Dow Great Lakes Bay Invitational : Clanton/Suwannapura se détachent

La météo est restée clémente au-dessus du parcours du Midland Country Club, bien que le vent n’aida pas les joueuses dans leur stratégie. Après une seconde journée en Fourballs, qui a fait grimper les scores et permis à certaines équipes d’échapper au Cut, voici que ce troisième tour, en foursomes, a fait naître un nouveau bouleversement au classement, et non des moindres.

La paire Boutier/Icher n’a pas autant brillé que sur les deux premiers tours. En jouant dans le Par, les deux françaises ont eu du mal à signer des birdie en se laissant de trop longues ficelles, sur les approches des mats. En témoigne cette mise en jeu, sur le par 3 du 18 où Karine Icher va jouer la sécurité et laisser un lourd travail, à sa partenaire qui, avec talent, va tout de même mettre la balle au fond du trou. Et c’est sans doute sur ce genre de coup que l’on peut commencer à construire une analyse sur l’absence de victoire, en 16 ans, pour l’une et un succès en à peine un an de circuit, pour l’autre. Car Giulia Molinaro, associée à Stéphanie Meadow, n’a pas hésité à attaquer le mat du 18, très à gauche, il est vrai, et à laisser un putt plus court, pour sa partenaire. Qui fut également concrétisé en birdie. Avec quatre bogey pour quatre birdie, les deux françaises sont restées sur place, avec un score de –10, mais, comme une maigre consolation. Sachant qu’elles ont vécu un coup dur, sur l’approche de Céline Boutier, au 16. La française tente le mat et reste courte, envoyant sa balle dans l’eau. Après un drop, Karine Icher à mis la balle sur le green et Céline Boutier a rentré le putt pour bogey. Et la française doit s’en vouloir, car c’était effectivement la bonne ligne de jeu. En témoigne l’approche de Brooke M.Henderson, sur ce même trou, dont la balle est venue se placer à 50 cm du trou. Des trois team co-leader, seul le duo Pressel et Creamer a résisté. La team Pink a même pris un coup de plus en se plaçant à –11, dans un groupe qui compte quatre team à la seconde place. Les américaines ont très bien joué et forment l’un des meilleurs duo de ce tournoi. En tous les cas, c’est l’association à craindre si elles devaient se retrouver, en Solheim Cup, face aux européennes. Car l’autre duo, pourtant emblématique, de ce team USA, la paire Thompson-Kerr, est aux abonnés absents, en fond de classement, au terme d’une journée catastrophe. Redoutables au putting, Pressel et Creamer ont manqué, comme les françaises, de précision sur l’approche des green et cela leur a coûté deux bogey, sur le 9 et le 15. C’est d’ailleurs à partir du 14 que les deux joueuses se sont un peu désunies. Creamer ratant ses approches, comme ce coup d’hybride, au 16, qui envoie la balle à droite, loin du green, que Pressel va habillement replacer prés du mat, grâce à un magnifique chip. Et Pressel manquant de précision, sur le 18, où Paula va tenter de rentrer la balle, sur près de 12 mètres, et qui échouera à quelques centimètres du trou. Ce n’est pas tant que le parcours se défende, c’est surtout que les positions de drapeaux associées à des green, un peu fermes, n’ont pas permis aux joueuses d’attaquer franchement les mats. Cependant, si le team Pink sort la tête haute de ce 3ème tour, à –11, d’autres peuvent être très fiers de leur journée.

M&M 1 revient en force, All-in s’envole

Alors que les M&M 2, paire composée de Giulia Molinaro et de Stéphanie Meadow, ont perdu leur avance, passant de la 1ère à la 11ème place, après un 3ème tour médiocre, à +1, les sœurs Jutanugarn se sont, d’un coup, envolées au score, en rendant une carte de 64, soit 6 coups sous le Par. Si l’aller fut timide, avec un seul birdie, le retour fut nettement plus prolifique avec un birdie sur le 13 puis quatre birdie à la suite, pour conclure. Une performance qui leur vaut de revenir dans le groupe de tête, à –11, et d’annoncer, peut-être, une dernière charge, dans ce tour final. Et M&M1 n’est pas la seule équipe à avoir fourni son effort. Le duo chinois Simin Feng et Ruixin Liu ainsi que le team sud-coréen Na Yeon Choi – Jenny Shin, sont passés de la 10ème à la seconde place, avec une journée en 67. D’un côté comme de l’autre, le jeu fut serré et Na Yeon Choi a même fait le spectacle en plantant le mat du 18, laissant un petit putt, pour birdie, à Jenny Shin. Avec la paire Jutanugarn, ces trois équipes sont les surprises de cette journée mais pas la plus forte sensation du jour qui revient au team All-in, formé par Jasmine Suwannapura et Cyndey Clanton. L’une est thaïlandaise et l’autre est américaine. La première dépasse tout juste l’épaule de la seconde et pourtant, elles ont joué avec force et précision, tout au long de cette journée. L’aller est tout simplement éblouissant, pour un foursomes, avec cinq birdie, dont trois à la suite, du 7 au 9. Les deux joueuses vont ensuite marquer le pas en alignant quatre Par, du 10 au 13, avant de renouer avec les points. Malgré un bogey, sur le 17, le dernier birdie, sur le 18 et la combinaison d’une mise en jeu placée de Clanton et d’une belle ficelle de Suwannapura. Les deux joueuses doivent leur réussite à la patience et une belle complicité qui leur a permis de relativiser les mauvais coups tout en continuant à construire leur jeu pour saisir toutes les opportunités de birdie.  Ce duo, très complémentaire, se révèle au meilleur moment du tournoi et leur cinq coups d’avance, avec un dernier tour en fourballs, à venir, peut faire toute la différence.

Mais comme nous le savons, si bien, toutes et tous, en golf, rien n’est jamais joué. Outre la paire Clanton – Suwannapura, qui a pris une bonne option, en prenant la tête à –16, quatre groupe sont en embuscade à –11 suivis de quatre autres groupes à –10, où se trouvent les françaises ainsi que le duo Henderson – Sharp. A souligner que la paire Schmelzel – Kim a effectué une journée en 65 et fut, longtemps, dans le groupe de tête. De même, l’autre paire française, Oh Là là team de Joanna Klatten et Céline Herbin, fut moins en réussite. Les joueuses sont fatiguées notamment Céline Herbin, qui, comme elle nous l’avait confié il y a deux semaines, est dans une période de forme physique, basse. Néanmoins, ce n’est pas en foursomes qu’elles sont les plus performantes et il faut espérer les voir revenir, au classement, après ce dernier tour en 4 balles meilleure balle, où elles ont brillé vendredi.

Les coups du jour

Deux très beaux coups sont à retenir, dans cette journée. Tout d’abord, le chip de Caroline Hedwall, à 25 mètres du mat. Elle trouve la ligne parfaite avec une balle qui va rouler jusqu’au trou. Ensuite, cette sortie de bunker, de Dani Holmqvist, qui, à l’aveugle parce masquée par la lèvre du bunker, va trouver le green sur un coup d’environ 100 mètres, et mettre la balle dans le trou. Une fois encore, le jeu des féminines n’a rien à envier aux hommes et un coup de golf, n’a pas de sexe. Il est juste génial !

Rendez-vous, ce soir, à minuit, sur Golf Channel, pour suivre ce dernier tour du Dow Great Lakes Bay invitational.

Le classement provisoire ici