CP Women’s open : La bonne semaine de Céline Boutier

L’écrasante victoire de Jin Young Ko, la lutte incroyable, pour le titre, que Nicole Broch Larsen et Brooke M.Henderson ont livré, a passé un peu sous silence la bonne prestation de la française Céline Boutier. Avant d’aborder la 25ème épreuve de la saison, dans l’Oregon, retour sur le parcours de la n°1 française, dans l’épreuve canadienne.

Les deux premiers tours couverts par Céline Boutier, sur le Magna Golf Club, dans l’Ontario, lui ont permis de franchir le Cut sur le timide score de –1, loin derrière les joueuses de tête, qui évoluaient, déjà, entre –6 et –7. Si la française ne manquait qu’un fairway lors du premier tour, et les touchait tous, lors du second, elle connaissait des difficultés à prendre les green en régulation. Seulement 9 sur 18, soit un ratio de 50% pour le premier tour, et 11 pour 18, lors de la deuxième journée mais avec un peu plus de putt, donc moins de réussite sur les green. Et ce fut donc une carte dans le Par, pour la française, avec 3 bogey contre deux birdie. Le troisième tour fut, incontestablement, la meilleure carte de la française mais aussi sa plus forte progression. Classée 59ème, en fond de tableau, à la porte du Cut, Céline Boutier va réaliser une journée sans bogey, touchant moins de fairway que sur les deux premiers tours, seulement 11, mais en améliorant sa statistique de green en régulation, soit 12. Et derrière, le putting a également suivi avec 26 putt, soit 3 de moins que la veille. Certes, il faut toujours associer à ces chiffres les positions de drapeaux qui changent chaque jour et qui font qu’un trou sera plus ou moins facile à conquérir. Mais chacun sait qu’une balle sur le fairway offre un meilleur coup à suivre, et q’un green touché, au minimum en régulation, et, si la balle est bien placée, l’assurance d’un Par, sinon d’un birdie pour les professionnelles. Avec ses cinq birdie sur sa carte, Céline Boutier a dopé son score pour passer de –1 à –6 et remonter de 23 places, pour se classer 36ème. Un classement, à l’issue du 3ème tour où l’on retrouve, à cette même position, Sung Hyun Park et Jennifer Kupcho, deux des stars du circuit. Preuve que la française est indissociable de l’élite mondiale, même si, comme elle le sait, il reste encore du chemin à parcourir, pour se hisser au niveau d’une Jin Young Ko, qui est en train de passer l’année sur nuage. Le dernier tour de la française est également très positif. Hélas, l’incroyable spectacle fourni par les joueuses du dernier groupe, a occulté bon nombre de performances, et fait passer sous silence le travail que la française venait de fournir. Un peu la faute, également, au fait que sa partie ne fut pas diffusée par la télévision, ce qui enlève, pour beaucoup, de l’intérêt au résultat. Voici le moment de remettre les pendules à l’heure, de rendre à Céline ce qui appartient à Boutier et faire passer, de l’ombre à la lumière, le résultat d’un dernier tour qui en dit long sur le potentiel de la française. 

Si proche du Top 20 de la Money list

Si le nombre de fairway touchés, de ce tour final, s’inscrit dans la moyenne de ses trois premiers tours, elle va, en revanche, toucher 15 green en régulation, prouvant qu’elle a parfaitement pris la mesure d’un parcours, dont la distance est supérieure à 6000 mètres. Avec une distance moyenne au drive, de 245 yards, soit 224 mètres, Céline Boutier est bien loin de Nicole Broch Larsen (250,54m) et de Brooke M.Henderson (253,28m) et même de Nanna K.Madsen avec une moyenne supérieure à 258 mètres. Trente deux mètres, sur un coup, cela représente deux clubs de différence, sur un second coup. Il est donc plus confortable d’attaquer un green au fer 9 qu’avec un fer 7. D’autant que les chances de faire tenir la balle sur le green augmentent proportionnellement à l’augmentation du loft du club. Mais la distance au drive ne fait pas tout, loin s’en faut. Il suffit de regarder une Joanna Klatten, désormais rétrogradée sur le Symetra Tour, qui a récemment pris conscience que le golf ne se résume pas à un concours de drive. Mais on peut également citer le cas de Lexi Thompson qui, en raison d’un problème de putting, qui est loin d’être résolu, ne domine plus le circuit comme elle a pu le faire jusqu’en 2017. Et souvenons-nous de la brillante victoire de Mo Martin, lors du British Women’s open en 2014, qui du haut de son mètre cinquante cinq et ses drive à tout juste 220 mètres, a remporté l’un des plus prestigieux tournois du circuit. La distance au drive ne fait pas tout, mais elle peut aider, et même beaucoup, quand le mental et le reste du jeu sont bien place.

Concédant un bogey sur le 8, Céline Boutier inscrit l’essentiel des birdie du jour, sur l’aller et en ajoutera un dernier, sur le trou n°14, le Par 5 désigné pour l’AON Risk Challenge. En passant de –6 à –10 total, pour une 25ème place finale, Céline Boutier ne fait pas que réaliser la meilleure performance de la semaine du clan français, elle conforte son rang à la Money list, à quelques 1000 dollars de la 20ème place, occupée par So Yeon Ryu, ainsi que son classement Race to CME en 22ème position, au milieu de grands noms du golf féminin tels Azahara Munoz, qu’elle retrouvera prochainement en Solheim Cup, mais aussi Inbee Park et Mi Jung Hur, récente vainqueur du Scottish Women’s open.

Quant au classement mondial, Céline Boutier se maintient à la 61ème place, pour sa seconde année pleine, sur le LPGA Tour, où elle compte désormais une victoire, qui est entrée dans les annales du golf féminin français.

Par : JHCuraudeau