comme pour respecter une page de l’histoire du golf qui était en train de s’écrire. Bénéficiant d’une côte mal assurée, Hannah Green était surtout la grande favorite de son clan, venu la soutenir cette semaine et notamment Karrie Webb qui ne l’a pas lâchée des yeux de la journée. Pourtant, sur la papier, la favorite s’appelait Ariya Jutanugarn, double vainqueur en Majeur, ex numéro 1 mondiale, autant puissante qu’habile et connaissant la musique dès qu’il s’agit d’être en lice pour la victoire. Mais il y avait plusieurs joueuses qui n’avaient pas encore dit leur dernier mot, comme Sung Hyun park, la tenante du titre, Nelly Korda, revenue dans le Top 5, lors du moving day avec Lizette Salas et Sei Young Kim, toujours aussi impressionnante de technique et d’agressivité. Leader avec un coup d’avance, l’australienne avait montré quelques signes de faiblesse samedi tout comme sa poursuivante, Ariya Jutanugarn. Toute la question était de savoir si Hannah Green, qui s’était positionnée pour la victoire, en début de saison 2018 sans concrétiser, pouvait tenir la pression jusqu’au dernier putt. Dés le début, Green marqua les esprits en réalisant un birdie sur le trou n°2 tandis que Jutanugarn était bien en peine d’en rentrer un. La thaïlandaise connut un aller difficile puisque, outre des Par, elle concéda un bogey sur le 8 pour redescendre à -7 quand Green était à -10 après avoir culminé à -11, avec un birdie sur le 7. De toute évidence, Ariya Jutanugarn n’était pas dans un bon jour et sur le retour, cela se confirma. La thaîlandaise de 23 ans accumula les fautes laissant fleurir des bogey. Trop de bogey. Imprécise sur certaines mises en jeu ou au chipping, qui est pourtant un compartiment de jeu qu’elle maîtrise, elle s’enfonça au classement pour ne jamais revenir inquiéter l’australienne. Le 2 putt du 11, la mise en jeu dans le rough sur le 12 et le chip manqué sur ce même trou, pour se placer sur le green, le rough, à nouveau, au bord du green du 13, la balle à gauche sur la mise en jeu du 16 sont autant de ratés qui ont pénalisé la cadette des Jutanugarn. Cette porte ouverte allait permettre à Sei Young Kim, Nelly Korda et Sung Hyun Park, de revenir au contact.

Green sous pression jusqu’au bout

C’est Nelly Korda qui teint, un moment, la possibilité de faire basculer le tournoi lorsqu’elle se retrouva en position de birdie, sur le 12, avec cette magnifique ficelle qui frôla le trou. Il s’en fallut de peu pour qu’elle passe co-leader quand Hannah Green connut un passage à vide et redescendit à -8. Sei Young Kim fut, elle aussi, en position d’inquiéter l’australienne tant elle jouait bien et était, une fois encore, à l’attaque. Trop sans doute puisque sur le 16, elle concéda un triple bogey, qui tua tous ses espoirs. Restait alors Sung Hyun Park, en confiance avec son putting, qui construisait, silencieusement, son jeu. A -8 sur le 14, Green vit revenir la sud-coréenne à -7 qui signa un magnifique birdie avec une balle qu’elle plaça à tout juste 1 mètre du mat et qu’elle fit rouler, sans problème, dans le trou. Tandis que Nelly Korda manquait une chance de prendre un birdie et de rester dans la course. Nerveuse depuis quelques trous, Hannah Green tentait de se maîtriser non sans manquer de précision sur certains coups. Elle gérait son avance, d’un petit coup, et cherchait à construire une nouvelle opportunité de birdie. Et sur le 16, elle trouva la ressource pour assurer une belle mise en jeu, plein fairway, tandis que Jutanugarn continuait de jouer de manière désordonnée. Lizette Salas, également plein fairway, se battait surtout pour rester dans le Top 6, alors à -6. Hannah Green trouva le green idéalement à 3 m du mat tandis que Jutanugarn restait loin du trou, tout comme Salas. Sans trembler, l’australienne fit tomber son putt pour reprendre deux coups d’avance. Salas et Jutanugarn jouèrent le Par. A -9, Hannah Green pouvait respirer mais il restait Sung Hyun Park en embuscade. Cette dernière ne lâcha rien et au bénéfice d’un très bon putt, sur 5 mètres, s’offrit un birdie sur le 18 et remit de la pression sur les épaules de Green. Sur ce dernier trou, l’australienne, sur son second coup, trouva le bunker de green juste sous le mat. L’hypothèse d’un deux putt germa dans les esprits et l’issue d’un playoff, avec. Mais Green trouva la ressource suffisante au bon moment pour réaliser une sortie de bunker magistrale, au point que la balle tutoya le trou avant de s’en écarter d’un mètre. Concentrée, appliquée, Hannah Green rentra le putt de la victoire, devant un public médusé et admiratif.

A 22 ans, l’australienne Hannah Green s’offre, comme Pernilla Lindberg ou Sung Hyun Park, avant elle, sa première victoire en carrière avec un Majeur. Elle est, aussi, la 4ème joueuse à remporter un Majeur en ayant mené le tournoi pendant quatre tours. De même, elle est la troisième golfeuse australienne à remporter un Majeur après Jan Stephenson et Karrie Webb. A noter que Nasa Hataoka signe la meilleure carte de la semaine avec un 65 vierge de bogey. Une performance de plus pour la japonaise qui est, elle aussi, appelée à retrouver le chemin de la victoire dans un proche avenir.

Par : JH Curaudeau

Le classement général ici