Thornberry Creek LPGA Classic : et revoici Sung Hyun Park !

Le parcours de Green Bay courbe l’échine, une fois encore, face aux meilleures joueuses du monde et accueille deux nouveaux records. Mais aussi, il révèle une jeune américaine, récemment passée professionnelle qui tient tête à une ancienne numéro 1 mondiale et à l’actuelle leader du Rolex Ranking. Les Dieux du golf et les esprits d’Oneida semblent s’être unis pour le plaisir du sport.

A tort, les adaptations cinématographiques nous ont enseigné que les gentils étaient les cowboy et les méchants, les indiens. Or c’est faire un raccourci vulgaire en insultant les peuples amérindiens de la sorte. Car le peuple d’Oneida, principalement des iroquois, ont un goût très développé pour le jeu. Notamment pour cette discipline que les anciens pratiquaient avec une crosse et qui consistait à frapper un ballon pour tenter de l’envoyer dans les filets du but de l’équipe adverse. Et ce n’est pas Brooke M.Henderson qui nous contredira tant ce parallèle entre le golf et le hockey est intime. Alors, cette épreuve du LPGA est-elle probablement très bien accueillie par les esprits des anciens, selon les coutumes locales, et les dieux du golf sont probablement invités au festin, composé de noix et de fruits, issus de la cueillette quotidienne que les iroquois avaient l’habitude de réaliser, pour se nourrir. Et l’esprit du peuple d’Oneida ne peut qu’accueillir favorablement les pieds tendres de la petite balle blanche qui ont peu de chance de se transformer en statut de pierre, puisque même si chacune des joueuses du champ, courent pour rester devant sa poursuivante, il n’y a nullement d’ennemi à redouter autre que soi-même. Sung Hyun Park peut donc, à nouveau, filer en tête pour tenter de décrocher une seconde victoire d’affilée. Après une première carte de 65, la nouvelle leader du classement mondial a, un fois encore, donné une leçon de golf en réalisant une journée sans égal. Très à l’aise avec son putting, disposant d’un grand jeu lui permettant de réaliser tous les coups, épaulée par un caddie aux conseils judicieux, la sud-coréenne a tous les atouts en main, pour s’imposer cette semaine encore. Partie du 10, elle a aligné les birdie rigoureusement et selon un rythme quasi identique, sur l’aller et le retour. Dix au total. Cinq de chaque côté. Et pas l’ombre d’un bogey. A peine une petite frayeur sur la mise en jeu du 9 quand sa balle est venue tutoyer l’obstacle d’eau et qu’elle fut contrainte de se recentrer, au fer 7 pour ne pas prendre le risque de mettre la balle dans l’eau, en tentant d’aller chercher le green en deux. Ce qui ne l’a pas empêché de planter le mat sur son troisième coup et de clôturer sa journée sur un dernier birdie. Sung Hyun Park est-elle au-dessus du lot en ce moment ? Il y a de fortes chances. D’autant qu’elle signe un nouveau record, celui du score le plus bas, après deux tours, dans ce tournoi, soit -17. Mais il est également possible de dire que le golf vit une transformation passant d’un ancien monde à un nouveau. Il semble fini ce temps où les vainqueurs d’un tournoi ne pouvaient rééditer l’exploit la semaine suivante. Les programmes d’entraînement permettent aux joueuses de rester en forme plus longtemps. Quant à la technique, la nouvelle génération est désormais capable d’être au plus haut niveau très tôt dans leur parcours sportif. En témoigne Yealimi Noh, 18 ans, professionnelle depuis le début de la saison et qui, issue des qualifications, s’offre le luxe de tenir seule, la seconde place. Auteure d’une carte de 63 la veille, elle récidive avec un 65 vierge de bogey, tenant en respect les plus expérimentées, à commencer par Ariya Jutanugarn

Un moving day prometteur

La thaïlandaise est dans une bonne semaine même si elle se dit un peu mal à l’aise sur un parcours où toutes les joueuses peuvent réaliser un birdie à chaque trou, ce qui l’oblige à se surpasser sur chaque trou. Et c’est probablement de cette adrénaline que la cadette des Jutanugarn a besoin pour produire son meilleur jeu. A l’image de son putt de prés de 4 mètres, sur le Par 3 du 12, sa carte est également un festival de birdie. 33 à l’aller pour 31 au retour, l’ex numéro 1 mondiale est dans le coup cette semaine. Mais les américaines sont au contact et après Noh, il y a Joh. Mais aussi Harigae. A 32 ans, après deux années difficiles suite à un traitement pour un mélanome entre janvier et mars 2017, la plus surfeuse des golfeuses du Tour tient une belle opportunité de conquérir son premier Top 5 de la saison. Ou peut-être, une première victoire en carrière. Après un premier birdie sur le 10 et une suite de Par, Tiffany Joh a passé la vitesse supérieure au retour en alignant 5 birdie à la suite. 4ème à –14, elle n’a que trois coups de retard sur Park. Et sa compatriote Mina Harigae tient le même rythme en partageant ce rang. Signant une carte de 63 ce vendredi, elle s’est offert un eagle sur le trou n°9. Particulièrement en confiance cette semaine, après avoir travaillé avec son coach, sur son plan de swing, Harigae pourrait bien rester dans ce groupe de tête, jusqu’à dimanche. Kristen Gillman (-12) et Lee Lopez (-12) sont elles aussi en embuscade. Gillman n’a fait qu’une bouché du retour (son aller) en jouant –7 en 6 trous. Un eagle sur le 13 lui offre un score de 63. Enfin, Alison Lee fait bonne figure dans ce tournoi en prenant la 10ème place à –11, en compagnie de la mexicaine Gaby Lopez qui continue son ascension depuis sa victoire l’an passé. Le moving day promet donc un grand moment de golf où chacune de ces joueuses tentera de défendre sa position, voire de progresser.

Les chinoises bien éveillées

Shanshan Feng n’est plus la seule représentante de la Chine populaire à faire briller son nom sur les leaderboard du LPGA. La nouvelle génération est dans la place avec des joueuses de qualité qui ont également fait leurs études aux Etats-Unis. Au nombre de six cette semaine, seule Feng et Yu Liu sont parvenues à trouver les clés pour se hisser dans les hauteurs du classement. Un peu moins en club dans cette journée, Yu Liu n’a pas réussi à tenir le rythme de sa première journée (62) et signe un modeste score de 69. Quant à Feng, après un 63 la veille, c’est une carte de 67 qu’elle rend, tout en ayant concédé un bogey. Les deux joueuses chinoises sont à –13 et le moving day sera leur va-tout pour rester au contact, dans le tour final.

Boutier toujours bien placée

La numéro 1 française est un peu en retrait à la 20ème place et cela est essentiellement lié à sa seconde carte de 69. Avec quatre birdie et un bogey, Céline Bouier continue de prendre des points mais ce sont désormais 8 coups qui la séparent de la tête. Karine Icher a, enfin, trouvé les ressources pour revenir à son meilleur niveau en réalisant une journée à –5. Après un début prudent, dans le Par, elle a signé quatre birdie jusqu’au 9 et en a réalisé un dernier sur le 10. Hélas, un bogey sur le 16 l’empêche de figurer plus haut au classement. 56ème à –5 total, elle peut encore espérer remonter dans le Top 40 mais elle devra sortir le grand jeu puisque toutes les joueuses, cette semaine, sont capables jouer très bas. Enfin, déception pour Céline Herbin qui, après un bon début de parcours, deux birdie sur le 11 et le 12, est retombée dans ses travers habituels en concédant un bogey (2) et un double (4), alors qu’elle avait réalisé le plus difficile. Et pour ne rien arranger, le Cut a évolué à –5, atteignant son niveau le plus bas, sur ce tournoi. Consciente de ses difficultés, la française nous a confié prendre son mal en patience et travailler pour revenir à son meilleur niveau de jeu. Rappelons que Céline Herbin a remporté une nouvelle victoire, sur le Ladies European Tour, en mai dernier. Avec Céline Boutier, elles sont les deux françaises du LPGA tour, à compter une victoire depuis le début de la saison.

Rendez-vous, ce soir, à 23h30, pour suivre le troisième tour de ce Thornberry Creek LPGA Classic, sur Golf Channel, en compagnie de Florence le Jacques et de Hervé Marques.

Par : JH Curaudeau

Le classement provisoire ici