Walmart NW Arkansas : S.H Park et Ciganda au coude à coude

Encore une journée très disputée à Rogers dans l’Arkansas bien que les scores n’ont pas été aussi bas que lors du premier tour. Le classement de tête a connu du mouvement et les cartes ont été rebattues de sorte qu’il n’y a plus rien de sûr, sinon que les françaises ont été avalées par le Cut.

Inbee Park n’a pas réédité son exploit de la veille ni même tenu son rang de leader. En peine avec son jeu qui a manqué de précision, à presque tous les niveaux, la sud-coréenne a lutté pour sauver des Par et plus encore pour signer des birdie. Désormais 2ème, à –11, elle n’a que deux coups de retard sur la tête et se retrouve noyée dans un groupe de 7 joueuses parmi lesquelles figurent une surprenante Danielle Kang, revenue d’une 32ème place grâce à une carte de 63. Désormais valeurs sûre du golf mondiale féminin, Kang réalise une journée vierge de bogey et s’offre un eagle sur le 18, histoire de rentrer à l’hôtel, sur une bonne note. Autres joueuses à avoir signé un –8 journée, l’espagnole Azahara Munoz, 12ème, et Sung Hyun Park, désormais co-leader à –13 avec la compatriote de Munoz, Carlota Ciganda. Au détriment de Danielle Kang et Hyo Joo Kim, qui étaient leaders en début de journée, Ciganda a pris les commandes du tournoi, avec brio. Un long chip, depuis le rough, avec une balle qui a roulé sur une quinzaine de mètres, lui a permis d’inscrire un eagle sur le premier trou. Ensuite, elle a eu un peu plus de mal à trouver le chemin du birdie mais le jeu de l’espagnole est en place et ses attaques de green toujours impressionnantes. Un peu loin des mats, elle a dû se contenter de Par tout en évitant de prendre un bogey. Sa carte de –5 est un excellent résultat et elle est, une fois encore, favorite, pour la victoire. Cependant, Syng Hyun Park n’a pas dit son dernier mot, loin s’en faut. En jouant 63, avec un bogey sur le 16, elle offre une nouvelle leçon de golf et prouve que son putting est bien en place depuis deux semaines. Si Jin Young Ko est à –11, les surprises de ce Top 5 sont la suédoise Linea Strom (-11) et l’équatorienne Daniela Darquea (-11). Sur le Symetra Tour, en 2017, où elle a rempoté une victoire, Darquea a connu une saison 2018, sur le LPGA, difficile. 95ème de la Money list, en l’an passé, elle a sauvé sa carte, de justesse et s’offre, cette semaine, une nouvelle opportunité d’étoffer son compteur. Confiante sur ce parcours, elle s’est sentie à l’aise avec la vitesse des green ce qui lui a permis de signer 6 birdie et un eagle contre deux bogey. Elle sera à suivre, dans ce tour final, comme une potentielle outsider. Autre outsider, qui court après la victoire, l’américaine Brittany Altomare, qui joue toujours très juste et ne lâche rien. Egalement à –11, elle réalise une carte vierge de bogey qui en dit long sur son potentiel. Si Ciganda et Park sont favorites pour la victoire, Altomare ne doit pas être écartée des pronostics. 

Et la victoire pourrait venir de l’arrière

Oui, il reste du beau monde au-delà de Top 3 composé de 10 joueuses talentueuses, où figure la première thaïlandaise, Jasmine Suwannapura. Mais à partir de –10 jusqu’à –7, il y a encore des joueuses de qualités, et notamment des vainqueurs de tournois tout comme des affamées d’un premier succès. Et notamment, Maria Torres, qui bien qu’ayant reculé au classement, à –7, continue de figurer régulièrement en bonne place. L’américaine Anny Park (-7), a quant à elle eu des difficultés à se maintenir. Mais depuis sa victoire à Los Angeles, l’année dernière, elle s’affiche de plus en plus comme une joueuse qui peut venir coiffer une seconde couronne. Ariya Jutanugarn, à –8, joue –1 et reste dans cet état fluctuant, qui la poursuit depuis plusieurs semaines. Malgré tout, chacun connaît sa valeur et un coup d’éclat de cette joueuse n’est jamais à écarter. Cependant, les regards se porteront, dans ce dernier tour, sur celle qui a battu le record du parcours, la sud-coréenne So Yeon Ryu, aussi élégante, agréable que fine tacticienne. C’est en 2017, après sa victoire dans ce tournoi, qu’elle devenait n°1 mondiale et nul doute que ce souvenir trotte encore dans son esprit. A –8, avec Mi Jung Hur, Amy Yang, In Gee Chun, Anna Nordqvist, Gaby Lopez, Lizette Salas et Ryann O’Toole, Ryu est attendue par tous les spécialistes. Sa carte vierge de bogey, comportant 5 birdie, prouve qu’elle peut créer la surprise. L’américaine Paula Creamer (-9) est également scruté même si elle a marqué un peu le pas, dans cette deuxième journée. Et pourquoi ne pas envisager la sud-africaine Ashleigh Buhai (-10), qui a aligné deux cartes de 66, tel un métronome ? A moins que Munoz ou l’indienne Ashok ne s’invitent à la fête ce qui viendrait pimenter un peu plus ce dernier tour. Au final, rien n’est encore joué dans ce Walmart NW Arkansas, tant les scores, derrières les deux leaders, sont serrés. La seule chose qui est acquise, c’est l’absence des françaises qui n’ont pas franchi le Cut.

Nouvelle déception des tricolores

Nul n’est à l’abri d’une contre performance en golf mais, en étant factuel, il faut bien admettre que, hormis Céline Boutier, cette saison, les autres françaises ont bien du mal à évoluer sur ce circuit. Maman d’une seconde petite fille, Karine Icher n’est plus à proprement parler un espoir du golf français. Seize années de circuit, aucune victoire, et quelques fans qui y croient encore, la française semble dépassée par une nouvelle génération qui aligne le birdie comme Nicolas le jardinier plantait ses choux. Ce septième Cut manqué sonne un peu faux devant ce qui semble être le crépuscule d’une carrière bien remplie. Et si elle confessait un passage à vide chacun le comprendrait aisément. Et lui pardonnerait. Car il n’est pas facile de mener une carrière sportive et une vie de famille, à travers le monde, dix mois sur douze. 70 le premier jour, 72 ce samedi, le compte n’y était pas, pour la française, pour espérer jouer au plus haut niveau. Le cas Céline Herbin est plus préoccupant. Capable de s’imposer sur le L.E.T, la française peine, inexorablement, à rentrer dans un Top 10, alors qu’il ne fait aucun doute qu’en plus d’être une sportive accomplie, le talent est là. Bogey, double bogey à répétition, Céline Herbin part régulièrement à la faute au lieu de signer des birdie. Handicapée par un score de +2, elle se devait de sortir une journée sans faille. Mais voilà, dès le premier trou, elle concédait un bogey, puis deux autres sur le 4 et le 5. Aussi, dès le 9, elle s’est battue pour revenir au score mais 5 birdie n’ont pas suffit car deux autres bogey sont venus gâcher son effort. Parviendra-t-elle à enrayer cette série noire, dans les prochaines semaines ? Nous lui souhaitons. Pour Céline Boutier, il s’en est fallu d’un cheveu pour qu’elle rentre dans le champ, ce dimanche. Seule des trois françaises à avoir joué négatif sur les deux tours, elle échoue d’un coup à franchir le Cut. Nullement résignée, déterminée à remporter d’autres victoires, Boutier sait ce qu’il y a faire et, pour le moment, personne ne doute de son retour dans le haut d’un leaderboard, dans les prochaines semaines. D’ailleurs, beaucoup l’envisagent en Solheim Cup comme choix du capitaine, ce qui serait une excellente nouvelle. L’autre bonne nouvelle, c’est que Perrine Delacour viendra renforcer le clan tricolore, la saison prochaine et qu’au regard de ses récents résultats, il n’est pas exagéré de lui prédire un succès, comme Céline Boutier cette année. Une chose est certaine, le golf féminin français a besoin de sang neuf sur le LPGA Tour pour renforcer les effectifs afin d’assurer, au moins chaque semaine, une à deux joueuses dans les deux derniers tours, à l’image des britanniques, des suédoises ou des espagnoles.

Retour dans l’Arkansas, ce dimanche, à 21h, pour suivre le dernier tour de ce Walmart NW Arkansas, sur Golf Channel, où le dénouement s’annonce serré.

Le classement provisoire ici