Cambia Portland Classic : Green l’emporte, Noh prometteuse

Cette 25ème épreuve de la saison du LPGA Tour a livré son verdict au terme d’un dernier tour sous haute tension, tant pour les observateurs que pour les joueuses. Et ce n’est pas seulement la victoire d’une joueuse qui est célébrée, c’est également la consécration d’une jeune fille de 18 ans, à l’avenir prometteur.

C’est donc un dernier tour sous tension qui s’est déroulé sur le Columbia Edgewater Country Club où deux joueuses avaient en main toutes les cartes, sauf celle de la victoire finale, qu’elles eurent pour mission d’aller chercher, dans un ultime effort. Sachant que tout pouvait basculer en quelques trous et que la victoire pouvait, également, revenir à une des joueuses immédiatement placée derrière. Ainsi Brooke M.Henderson et Brittany Altomare, avec un score de –14, soit cinq coups de retard sur Yealimi Noh et deux sur Hannah Green, pouvaient encore modifier un scénario qui était en train de s’écrire en faveur de la jeune américaine de 18 ans. Le quatuor composé de Finkelstein, Chien, Schmelzel et Hur était, lui aussi, en capacité fournir une lauréate à cette épreuve. Une journée à –6 pour l’une de ces joueuses, un dernier tour à +2 pour Green ou Noh, et tout aurait basculé. Mais voilà, les temps semblent avoir un peu changé et la plupart des actrices en lice, pour la récompense finale, sont désormais suffisamment affûtées pour ne pas flancher dans le dernier tour. La préparation physique et mentale ne fournissent plus des joueuses de golf, elles forment des athlètes endurantes, solide, qui craquent, émotionnellement, plus facilement au dernier putt rentré. En début d’après-midi, la canadienne Brooke M.Henderson disparut du classement et c’est la japonaise Nasa Hataoka qui prit sa place. Tandis que Noh et Green étaient sur le 8, Hataoka sortait du 15, sur le score de –15, pour –6 journée. Jane Park en avait terminé sur ce même score de –6, soit une carte de 66, et le leaderboard, pour les places d’honneur connaissait le chamboulement attendu. Même Marina Alex, que l’on oublia quelque peu, durant cette épreuve, menait un baroud d’honneur pour défendre son titre, qu’elle savait perdu. Moins 5 coups après 16 trous pour un score de –13, à égalité avec Sarah Burnham et Sei Young Kim. Mais ce classement était en évolution et Brooke M.Henderson y retrouva sa place. Non qu’elle signa une carte exceptionnelle, mais plutôt que le jeu des chaises musicales lui permit de retrouver sa position, même en jouant –1 total. Et Alena Sharp vint se joindra au Top 10, elle qui pointait 18ème la veille, à –9. Cependant, rien ne put enrayer la marche des joueuses de tête, vers le combat final.

Entre émotion et lucidité

Invitée sponsor à Evian et sur le CP Women’s open, qualifiée du lundi par la troisième fois cette saison, l’américaine Yealimi Noh disputait, ce dimanche, son 5ème tournoi de la saison 2019 du LPGA Tour, avec son jeune statut de professionnelle, et elle en prit, brillamment les commandes. C’est avec un jeu solide, qu’elle signait une carte de 64, le samedi, pour prendre la tête du classement, avec trois coups d’avance, sur une Hannah Green, qui a eu du mal à finir ses putts pour birdie et qui concédait un coup au parcours, pour perdre son avance du second tour. Faisant partie des rares joueuses à s’être imposées, lors d’un Majeur, pour une première victoire en carrière, Hannah Green pouvait encore remonter ce handicap, à condition que le jeu et la confiance de la jeune américaine s’émoussent un peu. Disputant le dernier tour ensemble, les deux joueuses pouvaient s’observer. Hannah Green se montra la plus efficace, sur les neuf premiers trous, inscrivant trois birdie et aucun bogey. Yealimini, concéda un bogey, sur le 6, qui effaçait son birdie du 3, puis reprit la main, sur le 7, en passant à –20 tandis que Green évoluait à –19. Au départ du 10, l’australienne avait refait son retard et n’accusait qu’un coup de moins sur l’américaine. Mais au 11, les deux joueuses commencèrent à ressentir la pression de l’enjeu. Noh voyait son avance fondre et Green pouvait envisager la victoire. Et pour l’américaine de 18 ans, un autre objectif était susceptible de s’envoler. Celui de ne pas décrocher ses droits de jeu pour la saison 2020, indissociables d’une victoire sur le Tour. Noh partit à la faute en mettant en jeu à droite, dans le rough. Green trouva également le rough, mais à gauche. L’attaque du green ne réussit à aucune des deux joueuses. Leur balle rebondit, les green étant devenus plus fermes, depuis la veille, et c’est en contre bas, depuis le rough, qu’elles jouèrent leur troisième coup. Yealimi Noh s’en sortit avec un Par tandis que Green concéda un bogey. L’australienne reculait d’un coup. Sur le 12, Noh signe un superbe putt, gauche/droite, qui lui permet d’inscrire un birdie. Green ne faiblit pas et rentre également le birdie. Sur le Par 3 du 13, les deux joueuses ne parviennent pas à trouver le trou et c’est un deux putt pour chacune. Mais sur le 14, l’américaine de 18 ans ne rate pas l’occasion de s’envoler au score, grâce à un putt d’environ trois mètres. Alors que Hannah Green manque totalement de lucidité en jouant une ligne de putt qui fait passer la balle bien au-delà du trou. Concédant un bogey, l’australienne recule encore au classement et voit son adversaire prendre un sérieux avantage sur la victoire. Les quatre derniers trous vont d’être décisifs. Et plus aucun Par 5 à l’horizon, pour faire la différence. Rassemblant ses esprits, pour retrouver la confiance, qu’elle avait déjà acquise en signant un 63 lors du premier tour, jouant le coup en étant dans le moment présent, Hannah Green va démontrer qu’elle est entrée dans le cercle des championnes, depuis sa victoire au KPMG PGA Championship. A l’inverse, la jeune Yealimi Noh va plier, par manque de maturité que son tout nouveau statut de pro, ne lui a pas encore permis d’acquérir. Trouvant le green en deux, l’australienne se laisse un putt de trois mètres. Alors que Noh a mis en jeu dans le bunker et c’est grâce à un somptueux coup de golf, et probablement, un petit peu de chance, qu’elle trouve, non seulement le green mais aussi la pente idéale qui va ramener sa balle, en fond de green, à moins de cinq mètres du trou. Cependant, le putt de l’australienne est plus simple à négocier, car plus direct. Et elle le rentre alors que Noh doit s’y reprendre à deux fois. Le score se réduit alors et Hannah Green n’est plus dominée que de deux coups. Au trou suivant, l’américaine, et son caddie, font une erreur de club. Bien trop court ce fer 8 qui laisse la balle, sur le fairway, devant le green. Placée à 8 mètres du trou, Hannah Green réalise deux putt et signe un Par. En revanche, Yealimi Noh, avec un bon chip, va jouer le trou beaucoup trop fin et mordre à peine le bord. La balle dépasse son objectif de 50 cm le trou, mais ce sont 50 cm qui font mal et qui vont compter sur le green du 18.

Un duel à qui perd putt

Les deux derniers trous seront donc déterminants. Au départ du 17, Hannah Green semble toujours fébrile tandis que Noh, qui voit fondre son avance, paraît tenir la pression. Ce n’est qu’apparence car les deux joueuses sont en proie à une émotion qui se lit sur leur visage et elles tentent, chacune, de faire face à l’enjeu. L’américaine est moins précise sur ses mises en jeu ce qui l’amène à trouver le rough de gauche, sur ce premier coup, tandis que l’australienne est sur le fairway. Son second coup lui permet de placer la balle à 5 mètres du trou alors que l’américaine, malgré qu’elle trouve la bonne pente, une fois encore, se laisse un putt de 8 mètres, droite gauche. Hannah Green ne faiblit pas et signe un nouveau birdie. Yealimi Noh ne trouve qu’un Par, après un premier putt qui passa tout juste sous le trou. A égalité, à –21, les deux prétendantes savent alors que le 18 sera le juge de paix. Soit l’une d’elles l’emporte, soit elles partent en playoff. Ce qui serait le second playoff de la saison après celui qui a rassemblé Sei Young Kim, Bronte Law et Minjee Lee, à San Francisco. Hannah Green met en jeu très à gauche, sur le fairway, se fermant un peu l’angle pour attaquer le green correctement. Quant à Yealimini Noh, fébrile, elle trouve le bunker, à droite. Et c’est la plus mauvaise situation, à ce moment de la partie, pour espérer planter un mat. Effectivement, l’américaine voit sa balle filer sur le green pour terminer sa course, dans le rough, au pied de la tribune. Hannah Green parvient à jouer plus court avec une balle là la imite du pré green et du rough, mais à environ 10 mètres du mat. Après un drop, Noh chippe en direction du trou, dans l’espoir de mettre la balle au plus près. Hélas, celle-ci file derrière le mat et le putt à suivre est loin d’être donné. Hanna Green joue petit bras au point qu’il va lui rester un putt de deux mètres à négocier. A cet instant, on sent l’australienne fébrile et l’américaine tendue par l’enjeu. Noh manque son putt, qui dépasse le trou d’un bon mètre. Confiante en son putting, compartiment de jeu qu’elle a travaillé ces derniers mois, Hannah Green met la belle en plein centre du trou et savoure, avec retenue, sa joie. Car l’américaine a encore un putt à jouer pour que cette seconde victoire, de l’australienne, puisse être largement savourée. C’est donc la perdante qui réalise le dernier putt, telle une estocade dont Yealimi Noh se relèvera très vite, à n’en pas douter.

A 22 ans, 8 mois et 12 jours, Hannah Green devient la neuvième joueuse australienne à remporter plus d’une victoire sur le LPGA Tour. Outre le chèque de 195 000 dollars, qui lui permet de détenir le gain de 1 223 993 dollars sur la saison, elle empoche les 500 points de la Race to CME, pour passer de la 27ème à 13ème place, et devenir la seconde australienne de ce classement, derrière Minjee Lee, actuellement 5ème. Su Oh étant 28ème depuis dimanche soir. Quant à Yealimi Noh, elle a gagné en expérience et a prouvé qu’elle est capable de s’aligner sur le circuit mondial. Il ne lui reste donc plus qu’à décrocher sa carte, lors de la Q-school ou de tenter, à nouveau sa chance, un lundi, sur les deux tournois restant à jouer sur le sol américain. Mais quoi qu’il en soit, cette jeune joueuse californienne, qui s’est révélée lors du Thornberry Creek, en juillet dernier, a confirmé son potentiel et tous les espoirs que ses sponsors et sa famille placent en elle.

Les résultats des joueuses de Solheim Cup

Cette épreuve était un dernier test pour les joueuses américaines et européennes sélectionnées en Solheim Cup. Le bilan est plutôt mitigé puisque seule Brittany Altomare, qui a encore était exceptionnelle au putting, est entrée dans le Top 5, en finissant seule 3ème à –17. Marina Alex s’imposant à la 7ème place avec le score de –13. a première européenne est l’espagnole Azahara Munoz, 15ème à –11. Céline Boutier et Anne Van Dam suivent à –9, en 26ème position, et la néerlandaise a brillamment conclu ce tournoi avec une carte de 66. La française a joué –2 et semble avoir eu des difficultés à suivre le rythme, sur ce parcours. Au final, côté américain, seules sept joueuses sur les 12 étaient présentes. Trois n’ont pas franchi le Cut. Du côté des européennes, huit joueuses étaient engagées et trois n’ont pas passé le Cut. Et parmi ces éliminées, des grands noms comme Lewis, Pettersen, Pressel, Thompson et Nordqvist. Pas de quoi réellement rassurer les deux camps.

Par : JHCuraudeau

Joueuses du team USA

  • Brittany Altomare : 3ème
  • Marina Alex : 7ème
  • Angel Yin : 46ème
  • Stacy Lewis : Cut
  • Lexi Thompson : Cut
  • Morgan Pressel : Cut
  • Jessica Korda Cut

Joueuses du team Europe

  • Azahara Munoz : 15ème
  • Céline Boutier : 26ème
  • Anne Van Dam : 26ème
  • Carlota Ciganda : 30ème
  • Georgia Hall : 51ème
  • Anna Nordqvist : Cut
  • Suzann Pettersen : Cut
  • Jodi Hewart-Shadofff : Cut

Consultez le classement final ici