Marathon Classic : Thompson talonne Sei Young Kim

Le match semble définitivement lancé pour ce 19ème titre de l’année. Et le dernier groupe verra les deux joueuses favorites se rendre coups pour coups. Mais devant, joueront des joueuses douées, très douées, qui pour certaines sont probablement appelées à occuper la tête du classement mondial, à brève échéance. Cette édition du Marathon Classic met en scène la nouvelle génération du golf proposant un haut niveau de golf.

Ne nous y trompons pas, le golf mondial est de plus en plus précoce et les féminines triomphent de plus en plus jeune. Avoir trente ans sur le LPGA Tour c’est déjà faire partie du clan des anciennes. Ainsi Mariajo Uribe, Caroline Masson, Carlota Ciganda et plus encore Stacy Lewis font figure d’anciennes. Pourtant, seule l’américaine originaire de l’Arkansas a plus de trente ans. Trente quatre précisément. L’espagnole affiche tout juste 29 ans comme la colombienne. Les écoles sud-coréennes, américaines et australienne produisent des talents très affûtés à peine sortie de l’université. Et Jennifer Kupcho symbolise cette génération. La filière sud-coréenne place également, sur le circuit mondial, des joueuses très expérimentées. JeongEun Lee6 a 23 ans et s’impose, depuis l’an dernier, comme l’une des meilleures. Jin Young Ko, encore récemment n°1 mondial, a déjà fait trembler la planète golf alors qu’elle est seulement âgée de 24 ans. Mais on oublie l’australienne Minjee Lee, 23 ans, qui fut vainqueur dans son année de rookie, à deux semaines de ses 19 ans. Et puis il y a les surdouées comme Lexi Thompson, Brooke M.Henderson et Sei Young Kim. Non seulement elles ont triomphé très jeune mais elles restent au sommet du golf mondial. Alors pourquoi aborder le résumé de ce moving day ainsi ? Tout simplement parce qu’elles sont là, ces jeunes femmes, en haut du leaderboard dans un Top 13 qui n’a laissé aucune chance, pour le moment, aux anciennes, excepté Stacy Lewis, qui défend bien son rang. L’américaine Lexi Thompson, qui partageait sa partie avec Jennifer Kupcho, a pris les commandes très tôt.  Un trou devant, Sei Young Kim répondait à Thompson au point que les deux joueuses semblaient se livrer à un match play, avec un fairway d’écart. Mais Lexi Thompson devait également composer avec celle qui est probablement appelée à devenir une figure du golf US, Jennifer Kupcho. Issue de la filière universitaire, Kupcho est déjà armée mentalement et prête à affronter tous les défis. Rivalisant au drive, avec Thompson, elle a également montré de l’audace, mais avec un peu moins de réussite. Cependant, la n°4 mondial se montra fébrile, sur les green au point qu’il est légitime de se demander si elle n’a faibli sous la pression de l’enjeu. Car ces jeunes femmes ne sont pas là pour enfiler des perles et se contenter d’une place d’honneur. Dans l’esprit américain il n’y a pas de seconde place. Cela n’existe pas ! La philosophie sud-coréenne est plus sage mais promettez un trophée à l’une d’elles et il y a de fortes chances, qu’au regard de leur discipline mentale, elles mettent tout en œuvre pour s’en saisir. Et Sei Young Kim est en forme et ne lâche rien. A –12 après 7 trous, pour Kim et 8 trous pour Thompson, les deux joueuses ont construit leur jeu pour un seul objectif, être leader au départ du tour final. Et cela se voyait clairement. Pourtant, Thompson a marqué le pas, dés le retour après avoir planté les mats à l’aller.

Thompson, Lee6 et Kupcho fébriles, Kim imperturbable

Les vieux démons de Lexi Thompson sont, à nouveaux, venus murmurer à son oreille. Et c’est au putting qu’elle a montré des signes de faiblesse. Comme écrit hier dans le résumé du second tour, le grip pince constitue une amélioration mais n’est pas la clé du succès. Le sujet est plus profond car mental. L’attitude de l’américaine, derrière la balle, trahit une peur de jouer. Ce fut flagrant avec ce putt pour birdie, sur le 15. Mou ! Voici le terme exact pour désigner son coup. Aucune force, pas appuyé, mal assuré, Thompson a mis l’énergie pour parcourir la moitié du chemin. Ainsi, durant huit trous, l’américaine va inscrire des Par non sans avoir délivré de sacrés coups de golf, qui font la légende de sa puissance et de sa longueur de balle. Et c’est lorsque la possibilité de jouer long, très long, avec une prise de risque pour faire la différence sur ses adversaires, se présente, que Thompson redevient Lexi. Sur le 18, alors qu’elle est a –13, dominée par Sei Young Kim qui s’est échappée seule en tête, talonnée par Lee6, poursuivie par Kupcho, qu’elle place un drive magistral, malgré un le vent qui souffle, pour attaquer le mat, en deux, avec un coup de fer sublime, qui lui offre une chance d’eagle. Mordant le green au bon endroit, la balle Bridgestone de Thompson a trouvé le grip, pour se stopper à cinq mètres du mat. En revanche, Kupcho, qui tenta le green en deux, mais depuis une position plus inconfortable, car à droite dans le rough, concéda un bogey pour reculer à -11 quand son aînée prenait seule la seconde place à –15. Et derrière, sur le parcours, mais devant au classement, Sei Young Kim a mené sereinement le combat qui s’imposait. Du haut de son mètre soixante-trois, la ceinture noire de Taekwondo, 12ème du Rolex Ranking, a enfoncé le clou sur le retour. Malgré deux bogey à l’aller sur le 6 et le 8, elle a placé quatre birdie au retour dont deux dévastateurs, sur le 16 et le 17. Sur le Par 4 du 16, elle fait tomber sa balle environ six mètres du mat et assure une belle ficelle pour birdie. Et le putting est l’une des forces de la sud-coréenne, ce compartiment de jeu qui pourrait bien faire défaut à sa rivale, dans ce dernier tour. Quant à Lee6, le jeu est moins spectaculaire mais il reste très solide. En témoigne cette mise en jeu égarée très à gauche, sur le 10, où elle se retrouve entre les arbres et l’arrière d’une tribune. Et dans sa ligne de mire, un green qu’elle devine et qu’elle va toucher, bien qu’elle concédera un bogey en restant courte sur son premier putt, à prés de sept mètres du trou. Un peu dans le syndrome Thompson, du 15. Malgré tout, Lee6 a de la ressource puisqu’elle trouve le chemin du birdie sur le 16, avec une belle ficelle d’environ six mètres, ainsi que sur le 18, pour sortir à –12, seule troisième. Et la messe est loin d’être dite car, derrière, il faut encore compter sur Ciganda (-11), Lewis (-11), Yoktuan (-9) et Henderson (-9). La canadienne a réalisé un solide moving day avec une carte de –4, soit 67.

Ainsi, ce tour final va mettre en scène Sei Young Kim (-16), qui possède un coup d’avance sur Lexi Thompson, une joueuse qu’elle admire, qui a réalisé la meilleure carte du jour (65), JeongEun Lee6 (-12), qui est encore dans le groupe de tête, cette semaine, après son sacre à l’US Women’s open, et des joueuses comme Kupcho (-11), Ciganda (-11), Lewis (-11), Henderson (-9) ou encore la jeune thaïlandaise de 25 ans, Pavarisa Yoktuan (-9), l’américaine de 26 ans, Dana Finkelstein (-8), l’allemande Caroline Masson (-8) ainsi que la révélation de ce tournoi – encore une- la sud-coréenne Youngin Chun, 19 ans, qui pointe à –8 devant des joueuses expérimentées que sont Mariajo Uribe (-7) et Minjee Lee (-7). Certes, le tournoi revenir aux joueuses au-delà de –10, mais une surprise, comme souvent, n’est pas à écarter, surtout pour les places de 2ème et 3ème où Jennifer Kupcho est attendue. Si la météo est estivale, le vent sera le principal ennemi des joueuses, puisqu’il a fortement perturbé le jeu, en soufflant à plus de 20 km/h.

Les coups du jour

Indiscutablement, ce sont Lexi Thompson et Youngin Chun qui ont enflammé le parcours, sur le Par 5 du 18. Comme déjà évoqué plus haut, Thompson, va porter la balle très loin, sur sa mise en jeu au driver, pour se retrouver à portée de fer du green, malgré l’obstacle d’eau à franchir et le bunker de green dans sa ligne de mire. Un eagle ponctuera la construction stratégique de la prise de ce trou. Le scénario est presque identique pour Youngin Chun qui se retrouve dans le rough, à droite. Un coup de bois très appuyé, par une gestuelle très ample, signe que la joueuse s’est pleinement engagée dans le coup, envoie la balle sur le green qui passe au raz du trou, manquant de tomber pour l’albatros. Et là encore, la sud-coréenne de 19 ans a signé un eagle sur son dernier trou, effaçant le double bogey du trou n°1. Un tel niveau de jeu, nous en redemandons chaque semaine et nul ne regrette de se passionner pour le circuit féminin, qui est une école d’apprentissage pour le meilleur des amateurs.

Rendez-vous, ce soir, à partir de 21h00, sur Golf Channel, en compagnie d’Emmanuel Biston et de Cyrille Cormier pour suivre ce tour final.

Le classement provisoire ici