Jin Young Ko domine

Au terme d’un d’avant dernier Majeur, de cette saison 2019, riche en sensations, la sud-coréenne Jin Young Ko retrouve son fauteuil de n°1 mondial, qu’elle avait abandonné au profit de Sung Young Park, le 30 juin dernier, au terme du Walmart Arkansas. Moins d’un mois plus tard, la surdouée sud-coréenne de 24 ans retrouve sa place de leader du Rolex Ranking, et pas seulement.

C’est une valeur sûre du golf féminin mondial avec tant d’autres joueuses sud-coréennes qui ne cesse de s’affirmer sur le circuit du LPGA, depuis que Se Ri Pak a donné le ton, en brillant au plus haut niveau. Une suédoise rêve de marcher dans les pas d’Annika Sorenstam, une australienne dans ceux de Karrie Webb quant aux américaines elles n’ont que l’embarras du choix. Et Suzann Pettersen ou Lorena Ochoa sont également devenues des points de référence pour la nouvelle génération norvégienne et mexicaine. Sauf que les sud-coréennes ont un circuit dont le niveau est déjà très relevé de sorte que le KLPGA est une anti chambre du LPGA au même titre que le Symetra Tour. Et lorsque Jin Young Ko débarqua sur le Keb Hana Bank, fin 2017, pour conquérir son premier succès, ce qui lui donna immédiatement un ticket d’entrée pour la saison suivante, elle surprit tout le monde par un jeu bien en place, digne des plus grandes joueuses. Sa victoire, lors du second tournoi de la saison 2018, en Australie, fit grand bruit et depuis, elle a conquis tous les observateurs et spécialistes. A 24 ans tout juste sonnés, la voici détentrice de 23 Top 10, de 5 victoires dont 2 Majeurs et depuis ce 29 juillet, d’une place de n°1 dans les principaux classements du circuit mondial. Et ceci, en moins de trois ans. Une performance !

Jin Young Ko, désormais caddyée par l’ancien caddie de Lorena Ochoa, David Brooker, a pris de l’expérience et son dernier tour, de l’Evian Championship fut géré comme le dernier tour de l’Ana Inspirtation. Avec prudence et mieux encore, avec une sérénité qu’elle avait eu beaucoup de difficulté à trouver, à Rancho Mirage, Et si les experts du PGA tour, sur Canal+ se sont étonnés de voir Ko jouer son bois 3 au lieu du driver, sur certains trous, les spécialistes du LPGA, qui suivent les 32 tournois de la saison, se souviennent que la joueuse sud-coréenne avait opté pour la même stratégie pour le premier Majeur de l’année mais que l’émotion l’avait envahi, au point qu’elle en tremblait un peu. A Evian, Jin Young Ko a démontré que la victoire ne lui fait plus peur et qu’elle la gère nettement mieux, sur le plan émotionnel. Ce qui n’a pas été le cas de Sung Hyun Park, qui s’est effondrée comme jamais nous ne l’avions vu jusqu’ici. Grâce à ce moment de faiblesse, presque de détresse, Jin Young Ko reprend la main sur le ranking mondial en devançant sa compatriote. Malgré un nouveau Cut manqué, à Evian, Lexi Thomspon, qui vient de se faire 40 nouvelles amies, comme Ali Baba avant elle, passe à la 3ème position au détriment de Minjee Lee. Globalement, hormis un léger jeu de chaises musicales, les meilleures mondiales restent dans le Top 10.

Shanshan Feng progresse, Lee 6 meilleure rookie

La nouveauté dans les classements de cet après Evian Championship, c’est l’arrivée de Shanshan Feng dans le Top 10 de la Money List et de la Race to CME. la chinoise a effectué un brillant retour, au premier plan, depuis sa victoire sur le Thornberry Creek, elle qui n’avait plus remporté de tournois depuis le Blue Bay LPGA, en novembre 2017. 10ème de la Money List, Feng est également 9ème de la Race to CME du classement de la meilleure joueuse de la saison, désormais dominé par Jing Young Ko. Sung Hyun Park est en embuscade, sur l’ensemble de ces classements en étant 3ème de la Money List et de la Race to CME et seconde du classement de meilleure joueuse de l’année, une place qu’elle peut retrouver avant la fin de la saison. Quant à l’autre prodige sud-coréen, JeongEun Lee6, son avenir financier est déjà bien assurée en étant seconde de la Money List, avec 1 645 015 millions de dollars et une première place confortable au classement de meilleure rookie de l’année, loin devant Kristen Gillman et une impressionnante Jennifer Kupcho, qui passe de la 245ème place à la 75ème mondiale, en deux mois, soit 9 tournois. Pour le moment, l’américaine vainqueur de l’Augusta Junior, est la joueuse américaine la plus en vue et tout laisse penser qu’elle va rapidement gravir les échelons de la hiérarchie, avec, pourquoi pas, à court terme, un statut de n°1 américaine. Une chose est certaine, nous assistons à un renouvellement de génération qui laisse entrevoir du très beau jeu, dans les prochaines années.

Les françaises toujours loin derrière

Ce n’est une surprise pour personne, le niveau de golf français est encore loin du standard mondial, même si les progrès sont notoires autant pour les hommes et garçons que pour les femmes et les filles. Trois joueuses, cependant, se détachent avec des fortunes diverses. Céline Boutier, tout d’abord, qui est la nouvelle n°1 française, au niveau mondial. Grâce à sa victoire en début de saison, en Australie et son excellente prestation lors de l’US Women’s open, l’ancienne étudiante de Duke, est 24 ème de la Money List, ce qui lui permet de bénéficier d’un excellent statut, pour cette saison et celle à venir. Du côté de la race to CME c’est du même acabit avec une 21ème place qui va lui permettre d’assurer les tournois de fin de saison, en 2020. Pour rappel, Céline Boutier était rentrée, in extremis, dans le Top 70, lors du dernier tournoi de la saison 2018. Au niveau mondial, elle est également la meilleure française classée, juste devant Jennifer Kupcho, à la 74ème place. Seconde française a créer l’exploit, c’est Perrine Delacour, qui après une saison difficile sur le LPGA tour, a rétrogradé sur le Symetra Tour, un circuit difficile mais nettement moins bien doté. Avec 3 victoires, cette saison, la voici en tête de la Volvik Race for the Card, est, sauf surprise, elle accédera au LPGA tour, en 2020, pour tenter de faire une bonne saison, sur un circuit où le niveau est de plus en plus relevé. La troisième française n’est autre que Céline Herbin, vainqueur, cette saison, en Espagne, son pays d’adoption, sur le Ladies European Tour. En difficulté, sur le LPGA tour, cette année, et ayant été victime de quelques ennuis de santés, ces dernières semaines, qui sont, aux dires de la joueuse, solutionnés, elle devrait logiquement passer, cette année encore, par les Q-Serie, pour retrouver ses droits de jeu, sur le LPGA. Si toutefois elle choisit cette option en fin de saison. Classée 248ème mondial, elle vient de gagner dix places, après avoir franchi le Cut à Evian. Désormais pensionnaire du club des quadras, sur le circuit mondial, Karine Icher a fortement reculé dans la hiérarchie, après son congés maternité.Mais la française revient progressivement à son niveau de golf et sa prestation en double, lors du Great Lakes Bay Invitational, laisse penser qu’elle comblera son retard tant à la Money List qu’à la Race to CME. Cependant, il va lui falloir réaliser de beaux résultats, sur les derniers tournois qu’elle pourra jouer, pour combler les 24 places qui la séparent du Top 100, à la Money List. Au Rolex Ranking elle est désormais 324ème. Camille Chevalier reste la première joueuse du circuit Européen, dans ce Top 4 des meilleures françaises au classement mondial, avec une 429ème place, en recul de 5 places.

Par : JHCuraudeau

Illustration : JHC – Photo : LPGA

Consulter le classement mondial ici