Cambia Portland Classic : Second tour de haut vol

A quelques centaines de mètres de la piste principale de l’aéroport international de Portland, face à la rivière Columbia, les scores se sont envolés et la moitié du champ est restée clouée au sol, faute d’avoir pu trouver les clés pour bien aborder le parcours. En tête, l’australienne Hannah Green tient le tournoi avec cinq coups d’avance.

Jamais l’australienne Hannah Green n’avait joué aussi bas, sur le LPGA Tour. En signant une carte de 63, vierge de bogey, comportant un eagle sur le 5, elle fait bien plus que signer un record personnel, elle s’octroie un matelas confortable, de cinq coups, pour mener ce tournoi, avec un score de –17, alors que nous n’en sommes qu’à la seconde journée. Mais elle n’est pas la seule à réaliser des performances et à descendre les scores du leaderboard, au point qu’il faut se demander si nous serions en train de vivre une évolution cruciale, sur le circuit féminin, où jouer –3 ou -4 journée serait du niveau d’une journée de reconnaissance. Et le sujet des scores a déjà été évoqué, plus tôt, dans la saison, lors du Thornberry Creek, avec cette question : faut-il augmenter la difficulté des parcours, notamment leur longueur et le stimpmeter ? La réponse semble toute trouvée. Plus long, les joueuses ont eu l’occasion de s’exprimer cet été lors du British et du Scottish. Quant au stimpmeter, il a évolué depuis l’an dernier, avec un 11,5 régulier et pour ce tournoi, il est fixé à 13. Quant aux green, ils sont réactifs mais ne picth pas, ce qui n’empêche pas les meilleures de serrer les mats. La réalité est tout autre. Le niveau technique est en pleine évolution et certaines sont plus douées que d’autres. Comme Sei Young Kim, qui n’étonne plus personne. Elle affiche une journée à –11, juste devant Sarah Schmelzel, avec une carte de 62. Hannah Green ayant réalisé le 3ème meilleur score du jour. Pas l’ombre d’un bogey sur la carte de la sud-coréenne qui, pourtant, n’a remporté aucun Majeur sur ses neuf victoires, alors qu’elle en a largement les capacités. Pour le moment, ce qui met Hanna Green a l’abri d’un retour de Sei Young Kim, c’est que l’australienne a joué 64 le premier tour contre 71 pour Kim. Mais si Kim a autant le parcours en main, et au bénéfice de bonnes positions de drapeaux, un duel Kim/Green pourrait s’installer. Toute la question serait alors de savoir par quelles joueuses il pourrait être arbitré. Peut-être par Sung Hyun Park, qui flirtait en 12ème position, à l’issue du premier tour, et qui est désormais 3ème, avec une carte de 65. L’ex numéro 1 mondiale a inscrit deux eagle, et à l’inverse de la française Joanna Klatten, elle ne les a pas détruit par une suite de bogey. En même temps, Park c’est tout juste deux ans et demi de LPGA Tour pour 7 victoires et deux Majeurs. En 4ème position, là encore, deux joueuses exceptionnelles. D’un côté la reine de la stratégie, en tête de l’AON Risk Challenge, la sud-africaine Lee-Anne Pace, et de l’autre une jeune fille de 19 ans, au tempo atypique, qui s’est fait connaître du public au début de l’été, et qui réalise des coups exceptionnels. C’est bien entendu la sud-coréenne Youngin Chun, qui est caddeyée par son papa et qui vient d’aligner deux belles cartes (67 et 66) pour un –11 total. Née en 2000, ses amis la surnomment Millénium Baby. Ce qui est fort à propos. Mais dans ce groupe à –11, il y a également Yealimi Noh, cette joueuse que les sponsors invitent, tant elle a séduit lors de sa première apparition sur le LPGA Tour. Et nous n’avions pas manqué de réaliser un comparatif entre Shanshan Feng et Noh, à l’issue du Thornberry Creek où elle avait attiré tous les regards. Certes, l’américaine aux origines sud-coréennes, manquent encore d’expérience, elle qui est passée professionnelle en début d’année, mais si à 17 ans, elle est capable de s’imposer au milieu des meilleures joueuses du circuit, nul doute qu’elle n’a pas fini de truster les bonnes places. Enfin, dans ce Top 5 élargi (7 joueuses) on trouve la première joueuse qualifiée en Solheim Cup, l’américaine Angel Yin. Egalement régulière, Yin signe une carte de 67 avec 10 fairway touchés et 14 green en régulation et aucune balle dans le bunker. Mais derrière, la nouvelle vague pousse au portillon et ce 3ème tour sera déterminant.

Un Top 10 bien fourni

C’est sa première saison sur le LPGA Tour et l’américaine Sarah Schmelzel ne veut pas brûler les étapes. Avec six Cut manqués en vingt départs, celle qui a obtenu une 3ème place lors de la Q-serie, fin 2018, s’affiche déjà comme la relève du golf féminin américain. Après une première journée mitigée dans le Par, elle inscrit un magnifique 62 vierge de bogey, pour remonter à la 8ème place. Et c’est également, comme Hannah Green, son record personnel qu’elle célèbre dans ce 25ème tournoi de la saison, avec 23 putt. Suivent l’allemande Isi Gabsa, ex joueuse du Ladies European Tour, passée sur le Symetra Tour, en 2016, et la jeune chinoise de 19 ans, Muni He. Cette dernière fait de plus en plus parler d’elle depuis plusieurs semaines et s’affirme comme un autre symbole de l’évolution du golf chinois, avec Lin et Liu. Au final, ce sont sept joueuses à –10 avec Altomarre, JeongEun Lee6, Marissa Steen et Mi Jung Hur, qui sont capables d’animer le week-end.

Les éliminations surprises

Avec un Cut placé très bas, à –3, fatalement, beaucoup de joueuses de notoriété ont été balayées du champ. Ainsi, Anna Nordqvist, qui n’arrive plus à se hisser dans les hauteurs d’un leaderboard, comme elle le faisait il y a encore deux ans, quitte la compétition malgré une dernière carte de 68. Na Yeon Choi n’a pas réussi à trouver les clés du succès, à Portland échouant d’un coup. Toujours sur le score de –2, et plus étonnant encore, Jessica Korda et Jennifer Kupcho en termine cette semaine avant une pause deux semaines, pour la seconde et quelques jours, pour la première, qui s’alignera en Solheim Cup. A –1, In Gee Chun, elle aussi un peu en retrait cette saison, tout comme Pernila Lindberg, qui depuis sa victoire à Mission Hills, n’affole plus beaucoup les classements. Plus significatif, l’élimination de Lexi Thompson, que l’on a vu avec la mine des mauvais jours, échouer, toujours et encore avec son putting mais aussi avec son long jeu. Qui pour dire à l’américaine que son principal problème se trouve entre les deux oreilles et que la technique n’y changera rien ? Ne réalisant que le Par total, Moriya Jutanugarn et Stacy Lewis ont également quitté la compétition. Et la chute est encore plus rude pour Broch Larsen, héroïne la semaine dernière, anonyme cette semaine. Suzann Pettersen, joker de luxe de Catriona Matthew, qui a moins de deux semaines de la Solheim Cup est dans les choux. Tout comme Morgan Pressel, à +3. Les deux premiers tours de ce Cambia Portland Classic, malgré de bonnes conditions de jeu, aura fait quelques victimes et notamment chez les joueuses de Solheim Cup.

Boutier progresse encore

Elle n’est pas dans le Top 10 de ce classement provisoire mais elle continue son chemin pour se maintenir en bonne position tout en progressant au score. Après un premier tour en 69, en ne concédant qu’un bogey, la n°1 française améliore son résultat avec un 68 bien ficelé. Après un bogey sur le 2, Boutier a aligné quatre birdie, du 4 au 8 et en a trouvé un dernier sur le 13, un Par 3 de 133 mètres. Pourtant la française a manqué beaucoup de fairway, hier, sur le Edgewater country Club. Six contre seulement deux la veille. Elle a également pris moins de green en régulation, avec douze contre quatorze jeudi. Elle totalise trois sortie de bunker mais a diminué son nombre de putt, passant de 30 à 27 et n’a concédé qu’un trois putt, lors du premier tour. Des statistiques qui n’expliquent pas nécessairement tout car Sei Young Kim a également pris neuf fairway ce vendredi ce qui ne l’a empêché de prendre tous ses green en régulation. Néanmoins, Céline Boutier affirme sa présence, tournoi après tournoi et se dit déterminée à ne pas en rester sur une victoire. Elle doit faire attention, maintenant, à ne pas tomber dans le même parcours que son aînée, Karine Icher, qui a joué placé sans jamais pouvoir rivaliser avec les meilleures, pour la gagne. Le circuit féminin s’emballe, les scores sont de plus en plus à la baisse et ce qui semblait, hier, être une référence pour bien se positionner dans le Top 10 ou le Top 5, n’offre plus qu’une 20ème position. Et les trois autres françaises, Karine Icher, Joanna Klatten et Céline Herbin en font l’amère constat, depuis le début de la saison au point que Joanna Klatten est reléguée sur le Symetra tour, que Karine Icher manque son 4ème Cut d’affilé et le 10ème depuis son retour sur le circuit, et que Céline Herbin, à contre cœur, a annulé son passage en France, au Château de Chailly, contrainte de rester sur le circuit pour espérer rentrer dans le Top 150 de la Money List, pour disputer la Q-serie. Le golf français féminin, au niveau mondial, se porte-il réellement mieux ? Si l’on se concentre sur les résultats de Perrine Delacour, triple vainqueur du Symetra Tour et leader de ce même circuit, qui retrouvera le LPGA Tour en 2020, ainsi que la victoire et la saison de Céline Boutier sur le LPGA Tour, il y a de quoi se réjouir. Mais elles sont les arbres qui cachent la forêt. Car c’est sur leurs seules épaules que reposent les chances d’un nouveau succès et notamment en Majeur, depuis la victoire de Patricia Meunier-Lebouc… en 2003.

Suite, cette nuit, de ce Cambia Portland Classic, à 00h30, sur Golf Channel, où la tenante du titre Marina Alex, conserve une petite chance de se battre pour conserver son titre. Elle pointe en 15ème position, à –9, huit coups derrière Hanna Green. 

Le classement provisoire ici

Les eagles du jour

  • Hannah Green : Par 5 du 5
  • Sung Hyun Park : Par 5 du 7 et Par 5 du 10
  • Youngin Chun : Par 5 du 7
  • Brittany Altomare : Par 5 du 5
  • Marina Alex : Par 5 du 7
  • Giulia Molinaro : Par 5 du 5
  • Dana Finkelstein : Trou en 1 sur le Par 3 du 8
  • Su Oh : Par 5 du 5
  • Mirim Lee : Par 5 du 12
  • Sakura Yokomine : Par 4 du 6
  • Linnea Strom : Par 5 du 7
  • Gaby Lopez : Par 5 du 5
  • Silvia Cavalleri : Par 5 du 7
  • Lauren Kim : Par 5 du 12

La performance du jour

  • Sei Young Kim : 61

La contre performance du jour

  • Lauren Stephenson : 66 – 76