BMW ladies Championship : Ha Na Jang à domicile !

Photo : LPGA/Twitter – Ha Na Jang vainqueur

Un tournoi KLPGA déguisé en LPGA tour et au final, une joueuse sud-coréenne qui l’emporte au terme d’un finish disputé. Tels furent ces quatre jours de tournoi dont le dénouement a proposé du très beau jeu tout en rappelant que, pour s’aligner au niveau mondial, il faut être à l’attaque sur tous les coups.

Un talent incontestable, trois saisons sur le LPGA tour et 4 victoires dans l’escarcelle, Ha Na Jang s’était un peu fait oublier depuis novembre 2017, lorsqu’elle décida de retourner jouer à domicile, pour raisons familiales. Pour autant, elle n’en mit pas son talent de côté, loin s’en faut. Cette semaine, elle a eu à coeur de bien figurer dans son tournoi national et de fournir les efforts pour remonter sur les joueuses de tête. Au bénéficie d’un dernier tour exceptionnel, la joueuse de 27 ans a tenu tête à celle qui s’affirme, de plus en plus, comme la meilleure américaine de cette fin de saison, Danielle Kang. Egalement intiment liée au Pays du matin calme et plus particulièrement à la ville de Busan, où elle y a passé quelques vacances, dans sa jeunesse, l’américaine semblait la seule à pouvoir tenir tête aux joueuses locales, qui ont profité de ce tournoi, pour se révéler au grand public. Somi Lee, Seung Yeon Lee, Min Sun5 Kim, HeeJeong Lim et quelques autres, ne sont pas passées inaperçues. Chacun savait que la Corée-du-sud est une pépinière de talents, mais avec ce BMW Ladies Championship, c’est un peu comme si le golf féminin avait évolué au cœur de la ruche. Et de reines, elle n’en manque pas. Outre Jin Young Ko, actuelle n°1 mondiale, il y a JeongEun Lee6, nouvelle rookie de l’année. Et les américaines se contentent des miettes tandis que les européennes n’ont presque pas leur place au plus haut rang mondial et dans les divers classements. Sur ce parcours très beau visuellement mais difficile techniquement et physiquement, au regard de ses dénivelés, une poignée de joueuses ont tenu le tournoi, laissant seule, Nanna K.Madsen, faire briller la maison Europe. La danoise terminant 6ème à -11.

De beaux échanges avant le playoff

Danielle Kang avait pourtant le tournoi en main. Certes une carte de 71, lors du 3ème tour, lui avait coûté de précieux coups, mais en menant les débats du tour final, à –18, devant Amy Yang (-15), après 11 trous, elle pouvait espérer briller dans la ville natale de son père, dont le souvenir est omni présent chez la joueuse de 27 ans, qui décroché, le 20 octobre dernier, une belle victoire, à Shanghai, pour son anniversaire. Aucun bogey, un jeu intelligent et serré, l’américaine en était à son 8ème birdie quand la machine s’est brusquement arrêtée, à la sortie du 13. Partie dans le dernier groupe, Ha Na Jang, qui était revenue dans le Top 3 samedi soir, jouait donc un trou derrière Kang, Yang et Su Oh. Cette dernière décrocha après le trou n°12 pour aligner trois bogey et descendre à –9. Quant à Amy Yang, valeur sûre du golf asiatique, deux bogey (8 et 14) allaient freiner sa progression bien qu’elle continua à produire du beau jeu. Les deux joueuses du KLPGA, Somi Lee et Seung Yeon Lee, à –13 samedi, ne parvenaient pas à tenir le rythme des trois premiers jours. Si Somi Lee s’appliqua à signer des Par, sur le retour, faute de mieux, Seung Yeon Lee connu un dimanche noir avec 4 bogey et un double, sur le retour, et un seul birdie. C’est donc Ha Na Jang qui se révéla la seule capable de rivaliser avec l’américaine. Après un birdie sur le 1 et un bogey au 2, la quadruple vainqueur du LPGA Tour, en seulement trois ans, enclencha la bonne vitesse et se mit sur des rails. Après un aller en 34, contre 31 pour Kang, elle revint progressivement au contact de l’américaine, trou après trou. Et son eagle du 11 l’aida grandement dans sa progression. Jang continua de signer des birdie, jusqu’au 17 au contraire de Danielle Kang qui resta sur des Par, à partir du 14. S’étend retranchée sur le putting green du practice, Danielle Kang attendit patiemment que la sud-coréenne en termine. Et Jang ne se facilita pas la tâche en se plaçant à 10 m du mat, à gauche. Son premier putt, pour birdie, relativement improbable du reste, resta court et il lui fut encore nécessaire de jouer un putt, sur un peu plus d’un mètre, pour assurer le Par et générer ce playoff, qui semblait, de plus en plus inévitable.

Jang cloue Kang sur place

C’est donc sur le 18 que le premier trou de playoff se joua. Avec une balle plein fairway, Ha Na Jang disposait d’un avantage dans la mesure où Kang égara sa balle, à gauche, dans le rough. Le coup resta cependant jouable et elle trouva le green sans pour autant pouvoir donner à sa balle, l’effet souhaité, pour l’arrêter. Au pied de la tribune, Kang se mettait une épine dans le pied. Mais Jang ne profita pas de sa position sur le fairway pour tuer le match. Mal exécuté, son second envoya la balle à gauche, qui glissa dans la pente vers le bunker de green. Piégée par un petit rough, cette balle ne pouvait que sortir que par un coup lobé. Sauf que Jang puncha également le coup et envoya sa balle trop à gauche, à environ 5 m derrière le mat. Réalisant un excellent chip, Kang se mit à donné pour sauver le Par. Quant à Jang, son putting ne lui fit, un fois encore, aucun défaut, et elle mit les scores à égalité. C’est donc à nouveau sur le 18 que ce tournoi tenta de trouver sa championne. Mais là encore, rien n’y fit. Et pourtant, Jang et Kang eurent leur chance pour faire la différence. A 4 m du trou, Jang manqua son putt et dut s’y reprendre à deux fois. Quant à Kang, dans la même positon que Jang, sur le premier trou de playoff, elle vit sa balle mordre le trou alors qu’elle s’apprêtait à lever le bras, en signe de victoire. Sueur froide pour l’américaine qui avait levé les yeux au ciel, quelques instants plus tôt, sans doute pour communier avec son défunt père, dont la présence semble l’habiter perpétuellement. C’est donc sur le Par 4 du 10, que le match trouva son épilogue. Grâce à un drive plus long, Ha Na Jang se retrouva avec un coup de wedge d’à peine 100 m, pour attaquer un drapeau, dans le premier tiers du green. Contrainte de jouer un club plus fermé, Kang ne peut faire mieux qu’une balle qui roule et s’arrête, derrière le mat, à environ 5m, tandis que Jang plante le mat, avec un putt de 1,5m à suivre. Le tournoi se jouera sur ce dernier trou et Ha Na Jang signe un birdie éclatant pour empocher une 5ème victoire, sur un LPGA Tour qu’elle ne semble pas prête à réintégrer, malgré le fait que cette victoire lui redonne des droits de jeu.

Jin Young Ko meilleure joueuse de l’année

Au terme d’une saison exceptionnelle, la sud-coréenne Jin Young Ko, déjà rookie de l’année en 2018, désormais n°1 mondiale, est sacrée joueuse de l’année, à trois tournois de la fin de la saison. Une récompense largement méritée, tant Jin Young Ko, à 24 ans, fut impériale cette saison. Elle ne totalise pas seulement 4 victoires, cette saison, elle a remporté deux Majeurs et s’inscrit dans la lignée d’une Ariya Jutanugarn, qui avait remporté 6 victoires, en 2016, dont 3 à la suite et le tant convoité British Women’s open. Reste à présent, à la sud-coréenne, d’améliorer son palmarès, en allant chercher le fameux trophée de la Race to CME, qui, lui aussi, fut remporter par Ariya Jutanugarn, en 2017.

Le classement définitif ici