British Women’s Open : Buhai surprend à –7

C’est un british sans links, sans fairway grillés, sans vent et presque sans pluie qui a débuté dans la ville atypique de Milton Keynes, ce jeudi. Marchant entre les longues allées de conifères, le gratin du golf mondial féminin, pour l’ouverture du dernier Majeur de la saison, a donné un premier récital avant d’aller crescendo. Et les championnes de la discipline, ont, pour la plupart ouvert le bal, avec éclat, pour un leaderboard déjà très bas.

« Le parcours est franc » nous expliquait encore hier soir Céline Herbin avant de partir, très tôt, se reposer, elle qui débutait peu après l’aurore. Après Evian, les joueuses du LPGA Tour n’ont pas été très dépaysées par le cadre, à cela prés qu’il manque une vue sur le lac et les montagnes alentours. Pour le reste, le tracé du Marquis de Tavistock ne leur a guère laissé le choix. La balle doit être sur le fairway sous peine de se retrouver coincée entre et sous les arbres. De jouer la bonne zone sur le green sous peine de voir la balle filer, à l’anglaise, trop loin du mat et parfois, hors du green. Des green qui ont évolué, au fil de la journée bien que l’humidité fut persistante. D’abord celle du matin puis, l’après-midi en raison d’une averse d’environ trente minutes. Si, pour beaucoup de joueuses il est difficile de rester constante, d’un tournoi à l’autre, pour d’autres, chaque semaine est l’occasion de réaliser un performance. Ainsi, Sung Hyun Park, dimanche dernier en pleine tourmente, prenait-elle la tête du classement provisoire, dès la fin de la matinée. Comme totalement revigorée, la sud-coréenne, désormais n°2 mondial, enchaînait les birdie au rythme de un sur deux, jusqu’au 10. Il faut préciser que, David Jones, le caddie de Sung Hyun Park, connaît bien ce parcours et qu’il lui fut d’une grande aide pour construire ses coups. Un seul bogey est venu ternir la journée de ce duo de choc et Sung Hyun Park manqua d’alourdir la note, en appuyant beaucoup trop son putt pour birdie, sur le 18. Mais au moins, elle s’est donnée une belle option pour aborder le second tour tout en démontrant que sa contre performance, du dernier tour d’Evian, n’était qu’un petit passage à vide. La seconde sensation de la journée est venue de Charley Hull, moins bouillonnante, plus calme, mais toujours aussi explosive avec son swing. Membre du Woburn Golf club depuis l’âge de onze ans, la britannique est une des rares joueuses, à ne pas avoir concédé de bogey. Cinq birdie dont trois à la suite, du 10 au 12 pour un dernier, sur le 18, grâce à une superbe ficelle droite gauche, d’environ 6 mètres. Et une balle qui est entrée dans le trou, en bifurquant, à l’ultime moment, où elle allait manquer d’énergie, pour achever sa route. Acclamée, Hull a rejoint Park, au leaderboard, sur le score de –5 et elle fait déjà figure de favorite. Mais derrière, d’autres joueuses marchaient sur Woburn comme une armée marche vers la victoire. L’américaine Danielle Kang avançait sur un nuage au point, qu’après sa partie, elle déclara ne plus avoir de réel souvenir de ses coups. Et le génie se manifeste peut-être ainsi. Après trois birdie à l’aller, Kang assura trois Par pour remettre la machine en route, dès le 13. Un bogey sur le 14 ne suffit pas à l’intimider, elle que l’on sait combative. Trois birdie à suivre, du 15 au 17, et elle signa une carte de –6, pour une belle seconde place provisoire. Une performance, quand on sait qu’elle n’a pas franchi le Cut à Evian. Puis, il y eut la chevauchée, fantastique, de la sud-africaine Ashleigh Buhai. Plus habituée aux coups d’éclat, elle n’en reste pas moins tenace dès qu’elle est en phase avec un parcours. Et chacun a en mémoire son duel avec Katherine Kirk, lors du Thornberry Creek 2017. Plus à son aise sur des Links, sa prestation est remarquable. D’autant qu’elle réalise son score le plus bas, dans le cadre de ce Majeur. Comme ses camarades de tête, exceptées Kang et Moriya Jutanugarn, Buhai a trouvé le chemin du birdie, à sept reprise. Un score qui lui permet de tenir la tête du classement mais, également, qui donne le ton sur le rythme à tenir, dans ce tournoi. Le parcours est prenable, à condition de trouver les bonnes distances et d’avoir un bon putting. C’est la clé, déclara un Jin Young Ko, décidément de plus en plus performante et sûre d’elle. La sud-coréenne est, assurément, la joueuse qui a fait le plus sensation, durant ce premier tour. Et même si elle ne pointe qu’à la 8ème place, à –4, notamment à cause d’un double bogey sur le Par 3 du 14, la voir aussi fraîche, aussi sereine, aussi peu emportée par la pression après sa victoire à l’Evian Championship, ne laisse aucun doute sur sa capacité à réaliser une nouvelle semaine au sommet.

Les Jutanugarn mieux que les Korda

Avoir deux duos de sœurs sur un même circuit est obligatoirement un centre d’intérêt particulier. D’autant qu’elles sont toutes brillantes et victorieuses. Et c’est la moins capée des quatre qui tient la corde avec le score de –5. Face à un parcours qu’elle trouve difficile, notamment pour sa longueur, n’étant pas la plus puissante du circuit, Moriya Jutanugarn s’est tout de même frayée un chemin au sommet du leaderboard. Comme Danielle Kang, elle n’a concédé aucun bogey. Ariya, sa sœur cadette, déjà vainqueur ici, en 2017, pour son premier titre Majeur, pourrait bénéficier d’un avantage. Mais en réalité, sur un parcours plus long, et malgré d’excellents souvenirs de sa prestation il y a 3 ans, elle estime que le parcours est très différent et difficile. Aussi s’estime-t-elle heureuse de sa journée et de son score de –4. Et la thaïlandaise peut rester confiante pour la suite du tournoi elle qui a un putting en or. Pour preuve, ce putt, d’environ 20 mètres, qui traverse le green du 14, pour loger la balle dans le trou. L’un des plus beaux birdie de la journée. Du côté des sœurs Korda, le bilan est plus mitigée. Nelly comme Jessica ont éprouvé quelques difficultés à bien jouer. Trop de balles mal ajustées, trop de putt en dessous ou dessus de la ligne et un score qui reflète cette journée un peu confuse. Nelly est 21ème, à –2, tandis que Jessica est en difficulté, dans le Par. L’aînée des Korda est loin de sa prestation du début de saison où elle avait signé une seconde place à la Founders Cup et une 6ème place, pour le premier Majeur, en Californie.  

Shibuno, leader du clan japonais

Elles sont neuf japonaises engagées cette semaine et parmi elles, des noms connus comme Sakura Yokomine (-2), Ayako Uehara (-2), Ai Suzuki (+3), Mamiko Ueda (+3) ou encore Mamiko Higa (+3) mais aussi de nouvelles venues sur le Tour, qui ont fait le déplacement du JLPGA vers le LPGA tour, pour ce dernier Majeur de la saison. Pépinière de talents, au même titre que le KLPGA, le circuit japonais a laissé à la postérité, une certaine Ai Miyazato, vainqueur à Evian et très appréciée du monde du golf. Aussi, trois joueuses du Pays du soleil levant font-elles leur apparition dans ce Majeur. Il s’agit de l’amateure Yuka Yasuda, de Minami Katsu (-2) et d’une joueuse de 20 ans, Hinako Shibuno, 46ème mondiale. Cette dernière est sur une courbe ascendante, depuis plusieurs mois, et ne cesse de réaliser des performances sur le JLPGA. Elle a d’ailleurs remporté le Shiseido Anessa Ladies open, le 7 juillet dernier. Après un bogey sur le 4, elle n’a commis aucune faute, si l’on part du principe que jouer le Par est le score de base. Avec un score de 36 à l’aller et 30 au retour, elle est la surprise de ce tournoi au milieu des plus grands noms du golf féminin mondial. Que peut-elle nous réserver, cette semaine, là est la grande question ?

Agathe Sauzon meilleure des cinq françaises

Professionnelle depuis 2016, la native de Valence a décroché sa place pour ce dernier Majeur, en compagnie de Valentine Derrey, le lundi des qualifications. Et la voici, à 27 ans, en haut du classement provisoire d’un des tournois les plus mythiques du circuit, avec l’US Women’s open et l’Ana Inspiration. La française a trébuché, dès le premier trou, en, concédant un bogey. Mais bien vite, elle s’est ressaisie en trouvant trois birdie jusqu’au 9. puis, elle a assuré des Par pour s’offrir un dernier birdie sur le 17. Onzième du classement, elle domine Céline Boutier (-1) qui peine encore, cette semaine, à s’imposer au score, et une Karine Icher qui, comme c’est souvent le cas, a jonglé entre bogey et birdie, pour terminer sur une bonne note, à –1, après un birdie sur le 15. Valentine Derrey est la 4ème du groupe à trouver une place, en milieu de classement, dans la Par à la 46ème place tandis que Céline Herbin, pourtant bien partie, avec deux birdie en début de matinée, a fait, une fois encore, flamber sa carte par deux double bogey (12 et 13) et un bogey sur le 14, avant de sauver l’honneur, par un birdie sur le 17. Il faut cependant noter que la française est de ces 40 joueuses dont le sac est arrivé après 17h, lundi, par l’étourderie de Lexi Thompson, et qui n’a pu jouer qu’un tour de reconnaissance. Céline Herbin a, de nouveau, un sérieux challenge à relever pour tenter de franchir un Cut qui pourrait se situer dans le Par. Autant dire qu’elle ne devra pas papillonner et rester concentrée sur chaque coup.

Ce premier tour a donné le ton mais ne permet pas encore de dire si telle ou telle joueuse sera de la fête, ou non, ce week-end, hormis le groupe de tête, qui compte une solide avance. Même une joueuse à –3, comme Georgia Hall, ou à –2 comme Brooke M.Henderson, Sei Young Kim, JeongEun Lee 5, ou des joueuses à –1 comme Lexi Thompson, Hyo Joo Kim, Minjee Lee ou Brittany Lang dont le corps trahit sa prochaine maternité, ne sont pas à l’abri d’une journée sans. En revanche, le tournoi semble déjà plié pour Stacy Lewis (+6), Tiffany Joh (+6) et surtout, Dame Laura Davies qui, a 56 ans, ferme la marche à +10. Cruelle sortie pour celle qui a été et qui est encore un modèle du golf britannique. Mais c’est aussi la preuve que la passion ne suffit plus pour être performant dans le nouveau monde. Et l’on ne peut que regretter que le Legends Tour ne comporte que peu d’épreuves pour permettre à ces joueuses, toujours compétitives mais plus assez pour s’aligner aux côtés de la nouvelle génération, de poursuivre une seconde carrière, comme les hommes en ont la possibilité, sur le Sénior tour.

Retour ce vendredi, à Woburn, sur Golf +, pour suivre, dès 12h, le second tour du 43ème British Women’s open.

Consulter le leaderboard ici