CANADIAN PACIFIC WOMEN OPEN : l’essentiel à savoir

Historique

Cette épreuve est née en 1973 et fut longtemps un tournoi majeur du LPGA. La genèse de cette épreuve s’inscrit dans la droite ligne de l’évolution du golf féminin, suite à la création du flamboyant Dinah Shore Winner Circle, servant de support promotionnel à la société Colgate.  Au début des années 70, le golf féminin a besoin de tournois et les féminines en réclament. Golf Canada, l’association qui gère le golf aux Canada depuis 1895, propose d’installer dans le calendrier une épreuve ouverte aux femmes. La canadienne Jocelyne Bourassa s’impose devant Judy Rankin, lors de la première édition. Puis les américaines vont dominer l’épreuve. En 1978, il est décidé que le tournoi devienne une épreuve Majeur du LPGA. Au bénéfice d’un changement de sponsor titre, l’omnium canadien va connaître sa première édition, en tant que tournoi du grand chelem, en 1979. C’est l’entreprise Imperial Tobacco qui va saisir l’opportunité en promouvant l’une de ses marques de cigarettes. Ainsi née le Majeur Peter Jackson Classic jusqu’en 1983 avant de prendre le nom de Du Maurier Classic, appellation plus connue de la plupart des amateurs de golf pour dénommer l’Omnium Canadien. Si Judy Rankin prit sa revanche en 1977, c’est l’américaine Amy Alcott qui fut la première vainqueur de ce tournoi majeur. Juli Inkster remportant, quant à elle, la première édition de la Du Maurier Classic. L’entrée dans le nouveau millénaire marque la fin de l’appellation Majeur pour la classique canadienne qui redevient une épreuve traditionnelle du circuit féminin en 2001. Pour autant l’histoire de cette épreuve n’en sera pas émoussée, bien au contraire. Si deux n°1 mondiale vont s’imposer, Annika Sorenstam en 2001 et Lorena Ochoa en 2007, la jeune néo-zélandaise Lydia Ko va laisser une empreinte forte en remportant l’épreuve, par deux fois, en tant que joueuse amateur avant de gagner une nouvelle fois, en 2015, avec son statut de professionnelle. Elle est la seule amateur à s’être imposée y compris deux années de suite. En 2014, la compagnie ferroviaire canadienne, Canadian Pacific, devient le partenaire principal jusqu’à ce jour. Au niveau des parcours, l’épreuve fut accueillie par de nombreux clubs tout au long de son histoire. C’est  le Saint-George’s Golf and Country Club qui accueillit l’épreuve à cinq reprises. Viennent ensuite le Vancouver Golf Club et le Beaconsfield Golf Club à quatre reprises et à trois reprises, les parcours du London Hunt Club, le Priddis Greens Golf et le Royal Mayfair Golf Club. En 2018, sur le parcours du Wascana Country Club, Brooke M.Henderson succède à Jocelyne Bourassa, en devenant la seconde canadienne à remporter l’épreuve. Quarante ans se sont écoulés. Pour cette nouvelle édition, l’omnium féminin du Canada se déroule sur le parcours du Magna Golf Club.

Le parcours

Situé à une quarantaine de kilomètres, au nord de Toronto, dans la ville d’Aurora, le Magna Golf club est un club privé comptant 270 membres auxquels s’ajoutent une communauté d’individus amateurs de vins et de bonne chère n’appartenant pas au monde du golf. Le parcours est récent puisque datant de 2001. Il est l’œuvre d’un architecte canadien, ancien caddie et excellent joueur, qui possède une expérience de plus 35 ans, au travers, notamment, de son cabinet d’architecte. Diplômé d’architecture paysagère, ayant été l’élève de Clinton Earl Robinson (1907 – 1989), architecte de golf canadien, Doug Carrick a conçu ce parcours dans la plus pure tradition des golfs paysagers, en épousant le relief naturel. Ainsi, fairway et green présentent une ondulation naturelle et chaque balle au repos nécessite de disposer d’une bonne technique pour bien appréhender le coup suivant. Les larges bunkers s’incrustent, également, dans le relief naturel, de sorte qu’ils présentent des bords plus ou moins hauts et peuvent se trouver bien en dessous d’un fairway ou d’un green. Long de 6400 mètres, dans sa configuration back tee, les divers dénivelés augmentent, un peu plus, la sensation de distance. En conclusion, c’est un parcours très agréable visuellement mais technique autant que sportif, qui attend les joueuses de ce 47ème Omnium féminin du Canada.

  • Par naturel : 72
  • Par LPGA : 72 (36 –36)
  • Distance aller : 3080,61 mètres
  • Distance retour : 3054,09 mètres
  • Distance naturel : 7000 mètres
  • Distance LPGA : 6103 mètres
  • Fairway : Bentgrass
  • Tonte : N.C
  • Green : Bentgrass
  • Tonte : N.C
  • Rough : Kentucky Bluegrass/Ryegrass blend
  • Tonte : N.C
  • Stimpmeter : 11
  • Nombre de bunker : 96
  • Superintendant : Wayne Rath

Le champ de joueuses

156 joueuses cette semaine pour quatre tours et un Cut, au terme de la seconde journée, qui conservera les 70 meilleures et ex-aequo. Cette semaine, le nombre d’invitées sponsor est conséquent. Onze joueuses ont reçu une invitation et elles ne sont pas toutes canadiennes. Outre Yealimini Noh, qui s’est déjà illustrée cette saison sur le Marathon Classic ainsi qu’à Evian, l’américaine Cheyenne Woods, qui tarde à s’imposer sur le circuit mondial, est également dans le champ aux côtés d’une autre américaine, Brianna Navarrosa. Cette dernière dispose d’un statut amateur tout comme Emily Zhu (Richmond Hill) et Mary Parsons (Delta), également sur la liste des invitées et Michelle Liu (Vancouver) qui à 12 ans, est la benjamine de la semaine. Elle participe à son premier tournoi professionnel cette semaine.

Juli Inkster entre dans le champ en tant que plus ancienne joueuse du circuit.

Du côté des têtes d’affiche, outre la présence de Brooke M.Henderson, il faut compter celle de Suzann Pettersen, définitivement revenue à la compétition, ainsi que les stars du circuit que sont les soeurs Jutanugarn, Sung Hyun Park, So Yeon Ryu, Sei Young Kim, Lexi Thompson, Stacy Lewis, Mi Jung Hur, Mirim Lee, In Kyung Kim, Anna Nordqvist, Azahara Munoz, Amy Olson ou encore Morgan Pressel, Shanshan Feng, Jin Young Ko et autres joueuses du Top 30 mondial.

Historique des victoires

La première vainqueur

  • Jocelyne Bourassa (Can) : 1973

3 victoires

  • Pat Bradley (USA) : 1980 – 1985 – 1986)
  • Meg Mallon (USA) : 2000 – 2002 – 2004
  • Lydia Ko (NZL) : 2012 (a), 2013 (a), 2015)
  • 2 victoires
  • JoAnne Carter (USA) : 1975 – 1978
  • Brandle Burton (USA) : 1993 – 1998

Les 11 dernières vainqueurs

  • 2018 : Brooke M.Henderson
  • 2017 : Sung Hyun Park 
  • 2016 : Ariya Jutanugarn 
  • 2015 : Lydia Ko 
  • 2014 : So Yeon Ryu 
  • 2013 : Lydia Ko 
  • 2012 : Lydia Ko 
  • 2011 : Brittany Lincicome 
  • 2010 : Michelle Wie 
  • 2009 : Suzann Pettersen 
  • 2008 : Katherine Kirk 

Les départs des françaises

Tee n°10

  • 8h10 : Céline Herbin – Georgia Hall – Sei Young Kim
  • 9h27 : Isi Gabsa – Céline Boutier – Anne Van Dam

Tee n°1

  • 14h09 : Karine Icher – Cheyenne Woods – Sakura Yokomine

Sponsor et dotation

Comme nous l’avons vu plus haut, plusieurs partenaires se sont succédé pour soutenir cette épreuve et notamment le cigarettier Imperial Tobacco et les fameuses Du Maurier. Depuis 2006, c’est la compagnie ferroviaire canadienne Pacific, qui est un réseau transcontinental entre le Canada et les Etats-Unis, qui parraine l’épreuve. Cette compagnie compte des liaisons directes entre les deux pays et comporte huit gares importantes dont celles de Vancouver et Montréal. Comme toujours, l’arrivée d’un nouveau partenaire permet d’augmenter la prime de tournoi. Paradoxalement, c’est au moment où l’épreuve ne compte plus en tant que Majeur que la prime va sensiblement augmenter passant de 1 300 000 dollars US à 1 700 000 dollars US pour le premier tournoi parrainé par Canadian Pacific. En 2009, la prime fut même portée jusqu’à 2 750 000 dollars US. Depuis 2014, la prime est plafonnée à 2 250 000 dollars US avec une prime au vainqueur de 337 500 dollars.

Les horaires de diffusion sur Golf Channel

  • Jeudi 22: 15h30
  • Vendredi 23: 15h30
  • Samedi : 20h30
  • Dimanche : 19h30

Consultez le leaderboard ici

Par : JHCuraudeau