TOTO Japan Classic : Suzuki accélère le rythme !

Après deux tours, avec en ligne de mire la dernière journée, chaque joueuse sait à quoi s’en tenir, sur le magnifique parcours du Seta Golf Club, au Japon. Et si les américaines ont du mal à s’imposer à domicile, et plus encore les britanniques et plus encore les françaises, les joueuses asiatiques sont tout aussi redoutables à l’extérieur qu’à domicile. Devant son public, Suzuki est en pôle, avec une belle avance.

Dans un tournoi de trois tours, il faut rapidement être dans le coup et ne pas se contenter de jouer la sécurité, à moins d’être déjà en difficulté. Seules les joueuses capables de maîtriser leur jeu à la perfection, d’appliquer leur stratégie et d’attaquer, peuvent espérer se hisser aux avants postes. Et c’est exactement ce que Ai Suzuki, certes à domicile, a su faire. Mais pas seulement elle. Co-leader hier, la japonaise n’avait concédé qu’un bogey alors que Hannah Green avait joué le sans faute, pour une même carte de 67. Jennifer Kupcho, se classait dans le groupe des 6 joueuses à –4, comme la première et seule américaine à pouvoir faire bonne figure, dans ce leaderboard. En forme en cette fin de saison, Minjee Lee remettait le couvert après avoir manqué la victoire, en Thaïlande. Puis, plusieurs joueuses de notoriété, certaines avec un beau palmarès, intégraient ce Top 10. Ainsi Teresa Lu, Lydia Ko, Gaby Lopez et Hyo Joo Kim se positionnaient dans ce groupe à –4 tandis que la star du dernier British, Hinako Shibuno, faisait également un retour remarqué, pour sa troisième apparition de l’année, sur le LPGA Tour. Les écarts étant serrés, le Top 10 s’étiolait jusqu’à –3 pour un total de 17 joueuses, signe que le parcours laissait sa chance à chacune. Yu Liu, Jing Yan, se positionnaient comme les deux meilleures chinoises de cette première journée. Quant aux stars du circuit, telles Lexi Thompson, Ariya Jutanugarn ou So Yeon Ryu, elles évoluaient loin des joueuses de têtes, sans convaincre. Si l’on sait que la thaïlandaise est dans une année difficile, que la sud-coréenne, oscille entre de bons et de moins bons moments, l’américaine a affirmé sa confiance au regard de son récent travail et laissait présager une bonne prestation. Et malgré un eagle sur le 18, son score de +2 était en totale contradiction avec le résultat auquel chacun pouvait s’attendre. Quant à Céline Boutier, la tournée asiatique ne semble pas lui réussir et elle se positionnait en milieu de tableau, dans le Par. Le second tour n’aurait donc rien d’une promenade de santé et chaque joueuse se devait d’être en forme pour espérer refaire son retard. Les meilleures places se défendant chèrement.

Un bien meilleur second tour

Bordé par la rivière Seta et une voie rapide, les 18 trous, du Seta Golf club, qui sont le théâtre de ce tournoi, constituent un lieu exceptionnel. « Ce n’est pas un parcours qui se résume à faire du long drive » a déclaré Shanshan Feng, qui apprécie la variété du tracé. Les rough sont taillés très court ce qui permet de préserver la jouabilité de chaque coup et laisser le golf s’exprimer. En revanche, les green ne permettent pas aux balles de tenir correctement la ligne et, à plusieurs reprises, des joueuses ont vu soit leur balle sautiller, soit effectuer un léger slalom, avant de dévier devant le trou. L’approche et le putting sont donc les clés principales pour réaliser de bons scores. Et la japonaise Ai Suzuki fut la meilleure à ce jeu. Aucun bogey et 4 birdie à l’aller pour trois au retour. Elle se détache, désormais, à –12, avec 3 coups d’avance sur la mexicaine Gaby Lopez. Cette dernière semble avoir trouvé la technique pour rentrer les putt, comme celui du 12, sur environ 4 mètres, tout droit et avec autorité. C’est sur le dernier tournoi, de la tournée asiatique, que la mexicaine, qui vient de fêter ses 25 ans, a décroché son premier succès, en 2018. Avec une carte de 68 puis de 67, elle joue la régularité en concédant seulement deux bogey en deux jours. De quoi la placer, cette année encore, dans le carré des favorites. Valeurs sûre du golf mondial, Hyo Joo Kim est également en position d’aller chercher la victoire, dimanche. Et sans le double bogey du 5, elle serait seule seconde à –10, ce qui aurait donné une autre physionomie, à ce tournoi. Hannah Green perd sa place de co-leader mais reste dans le groupe de chasse, à -8, avec la chinoise Shanshan Feng, à –7, qui a enfoncé le clou, sur les derniers trous. Les deux birdie qu’elle a été chercher, sur le 16 et le 17, lui ont permis de passer de la 18ème à la 3ème place. Minjee Lee tient la distance, également à –7, mais en concédant deux bogey (8 et 9), elle a probablement amenuisé ses chances de remporter le tournoi. Et derrière, quelques surprises comme Chella Choi, qui est remontée de la 18ème à la 7ème position, grâce à une carte de 68 mais aussi des joueuses du KLPGA et JLPGA, qui s’offrent une belle visibilité médiatique. A commencer par Ah-Reum Hwang qui signe une carte de 66 sans bogey. Puis Erika Kikuchi, que l’on a vu à son aise au putting et sur les attaques de green. La première américaine, au classement, reste Jennifer Kupcho qui rétrograde, malgré tout, à la 7ème place. Ariya Jutanugarn a gagné 30 places pour pointer 18ème à –3, Lexi Thompson, avec une carte de 68, remonte à la 27ème position, à –2 tandis que Lydia Ko est totalement passée à côté de sa journée, dégringolant à la 27ème position, avec une carte de 74. Enfin, Céline Boutier glisse, elle aussi, au classement, pour pointer à +1 en 49ème position, ce qui interpelle. Après un début de saison en fanfare et quelques bonnes positions, la française s’est séparée de Carlos Lopez, ce caddie qui lui a permis d’aller chercher ses meilleurs résultats. Depuis plusieurs semaines, c’est le mari de Karine icher qui officie sur le sac de Céline Boutier et de toute évidence, la n°1 française a également acheté les résultats de son aînée, qui sont guère brillants. Sans doute encore la preuve que le caddie constitue une part du résultat de la joueuse, raison pour laquelle Jin Young Ko a recruté l’ancien caddie de Lorena Ochoa, habitué à porter la chasuble de n°1. Espérons que Céline Boutier sait ce qu’elle fait et que la situation ne s’aggravera pas.

Horaires Golf Channel

Il convient d’évoquer le bémol sur les horaires de diffusion de ce tournoi et le manque de cohérence, des sources d’information, pour le téléspectateur. Le site de la chaîne Golf Channel affichait, jusqu’à jeudi, un horaire de diffusion à partir de 4h du matin, pour les deux premiers tours, puis 3h30 pour le tour final. Du côté de la programmation des Box TV, nous savons que les diffuseurs réclament les grilles plusieurs semaines auparavant, ce qui empêche, régulièrement, d’obtenir des plages horaires fiables. Malgré tout, le site internet de la chaîne, et plus encore sa page Facebook devrait offrir une information fiable, aux téléspectateurs. Vendredi, le tournoi a donc été diffusé à partir de 4h du matin mais ce samedi, il a débuté avec 30 minutes de retard, sans préavis. Une situation un peu pénalisante, surtout qu’au regard de la diffusion nocturne de l’épreuve, l’option d’enregistrement permet de regarder une journée de compétition, en décalé, à une heure raisonnable. Nous ne pouvons qu’encourager la chaîne Golf Channel à tout mettre en œuvre pour fournir des informations précises sur la grille des programmes de son site internet et sur sa page Facekook, afin de permettre aux abonnés de suivre, chaque tournoi, avec les bons créneaux horaires. Hors situation exceptionnelle comme les pannes de faisceau, par exemple. Enfin, terminons par une note plus positive en saluons l’excellent duo formé par Hervé Marqués et Cyrille Cormier, dont les commentaires sont toujours instructifs et pertinents.

Ce sera donc bien, à 3h30, cette nuit, qu’il faudra se lever, pour suivre le dernier tour du Toto Japan Classic, pour voir si Ai Suzuki enfumera la concurrence ou si elle partira en high side, au profit d’une Gaby Lopez, d’une Hyo Joo Kim ou d’une Hannah Green, entre autres.

Le classement provisoire ici