TOTO Japan Classic : Suzuki à domicile !

Un beau parcours, beaucoup de spectateurs, un champ de joueuses qualitatif, cette nouvelle édition du Toto Japan Classic n’a pas déçu et elle a permis de découvrir celles qui font le succès du Japan LPGA et qui seront, peut-être, demain, les nouveaux visages du golf mondial. Quant aux autres participantes, elles ont eu l’occasion de faire valoir leur droit, à la victoire, et cela ne fut pas simple.

C’était son rêve et elle l’a fait. Ai Suzuki, déjà vue sur certaines épreuves du LPGA mais qui n’en a jamais été une pensionnaire à plein temps, a probablement décroché sa plus belle victoire, jusqu’ici. Et la performance se doit d’être soulignée, puisqu’elle fut victorieuse, la semaine passée, au Japon. Il faut dire qu’en se plaçant en tête, avec trois coups d’avance et en jouant à domicile, la japonaise de 25 ans avait un petit avantage. Malgré tout, à l’image de Nelly Korda, la semaine passée, être en tête au départ d’un tour final, n’est pas la garantie d’une journée sans accident et sans stress. Point d’accident pour Ai Suzuki, puisqu’elle a concédé un seul bogey, en 3 trous et ce fut lors de la première journée. Mais un peu de stress cependant l’a envahi. Notamment durant la nuit. Le motif ? Tout simplement parce qu’elle avait pleinement conscience qu’elle ne disputait pas une épreuve du Japan Tour, malgré un champ de joueuses complété par 35 de ses compatriotes. Savoir qu’une Ariya Jutanugarn, qu’une Azahara Munoz, qu’une Minjee Lee ou qu’une Hyo Joo Kim, voire même une Jennifer Kupcho peut vous disputer le titre, a de quoi impressionner. Alors, la stratégie de Ai Suzuki fut simple. Ne pas regarder le leaderboard et se concentrer sur son jeu. Et ce fut d’autant plus facile qu’elle comprit très vite, dimanche matin, que son jeu était en place.

L’aller fut donc solide, avec 4 birdie, dont 3 à la suite, du 5 au 7. Ce qui lui permis de passer de –12 à –16 et de rester à l’abri. Et par chance, derrière, les joueuses pouvant lui disputer la chance de remporter sa première victoire sur le LPGA Tour, ne parvenaient pas à suivre le rythme.

Gaby Lopez, Hannah Green et Shanshan Feng décrochées

Qu’il aurait été beau ce dernier tour avec une lutte entre Ai Suzuki, Hannah Green, Gaby Lopez, Shanshan Feng et Hyo Joo Kim. Mais ce spectacle n’eut pas lieu et seules Minjee Lee et Hyo Joo Kim parvenaient à limiter la casse, dans cette dernière journée. Après un birdie sur le 1, Gaby Lopez ne parvint plus à mettre en place la stratégie qui aurait pu la faire gagner. Avec un swing un peu déréglé, qui lui fit mettre plusieurs balles à gauche, la mexicaine se laissa, régulièrement, de longs putt… pour sauver le Par. Et au retour, sans doute un peu épuisée de batailler contre elle-même, elle concéda un bogey sur le 10 puis un autre sur le 14. Ce n’est qu’au trou n°17 qu’elle réussit à rentrer un dernier birdie. Shanshan Feng débuta par un bogey sur le 2 et fit du surplace, à –7, en jouant en bogey et birdie, sur l’aller. Au retour, malgré ses efforts, et un doublé birdie bogey, sur le 10 et le 11, elle concéda un double sur le 13, qui lui infligea un électrochoc. La machine à birdie se mit alors en route et l’on arrêta plus la chinoise qui passa de –5 à –9, en 5 trous. L’australienne Hannah Green ne progressa pas au score, en restant à –8, jusqu’au 18. L’aller se résuma à un birdie sur le 3 et 8 Par tandis que le retour fut un équilibre entre bogey et birdie pour un dernier bogey, sur le 18, qui lui fit perdre le bénéfice de son coup gagné, à l’aller. Malgré tout, l’australienne accroche un Top 10 supplémentaire à son palmarès et s’installe à la 12ème place de la Money list, avant l’assaut final, en Floride. Dans ces conditions, Ai Suzuki pouvait se contenter d’un retour assez sage bien que Jennifer Kupcho semblait être la seule à pouvoir l’inquiéter. Toutefois, les valeurs sûres que sont Minjee Lee et Hyo Joo Kim, persévéraient et entamaient leur progression.

Kupcho et Pressel dominent l’aller

Peu de joueuses ont réalisé un neuf d’aller aussi performant que Morgan Pressel et Jennifer Kupcho, dans ce dernier tour. Les deux américaines semblent sorties du même moule, à 9 ans d’écart. Une participation à l’US Women open à l’âge de 12 ans pour Morgan Pressel, une victoire à Augusta, à 20 ans pour Jennifer Kupcho, ces deux joueuses ont chacune un palmarès à faire valoir et nul doute que la plus jeune marchera sur les traces de son aînée, et parviendra probablement à égaler son palmarès. Car Kupcho, avec tout juste 6 mois de circuit mondial, est déjà sur les tablettes pour, au minimum, un choix de la capitaine, pour la prochaine Solheim Cup. Cinq birdie pour Kupcho, Sept birdie pour Pressel, à l’aller et aucun bogey, tel est le rythme auquel les deux américaines ont joué, le début de leur journée. La palme revenant à Morgan Pressel qui n’a laissé que deux espaces vides, occupés par des Par, passant de –4 à –10, en 9 trous. « je suis très fière de ce que j’ai réalisé » déclarait-elle, après le tournoi. « Je savais que je devais faire des birdie aujourd’hui. Après, j’ai réalisé quelques mauvais swings sur le retour et j’ai réussi à rentrer un dernier birdie sur le 17. Je passe tout près d’un Top 10 le week-end dernier et j’en décroche un cette semaine, je suis vraiment très satisfaite » insistait une Morgan Pressel dont le regard étincelant en dit long sur le bonheur qu’elle éprouve d’avoir retrouvé son meilleur niveau. Brillante en Solheim Cup, l’américaine peut espérer s’imposer de nouveau, si elle parvient à rester aussi solide et même gommer les petites imperfections qui nuisent encore à son jeu. Quant à Jennifer Kupcho, elle se dit très satisfaite d’avoir très bien tapé la balle tout en ayant conscience qu’elle a manqué quelques putt et que ce compartiment de jeu reste, selon nous, son point faible. Un temps seconde, à –11, à 5 coups derrière Suzuki, Kupcho, à cause d’un aller dans le Par et un stupide bogey sur le 18, n’a pas réussi à inquiéter la japonaise et se saisir, à sa place, d’une première victoire sur le LPGA Tour. C’est Hyo Joo Kim qui a profité de cette situation en accélérant sur la fin de sa partie. Joueuse de talent, la sud-coréenne s’est rapidement remise de son bogey sur le 10 pour aller chercher 5 birdie, dont 3, du 16 au 18, et s’emparer, faute de mieux, de la seconde place. On retiendra cette très belle attaque de mat, sur le Par 3 du 16, avec un putt, pour birdie, à moins d’un mètre du mat, pour la n°16 mondiale. Quant à Minjee Lee, trois bogey sur sa carte l’empêchent de partager cette seconde place et plus encore, la nonchalance avec laquelle elle joue, parfois, ses putt, laisse penser que l’australienne gâche un peu ses chances de mieux figurer, sur chaque tournois. Cependant, elle est présente et du côté français, nous aimerions bien avoir une joueuse comme Minjee Lee, capable d’autant de légèreté pour s’afficher, semaine après semaine, dans le Top 5 ou 10 d’un classement final.

Belle prestation, enfin, de joueuses comme Jing Yan, cette jeune chinoise qui vient étoffer les rangs de cette nation qui entretient un rapport schizophrène avec le golf, ainsi que de ces jeunes japonaises qui ont animé ce tournoi telles Sakura Koiwai (-9), Erika Kikuchi (-9) ou encore Hinako Shibuno (-7). La première européenne n’est autre que Azahara Munoz (-8), qui manque un birdie sur le 18 pour terminer dans le Top 5. Enfin, nouvelle déception du côté de Céline Boutier, qui ne parvient plus à jouer dans les hauteurs du leaderboard, depuis ses changements de caddies. Une dernière carte de 72 la laisse à +1 en 52ème position.

A l’abri d’une concurrence qu’elle s’imaginait redoutable, Ai Suzuki remporte, avec l’art et la manière, son premier succès sur le LPGA Tour, avec un score de –17, en allant chercher un magnifique birdie, sur le green du 18. Son unique coup gagné, sur les 9 derniers trous, où elle n’a réussi qu’à jouer le Par. 

La japonaise intégrera-t-elle le prestigieux circuit mondial féminin en 2020 ? Rien n’est encore sûr car si elle en rêve depuis longtemps, comme toutes les asiatiques les attaches familiales sont fortes et elle veut également rester un repère pour la très jeune génération qui se profile, au Pays du Soleil Levant.

Quoiqu’il en soit, le LPGA Tour poursuit son chemin et c’est en Floride, dans deux semaines, qu’il vivra son dénouement, avec le désormais classique tournoi du CME group Tour Championship. Lexi Thompson parviendra-t-elle à faire le swipe malgré un jeu toujours brouillon ? Jin Young Ko réalisera-t-elle un triplé cette saison ? Ariya Jutanugarn empochera-t-elle, cette année, encore, le million de la Race to CME ?

Autant de questions qui resteront en suspens, jusqu’au dénouement du tour final.

AON Risk Challenge

L’espagnole Carlota Ciganda remporte le million de dollars mis en jeu pour ce challenge duquel la sud-africaine, Lee-Anne Pace fut en tête, une grande partie de la saison. Sa contre performance, à l’approche de la tournée asiatique, ne lui a pas permis de s’aligner, sur les dernières épreuves, sans Cut, pour défendre ses chances. Ariya Jutanugarn termine seconde. En faisant l’impasse sur les deux dernières épreuves, Carlota Ciganda a réussi à conserver l’avantage, notamment à cause des résultats médiocres de la thaïlandaise. Cette dernière n’a connu aucun succès, cette saison.

Le classement final ici