Interview Mi Jung Hur après sa victoire au Ladies Scottish Open

Photo: LPGA/Gertty Images

Tom Benbow : Félicitations, vous êtes la nouvelle vainqueur avec quatre coups d’avance. Que ressentez-vous ?

MI JUNG HUR: Je me sens vraiment bien. En fait, je pense que c’était la première fois que je jouais 18 trous avec trois coups d’avance. J’ai joué vraiment à l’aise sur ce dernier tour parce que je menais de trois coups. Je me suis donc sentie en confiance et j’ai très bien joué.

TOM BENBOW: C’est votre troisième victoire sur LPGA Tour.  Quelles ont été les clés pour réussir à rester patiente ?

MI JUNG HUR: Mon objectif pour la journée était de jouer au golf, de rester au sec sous la pluie et de rester concentrée sur mon jeu. Cela a vraiment bien fonctionné et m’a apporté un bon résultat. 

TOM BENBOW: Y a-t-il eu un moment pendant ce tour où vous avez eu le sentiment que vous pouviez l’emporter ?

MI JUNG HUR: Sur le Par 5 du trou n° 12, j’ai eu un troisième coup très court, et ma balle est partie légèrement à gauche, en bas de la butte. Le putt faisait environ 9 mètres et je l’ai rentré. Après cela, j’ai senti que je pouvais gagner ce tournoi et que je jouais en confiance.

TOM BENBOW: Vous avez déclaré que vous n’aimiez pas beaucoup les parcours de type links, cependant vous avez obtenu une deuxième place et une victoire en trois participations. MI JUNG HUR: Oui, je ne sais pas pourquoi je n’aime pas les links. Je crois que c’est sûrement lié au fait que lorsque vous ratez le fairway vous avez un épais rough. Si vous êtes malchanceux, vous aurez des difficultés à en sortir. Je pense que c’est pour cette raison que je n’aime pas les links. Mais cette semaine, je n’ai rencontré aucun problème avec ce type d’herbe, alors, après ce week-end, je vais dire que j’aime les links (éclat de rire).

Presse : Avez-vous eu conscience qu’un retournement de situation était possible ?Vous étiez à peu quatre à égalité de coups ?

MI JUNG HUR: A quel moment ? Au trou n°10 ? En fait, je ne regardais jamais le score. Je cherchais simplement à jouer mon jeu et me tenir loin du panneau des scores, tout simplement parce que je n’aime pas penser au score.

Presse : Vous ne vouliez pas regarder le leaderboard ?

MI JUNG HUR: Bien sûr, je l’ai fait parce qu’il y a tellement de tableaux de score sur le parcours que c’est impossible de faire autrement. Mais j’ai continué à penser à mon jeu, à apprécier le moment et cela a bien fonctionné aujourd’hui.

Presse : Vous avez bien joué à Dundonald il y a quelques années et le temps était mauvais à l’époque.

MI JUNG HUR: La météo était vraiment mauvaise. Je crois que c’était pire qu’aujourd’hui tout simplement parce qu’il y avait entre 30 et 40 kilomètres par heure de vent. Mais tout le monde m’a dit que je joue très bien dans le mauvais temps, ce que je ne crois pas au fond de moi. Je ne suis pas très bonne avec du mauvais temps. Mais j’ai eu un bon tour aujourd’hui alors peut-être que je peux dire que je joue bien avec du mauvais temps.

Presse : En Corée vous (les joueuses) avez tendance à vivre dans les régions où il y a du vent. JeongEun Lee6 a déclaré qu’il a grandi sur une île où il y a du vent. Est-ce votre cas ?

MI JUNG HUR: Non, je ne suis pas de cette région. En ce moment je vis au Texas et il y a beaucoup de vent tous les jours. Environ 40 km/H chaque jour. Donc j’ai l’habitude de jouer avec ce genre de condition.

Presse : Nous supposons que cela vous fait du bien de revenir dans le cercle des vainqueurs ? Avez-vous parfois pensé que cela ne se reproduirait plus ?

MI JUNG HUR: J’ai eu de grandes chances, en 2017, d’y revenir, car j’ai réalisé une bonne année. Et j’ai dû lutter l’année suivante. Aussi, je cherche juste à me libérer du stress du golf parce que je me suis mariée l’année dernière. Je veux retrouver plus de bonheur avec ma famille et cela m’aide beaucoup à profiter du golf.

Presse : Au dos de votre tenue de pluie il y a inscrit « Gagner à tout prix ». Est-ce juste un slogan publicitaire ?

MI JUNG HUR: Oui, c’est mon sponsor qui l’inscrit mais je pense que ce slogan a du sens.

TOM BENBOW : Parlez-nous de votre couple. Votre mari est ici cette semaine. Est-ce qu’il voyage avec vous toute la saison ?

MI JUNG HUR : Non, pas tout le temps car il travaille en Corée et qu’il est juste venu passer trois semaines en Europe, en débutant par la France et le week-end dernier à Milton Keynes. Et à présent il va rentrer en Corée et moi je retourne à Dallas ce lundi.

TOM BENBOW : Aviez-vous un caddie écossais cette semaine ?

MI JUNG HUR: Oui, mon caddie s’appelle Gary Marshall. Il est écossais et il habite à environ 30  minutes du parcours. Au premier tour j’ai fait un birdie, puis deux bogey après un autre birdie, il était fou. Au départ du trou n°4, il m’a dit « allez M.J, tu peux le gagner ce tournoi ». Et il me l’a dit, de nouveau, aujourd’hui quand j’ai fait un bogey sur le trou n°3. Il m’a vraiment aidé à me calmer et m’a parlé des conditions de jeu difficiles avec la pluie et le vent.

Presse : Depuis combien de temps est-il votre caddie ?

MI JUNG HUR: Je l’ai rencontré l’année dernière. Cela fait juste un an.

Presse : c’est donc une belle victoire pour lui aussi.

MI JUNG HUR: Oui.

TOM BENBOW: Avait-il déjà caddéyé pour quelqu’un sur le circuit ?

MI JUNG HUR : Il avait l’habitude de caddeyer sur le European PGA Tour. Je n’en sais pas plus. Désolé.

TOM BENBOW : Encore une fois, félicitations

Interview réalisée lors de la conférence de presse après la victoire de Mi Jung Hur, animée par Tom Benbow, relation presse et communicant chez IMG Golf communication, ainsi que devant les journalistes présents à cette conférence. Cette interview est une transcription de l’anglais tentant de reproduire fidèlement les propos tenus, dans un français cohérent sans dénaturer le fond.