British Women’s open : Buhai creuse son avance !

Des conditions quasi idéales pour jouer au golf, un parcours qui cède progressivement et qui ne doit ses difficultés qu’aux positions de drapeaux et à sa longueur et une joueuse confortablement en tête qui crée la surprise tandis que la seule française, rescapée, est revenue dans le Top 5. A Milton Keynes, il n’y a pas que la Formule 1 qui donne des ailes !

Avec une météo très douce, un faible vent, qui s’est levé en début d’après-midi et une bonne moitié du champ de joueuses qui a trouvé la clé pour rentrer des birdie, ce second tour a fourni du beau jeu mais aussi a mis en lumière les forces et faiblesses de chacune des 148 joueuses dont seules les 64 premières et ex aequo, ont échappé au Cut. Et parmi les éliminées du jour, se trouvent des figures du classement mondial. A commencer par Lydia Ko qui a sombré tout au fond du leaderboard sur le score de +12 avec Laura Davis, à +13,qui était déjà condamnée hier. La néo-zélandaise n’a pas touché terre depuis jeudi en se fourvoyant dans des bogey et des doubles bogey. Un seul birdie, en deux jours, jeudi, sur le Par 4 du 5. Lydia Ko n’avait pas connu un tel revers depuis le Scottish Open de 2017, où elle avait joué 153 en deux tours (74 – 79). Après Evian, c’est son second Cut manqué et sa seconde carte de 80, sur un British Women’s open. La première fut signée, en 2014, lors du dernier tour. Au revoir également à Stacy Lewis (+10), Sandra Gal (+8), Maria Fassi (+8), Meil Reid (+8), Jennifer Kupcho (+7), Madelene Sagstrom (+7). De même que Inbee Park (+6) et Cristie Kerr (+6). L’américaine qui réalise, d’ailleurs, une saison médiocre. Exit So Yeon Ryu (+2), Shanshan Feng (+2), Gaby Lopez (+2), Katherine Kirk (+2), Paula Creamer (+4) et Karrie Webb (+4). Bye bye les froggies Céline Herbin (+6), Valentine Derrey (+3) (voir notre interview), Agathe Sauzon (+2) et Karine Icher (+2) qui retrouve, peu à peu son meilleur niveau. Autant dire que ce Cut du 43ème British Women’s open a fait des victimes mais a permis à d’autres joueuses de trouver leur place, pour la suite de cette épreuve mythique.

Des rescapées qui ont bien réagi

Que c’était mal engagé pour cette poignée de joueuses qui avaient joué au-dessus du Par, et parfois largement, après le premier tour. Classée 115ème Austin Ernst revient de loin, après son 76 de jeudi. L’américaine a rendu une carte de 68, vierge de bogey, et s’installe désormais à la 48ème place. A peine mieux pour Momoko Ueda qui revient dans la partie grâce à une carte de 69 contre 75 la veille. Idem pour la chinoise Xiyu Lin qui signe un 69 et passe de la 87ème place à la 36ème. Et puis il y a toutes ces joueuses qui étaient en ballottage, en 62ème position. Hanna Green, notamment, qui a vécu une journée pénible, en alternant les bogey et les birdie, jouant avec la limite d’un Cut, qui évolua entre +1 et le Par. Par chance, le Cut repassa à +1 donnant un coup d’avance à l’australienne, qui concédait un dernier bogey sur le 18. Son mois de repos, auprès de sa famille, après sa superbe et inattendue victoire du KPMG PGA Championship, semble peser sur son jeu, même si elle a déclaré avoir travaillé durant cette période. Annie Park, Jodi Ewart Shadoff, Teresa Lu, s’en sortent également de justesse. L’espoir allemand, Olivia Cowan, qui évolue sur le L.E.T, s’est bien défendue, en signant une seconde carte de 67, ce qui lui permet de passer de la 62ème à la 18ème place. Et Lexi Thompson sauve, elle aussi, l’honneur sans toutefois convaincre. L’américaine n’est pas dans le coup depuis son arrivée en Europe et son score de –3 reflète, peut-être, un nouveau malaise chez l’américaine. Elle a deux jours pour relever la tête et montrer que ce tracé de plus de 6000 m, est taillé pour son jeu. Enfin, la sud-coréenne, In Gee Chun, franchit in extremis le Cut au terme d’un second tour qui ne reflète pas son niveau. Trois bogey, un double bogey contre deux birdie. L’héroïne de l’international Crown a été l’ombre d’elle-même, sans doute impressionnée par ce Marquis de Tavistock qui donne du fil à retordre, depuis deux jours.

Buhai s’impose et les anglaises sont au rendez-vous

Les deux jours qui suivent promettent du sport, au sens physique du terme. Car la lutte, dans le Top 20, est loin d’être terminée. Certes, la sud-africaine Ashleigh Buhai tient le bon bout, pour décrocher sa première victoire sur le LPGA tour. Dans sa 11ème année sur le circuit américain, elle n’a comme palmarès que quatre et maigres Top 10 et quelques coups d’éclat. Ces deux succès, elle les a obtenus sur le Ladies European Tour à une époque où elle se nommait encore Simon. Leader hier, au terme d’une journée en 65, constituant la meilleure carte du jour, elle a conforté son avance grâce à une journée vierge de bogey et cinq birdie pour s’envoler, en tête, à –12. Et l’on sait la sud-africaine tenace, combative, dès qu’il s’agit de se battre pour conserver sa position. Se sentant bien sur ce parcours, patiente, Ashleigh Buhai est peut-être la prochaine joueuse à créer l’exploit, cette saison. Mais avant de poser les mains sur le trophée, elle devra prendre ses distances avec le contingent britannique composé de Georgia Hall, Charley Hull et Bronte Law mais aussi de quelques pointures, comme Sung Hyun Park, Carlota Ciganda, la française Céline Boutier et, surtout, cette jeune japonaise, venue spécialement pour disputer cette épreuve. Hinako Shibuno est toujours là. Solidement positionnée à la seconde place, avec le score de –9. Comme hier, elle concède un bogey, mais elle inscrit un peu moins de birdie. Néanmoins, le putting est là et la décontraction aussi. Un jeu et une attitude qui lui ont permis de se relever d’un trois putt sur le trou n°4. L’américaine Lizette Salas se montre également très combative et l’on sait qu’elle travaille beaucoup, depuis plusieurs mois, pour décrocher, enfin, cette seconde victoire qui lui a échappé à Indianapolis, en 2018. La 28ème mondial, joue également sa qualification en Solheim Cup, elle qui pointe 5ème, juste derrière une Nelly Korda qui a bien réagi dans ce second tour. Mais les anglaises n’entendent pas laisser filer leur trophée facilement. Et surtout Geogia Hall, qui aimerait faire un doublé, mais aussi Charley Hull, qui joue à domicile. Cependant, les deux anglaises n’arrivent pas à sortir le tour magistral. Hall piétine en 69, comme la veille, et Hull a éparpillé quelques coups et a vendangé quelques chip. Rien de bien grave, pour le moment, mais dimanche, si la victoire se joue à un coup, l’une et l’autre pourront s’en mordre les doigts. Attention également à Bronte Law, désormais décomplexée depuis sa victoire, à Williamsburg. Si elle a su triompher sur un tracé dessiné par Pete Dye, elle est capable de s’imposer à Woburn. Reste, pour elle, à gérer la distance.

4ème, Céline Boutier s’affirme

Elle confirme son statut de n°1 française, dans ce dernier majeur de la saison, après être passée à côté de son tournoi national. Comme lors de l’US Women’s open, Céline Boutier est au rendez-vous. « Je n’ai fait aucune erreur » a-t-elle déclaré au micro d’Amy Rogers, après son tour en 66, constituant la meilleure carte du jour. Et nous pouvons la croire sur parole avec cet eagle sur le 15, sur une approche magnifique, d’environ 100 mètres, où elle va trouver le green, derrière le mat, avec une balle qui va effectuer un back spin, pour terminer dans le trou. « un bonus »  dira-t-elle, qui vient récompenser cette joueuse que tous les supporters du golf féminin français attendaient depuis Patricia Meunier-Lebouc, dernière française victorieuse sur le LPGA Tour. Et chacun se prend déjà à rêver d’un succès de la joueuse de 25 ans, dont l’ambition est d’en croquer en peu plus.

Le moving day donnera le ton

Ce samedi, il faut s’attendre à du mouvement au classement. Car les joueuses du Top 10 ne sont pas nécessairement celles qui ont le plus à prétendre. Ainsi, nous avons vu une Sung Hyun Park encore en proie à l’agacement et une Anna Nordqvist jouer de très bons coups. D’abord ce putt en descente, à environ 5 m, pour birdie. Puis ce coup, qui trouve le green du 12, avec une balle qui est venue se placer à 50 cm du trou. L’européenne n’a rien perdu de son jeu. Elle traverse juste un petit passage à vide qui ne lui permet plus d’occuper les premières positions. Mais à chaque coup, elle est capable de signer une performance. Il y a aussi Minjee Lee qui a repris un peu la main tout comme Nelly Korda et l’allemande Cowan. Mais il reste en embuscade Jin Young Ko (-6), Ariya Jutanugarn (-6) et même Morgan Pressel (-4), toujours aussi technique et précise. L’américaine a gratifié le public d’une superbe sortie de bunker, à environ 90 m, qui est venue se loger, idéalement, sur le green pour un birdie à suivre. Oui, comme toujours, tout reste possible surtout sur ce parcours où la distance est une composante importante, de même que les green, qui offrent des pentes difficiles à gérer. Mais par chance, le parcours est soigneusement préparé et les green sont réceptifs. Ils devraient l’être un peu plus ce week-end, car la pluie est annoncée, notamment pour dimanche. Aussi, s’il y a plantage de mat, les cartes seront redistribuées et les scores pourraient s’envoler.

Quoi qu’il en soit, même si ce British Women’s open ne se déroule pas sur un links, le spectacle est au rendez-vous et nombreuses seront les joueuses à se sentir pousser des ailes, dans ce troisième tour, pour tenter d’arracher cette ultime victoire Majeur, de la saison. Nous saurons, alors, à quoi nous en tenir, pour aborder la dernière journée.

Voir le classement ici

Par : JHCuraudeau