Canadian Pacific Women’s Open : Henderson défend son titre

Encore un tournoi qui s’annonce très disputé un leaderboard homogène où têtes d’affiche et joueuses de second plan se côtoient pour des scores, après le premier tour, qui sont déjà très bas. Et la canadienne tenante du titre est solidement installée en seconde position.

Qu’elles aient joué ou pas le parcours par le passé, ne change que peu de choses pour la plupart des pensionnaires du LPGA Tour. Pour preuve, ces scores déjà bas pour un premier tour, sur un parcours qu’elles découvrent, avec une Annie Park solidement en tête qui n’a pas caché sa satisfaction. L’américaine s’est même offert le luxe d’inscrire un eagle sur le Par 5 du 9, pour sortir en 32 de son aller. Avec deux bogey sur sa carte, Park semble dominer son sujet et se dit particulièrement confiante en son jeu qui lui permet de pointer seule en tête, à –7. Mais elle est déjà talonnée par la tenante du titre et l’enfant du pays dont le public est acquis à sa cause. Brooke M.Henderson, particulièrement sollicitée par les médias, en début de semaine, a donné les clés de la réussite sur ce tracé d’Aurora où les fairway sont larges, ainsi que les green, et les rough très denses. « il faudra bien toucher la balle cette semaine pour être précis et trouver une cible étroite », a précisé la nonuple vainqueur du LPGA Tour et déjà double vainqueur cette saison. Et de toute évidence, son jeu fut à la hauteur de ses conseils puisque la voici tout en haut du classement, au terme de la première journée. Pourtant, lorsqu’elle s’est réveillée, ce jeudi matin, qu’elle a relevé la température, plutôt basse, et a constaté qu’il y avait du vent, la canadienne a frémi et s’est dit que ce premier tour ne serait pas aussi simple à jouer, qu’elle l’avait envisagé. D’ailleurs, elle a quelque peu révisé sa stratégie en jouant de prudence, dès le premier trou. Mais que craint-elle réellement, en compagnie de sa sœur Brittany avec laquelle elle forme un superbe duo. « Je me sens vraiment dans un situation très confortable avec elle » a-t-elle précisé. Et plus personne n’en doute au regard de résultats et de la carte du jour. Un seul bogey pour sept birdie, la désormais ex plus jeune joueuse canadienne du LPGA Tour, semble bien partie, pour défendre ce titre qu’elle avoue ne pas être sûre de renouveler. Mais elle n’est pas seule à –6. Quatre autres joueuses partagent cette position et notamment la n°1 mondiale Jin Young Ko, qui a remporté, il y a deux semaines, le Annika Major Award. Comme Broch Larsen et Anne-Catherine Tanguay, également à –6, elle rend une carte de vierge de bogey et se retrouve, cette semaine encore, dans le haut du classement. La thaïlandaise Anannrukarn complète ce groupe. Un seul bogey, sur sa carte mais un eagle, dès le premier trou. Quoi de mieux pour se mettre en confiance.

Un Top 20 bien fourni

Ce classement, après le premier tour, est donc hétérogène et personne ne s’en plaindra. Car il est toujours très agréable de voir les stars du circuit aux cotés de ces joueuses qui trustent, de temps à autre, un Top 5, un Top 10 et qui disparaissent ensuite de la course à la victoire. Ainsi, la chinoise de Hong-Kong, s’est faufilée à –5, en 7ème position, avec Marissa Steen, Meghan Kang et l’espoir suédois, Louise Ridderstrom. Derrière, à –4, l’australienne Su Oh s’insert dans un groupe, à –4, où l’on trouve des joueuses de notoriété comme Georgia Hall et les deux Amy, Yang et Olson. La chinoise Yu Liu complète la liste et prouve, une fois encore, qu’elle fait partie de la fine fleur du golf chinois. La 16ème position du leaderboard est tenue par un groupe de 13 joueuses où les meilleurs talents de la discipline se sont regroupés. Marina Alex, Sung Hyun Park, Nelly Korda, Nasa Hataoka, Gerina Piller, Minjee Lee, Bronte Law et Jessica Korda, toutes déjà victorieuses sur le circuit mondial. L’américaine Olson a plus compter sur son putting que sur son touché de balle, elle qui, d’ordinaire, possède une bonne frappe. Mais ce jeudi, c’est autour et sur les green qu’elle s’est sentie le plus à l’aise. Quant à Georgia Hall, qui a vécu un moment difficile lors du dernier British Women’s open, elle retrouve le plaisir de jouer cette semaine et se dit satisfaite de cette première journée. Un seul bogey, sur le 17, et un long jeu qu’elle qualifie de « très, très bon ».

Pettersen, confiante à –1

C’est le grand retour de la norvégienne, qui manquait tant au circuit, depuis qu’elle s’était retirée, pour cause de congés maternité. Non seulement son retour est un plaisir pour tous les fans, mais en plus, il est probablement le plus réussi de toutes les joueuses qui ont connu un heureus événement. Certes Pettersen a quitté le circuit fin 2017, donc un peu plus tôt que Stacy Lewis, Gerina Piller et Karine Icher, mais elle a surtout était la plus pragmatique, en se donnant plus de six mois d’entraînement, pour reconstruire son jeu et retrouver des sensations. Et le résultat est probant puisqu’à peine de retour, après deux épreuves, la voici passée du rang de Vice capitaine à celui de joueuse du team Solheim Cup, pour l’Europe. Certes, elle n’a pas franchi le Cut en Ecosse et sa carte, pour ce premier jour, semble bien sage au regard de ce qu’elle a pu produire autrefois. Un bogey contre deux birdie avec un aller dans le Par, solide, pour lui permettre de pointer à –1, au 46ème rang provisoire. Mais c’est avant tout l’expérience qui s’exprime sur ce parcours du Magna Golf Club et revenir au Canada, 10 ans après sa victoire, dans ce même tournoi, est pour elle une joie. Le parcours semble lui convenir. « C’est fantastique, de très larges fairway avec des green difficile qui offrent un vrai challenge en raison des nombreuses ondulations » a déclaré Pettersen lors de la conférence de presse, juste avant le premier tour. « Il faut vraiment avoir la bonne vitesse et bien lire les green », sous entendant que c’est là, la clé pour réaliser des scores. Pour le moment, Madame Rigvold s’en tient à commettre peu de fautes. Mais un autre challenge, attend quotidiennement celle qui totalise 15 victoires sur le Tour. C’est celui d’être maman, à temps plein et golfeuse le reste de son temps libre. Et comme Stacy Lewis l’a également exprimé, c’est à la fois l’un des plus beaux cadeaux de la vie et la partie la plus compliquée à jouer, chaque jour. Suzann Pettersen s’est donc créé de nouvelles habitudes, a pris un nouveau rythme pour concilier son rôle de mère avec celui de golfeuse professionnelle. Et cela semble fonctionner.

Céline Boutier seulement à –1

Désormais sélectionnée en Solheim Cup, Céline Boutier est forcément très observée. Et les attentes des supporters sont légitimes. Partie du 10, la française a eu du mal à trouver le chemin du birdie et c’est avec un score de 37, qu’elle clôture son aller, comportant deux bogey et un birdie. Le retour fut bien plus à son avantage avec deux bidire (2 et 7) signant, une fois encore, le meilleur résultat des françaises engagées. Céline Herbin suit, dans le Par total, à la 65ème place, qui la positionne, une fois encore, sur le fil de la lame d’un Cut qui ne conservera que les 70 meilleures. Un bogey et un birdie à l’aller comme au retour, la double vainqueur du L.E.T doit absolument se qualifier, cette semaine, pour mettre fin à une mauvaise série et se relancer, avant la fin de la saison, dont elle sait, déjà, qu’elle s’achèvera par la Q-serie. Quant à Karine Icher, avec une carte de +1, elle est à nouveau en danger, sous le Cut provisoire, en 82ème position.

A suivre, le second tour, dès 15h30, sur Golf Channel, pour voir si les françaises parviendront à se qualifier et, surtout,  si Brooke M.Henderson continuera à rester dans le même rythme, en haut du classement provisoire.

Par: JHCuraudeau

Consultez le classement provisoire ici