ISPS Handa Vic Open : Interview Hee Young Park

Photo: Symetra Tour/Twitter

Presse : Vous venez de remporter une 3ème victoire sur le LPGA Tour, dans des conditions très difficiles, cette semaine, pensiez-vous réellement avoir une chance de l’emporter ?

Hee Young park : Et bien je pensais ne pas en avoir… j’étais sur le point d’arrêter le golf et cela m’a fait réfléchir que ce fut un métier très rentable pour moi et ma famille et qu’il s’agit d’une récompense sur tout le reste. Je prends de l’âge par rapport aux autres joueuses sud-coréennes sur le LPGA Tour qui continuent de très bien jouer. Donc, parce que j’ai gagné ce tournoi, je crois que je redonne un peu d’inspiration aux autres jeunes joueuses.

Presse : Donc vous estimez que c’est une grande satisfaction ?

Hee Young Park : Oui !

Presse : Comment avez-vous pu rester si calme durant ce playoff ?

Hee Young Park : J’étais réellement en confiance avec le vent et les coups dans le vent. J’ai répété les mêmes choses, les mêmes exercices et les mêmes coups. J’ai exécuté le même swing toute la semaine pour parvenir à ne rien modifier. Et c’est ce qui m’a permis de garder confiance en moi.

Presse : Vous avez dit, juste avant, que vous songiez à arrêter le golf ?

Hee Young Park : Oui, j’étais sur le point de le faire.

Presse : Quand était-ce ?

Hee Young Park : C’était en fin d’année dernière.

Presse : Lorsque les Q-serie se sont présentées à vous ?

Hee Young Park : Oui. Je ne voulais pas retarder l’échéance par rapport à la Q-school. Parce que je pensais que cela suffisait, au niveau de ma carrière. Mais j’ai tenté la Q-school et j’ai terminé seconde. Et cela m’a redonné confiance. J’ai eu le sentiment de retrouver les mêmes sensations que lors de mon année de rookie. Une sorte de remise à zéro des compteurs qui permet de repartir sur de nouvelles bases.C’est ma 13ème année sur le Tour, donc il est normal de se sentir un peu usée. Mais après la Q-school, j’ai ressenti de nouvelles sensations, et je crois que cela m’a apporté beaucoup de choses. Et puis je me suis mariée ce qui a beaucoup changé ma vie. En fait, c’est mon mari qui m’a poussé à ne pas renoncer et à m’inscrire à la Q-school.

Presse : Vous projetez-vous sur la fin de votre carrière à un an, deux ans voire cinq ans ?

Hee Young Park : Je ne sais pas, qui peut le dire. Nous verrons bien !

Presse : Qu’est-ce que cette victoire signifie pour vous ?

Hee Young Park : Ce fut assez facile. Je n’ai pas eu à taper des coups, tout le temps, avec beaucoup de perfection. Il s’agissait juste d’aller sur le fairway et les green. Et si j’avais de la chance, je pouvais rentrer des putt, et le Par était un résultat satisfaisant.

Presse : Comment avez-vous trouvé le vent et les conditions de jeu aujourd’hui ?

Hee Young Park : C’était des conditions de vent très difficiles. Et les green étaient très difficiles à jouer au niveau de la vitesse de roule. Mais je les ai bien joués toute la semaine. Quant à ma position dans le classement, je n’ai pas vraiment cherché à regarder le classement jusqu’au 17. Je ne savais pas où j’étais placée ni que j’étais si proche de la tête. J’ai fait de mon mieux durant 18 trous et j’ai eu la chance de faire un birdie ce qui m’a donné une chance de grimper un peu plus au score.

Presse : Vous êtes loin de chez vous. Avez-vous appelé votre famille ?

Hee Young Park : Je n’ai pas du tout regardé mon téléphone, mais probablement que ma famille est en pleurs en ce moment. Il faut absolument que j’appelle mon mari !

Presse : Avez-vous passé du temps à Melbourne comme à l’époque où vous aviez un caddie australien ?

Hee Young Park : Non. Mon entraîneur habitait à Melbourne, donc j’ai passé beaucoup de temps dans cette ville, ce qui fait que je me sens à mon aise ici. Quand je viens à Melbourne je ressens toujours de bonnes sensations.

Presse : Qui est votre entraîneur ?

Hee Young Park : Stephen Bann

Merci Hee Young Park et félicitations pour cette victoire.