Solheim Cup – Junior Solheim Cup: un doublé historique!

En ce jour du Labour Day, les américains passionnés de golf, ont pris un coup sur le crâne. En l’espace de six jours, ils ont essuyé deux défaites. Et la gueule de bois, ce mardi matin, est historique !

Il n’y a que le sport pour faire vivre de telles émotions, à moins que ce soit l’engagement dans un combat, auquel on croit fermement qui soit aussi le terreau de ces sensations si fortes. Tout était pourtant prêt pour que les américaines savourent une victoire, à domicile. Et la crise sanitaire était censée aider un peu en limitant la venue de supporters européens. Mais ce que les américaines n’avaient pas prévu, c’est que le niveau de golf du vieux continent est en constante évolution et que de plus en plus de joueuses rêvent d’évoluer sur le LPGA, lorsqu’elles n’y sont pas déjà.

En introduction de la Solheim Cup, les amateurs se sont affrontées dans le cadre de la Ping Junior Solheim Cup. Les européennes ont dominé les américaines, pourtant bien affûtées, 13 points à 11, en deux jours. L’Europe des juniors n’avait plus remporté le trophée depuis 2007. Admirablement coachée par Annika Sorenstam, cette équipe européenne venait de poser la première pierre d’un moment historique, sans le savoir.

Car en 2007, ce sont les joueuses pros américaines de Solheim Cup qui s’imposaient, en Suède, sur le score de 16 à 12, avec à sa tête Betsy King.

Mais depuis 14 ans, le niveau sportif et technique n’a cessé de progresser. Grâce à Annika Sorenstam et Tiger Woods, la préparation physique est devenue incontournable et tous, hommes et femmes, sont abonnés à la salle de gym. Avec internet, les vidéos de coaching et autres conseils ont fait le tour du monde, permettant de s’améliorer plus rapidement ou de mieux appréhender le dernier secret d’entraînement à la mode. Enfin, les cursus universitaires et les échanges entre pays, sont venus compléter l’offre sportive et technique qui manquait tant à la discipline.

Aussi, les joueuses professionnelles de Solheim Cup se sont présentées sans complexes, dans l’Ohio. Et la plupart évoluent sur le LPGA Tour.

Après deux jours de matchs très intenses, au terme desquels le team de Catriona Matthew prenait l’avantage, les joueuses européennes n’ont pas chômé, ce lundi 6 septembre, jour de la fête du travail, aux Etats-Unis.

Malgré le renfort de Bubba Watson, joueur phare de la marque Ping, créateur des deux Solheim Cup, malgré le capitana de l’expérimentée Pat Hurst, soutenue par deux joueuses du circuit, que sont Stacy Lewis et Michelle Wie West, les américaines ont vu des européennes mentalement et techniquement très fortes. Notamment les deux rookie Leona Maguire et Matilda Castren qui leur ont mené la vie dure. La pauvre Lizette Salas connaissait un nouveau revers alors que Jennifer Kupcho, pourtant ancienne championne amateur, était laminée par le bulldozer Nord Irlandais, elle aussi ancienne numéro un mondial amateur.

« Inverness morne plaine », aurait-on presque pu dire, s’il n’y avait eu ce parcours à étages, digne d’un majeur, à affronter durant trois jours. Mais voilà, l’orgueil américain n’a pas vu venir la détermination européenne.

Un peu portée par la victoire des Juniors, l’équipe de Solheim Cup est venue expliquer aux américaines, sur leur sol, comment se joue le golf. Et Rory McIllroy d’avoir eu raison de dire que la meilleure chose qui puisse arriver c’est de battre les américaines chez elles. Cette défaite laissera des traces. Soyons-en sûrs.

Le contrat a été doublement rempli, et au lendemain de cette magnifique victoire, où la française Céline Boutier fut magistrale, en simple, il convient de souligner que le golf féminin européen a réalisé un doublé historique, en remportant, en six jours, la Ping Junior Solheim Cup et la Solheim Cup. Félicitations à toutes les équipes, ainsi qu’aux trois françaises qui ont participé à cette belle aventure, Constance Fouillet et Vairana Heck, pour les juniors, et Céline Boutier, chez les pros, pour cet exploit ! Merci de nous avoir apporté ces moments de sport, si passionnant !

Junior Solheim Cup: l’essentiel à savoir

Historique

La Junior Solheim Cup fut créée en 2002 par la famille Solheim, fondateur et propriétaire de la marque

Ping. Elle a pour but de permettre aux jeunes talents féminins  de se distinguer et de se former à ce type de compétition, en perspective d’une sélection en Solheim Cup. L’épreuve est ouverte aux joueuses amateurs américaines et européennes, dont l’âge est compris entre 12 ans et 18 ans. Le format de jeu est similaire à celui de la Solheim Cup, sauf que l’épreuve se déroule sur deux journées. De fait, le nombre de rencontres en double est réduit à 12, pour 12 simples le second jour.

L’épreuve se déroule juste avant la Solheim Cup. En 2015, il est décidé que la Junior Solheim Cup se jouera dans la même zone géographique que le Solheim Cup, mais sur un parcours différent.

Les types d’épreuves

Six four fourball et six foursomes sont organisés le premier jour. Et le dimanche, ce sont 12 match en simple qui sont joués.

Le nombre de joueuses et la qualification

Chaque équipe rassemble 12 joueuses qui sont sélectionnées selon le classement AGJA pour les américaines et le classement amateur européen, pour le team Europe.

Pour les américaines et les européennes ce sont 10 joueuses + deux choix du capitaine.

Le champ de joueuses 2021

Team Europe (voir le site => ICI)

Capitaine : Annika Sorenstam

Vice-capitaine : Nora Anghern

  • Helen Briem
  • Savannah De Bock
  • Cayetana Fernandez
  • Francesca Fiorelini
  • Constance Fouillet
  • Vairana Heck
  • Amalie Leth-Nissen
  • Meja Ortengren
  • Andrea Revuelta
  • Paula Schulz-Hansen
  • Nora Sundberg
  • Denise Vodickova

Team USA (voir le site => ICI)

Capitaine : Renée Powell

Vice-capitaine : Blair Summer

  • Anna Davies
  • Yana Wilson
  • Avery Zweig
  • Kaitlyn Schroeder
  • Catherine Rao
  • Megha Gane
  • Aexa Pano
  • Bailey Shoemaker
  • Amari Avery
  • Kelly Xu
  • Katie Li
  • Sara Im

Le parcours

Il s’agit du parcours du Sylvania country club, à Toledo dans l’Ohio, qui accueille, chaque année, le Marathon LPGA classic.

Les résultats des éditions passées

Les précédents parcours

Le site de l’European amateur ranking => ICI

Carlton Woods – Big 12 Women’s Championship : Victoire pour Gala Dumez

Superbe victoire, ce lundi 20 Avril pour la française Gala Dumez, avec de belles cartes ( 69, 66, 67), pour un -14 total, sur le parcours de The Woodlands au Texas. Son université, Texas Tech prend la deuxième place derrière Oklahoma State qui compte la deuxième au classement individuel, Maja Stark, 2 coups derrière Gala. Mais ce n’est pas la seule française à avoir brillé lors de cette compétition.Agathe Laisné termine dans le Top 4 à -8 pour l’université du Texas qui termine cinquième.Elodie Chapelet est dans le Top 9 à -5 et son équipe, Baylor, est troisième. Moins de réussite pour Lois Lau qui est quarantième à +10, son université est Top 6 avec Kansas State.

ASUN Women’s Championship à Valdosta,, en Géorgie.

Alizee Vidal réalise une belle troisième place, à +2, et son université, Kennesaw State, qui était composée des 3 premières au classement, avec en tête Tai Anudit à -11 et en seconde place Lara Jecnik à -7. Marion DeBove termine dans le Top 8, à +6, pour North Florida qui prend la deuxième place par équipe.

Sun Belt Conference Women’s Golf Championships à Daytona Beach, Floride

Marine Griffaut jouait pour Texas State, qui termine deuxième. En individuel, elle termine dans le Top 14, à +3 sur ce tournoi en 2 tours avec des cartes de 71 puis 76.

Bravo les françaises.

http://results.golfstat.com/public/leaderboards/gsnav.cfm…

http://results.golfstat.com/public/leaderboards/gsnav.cfm…

http://results.golfstat.com/public/leaderboards/gsnav.cfm…

https://fb.watch/4-UMif4glJ/

#galadumez #golf #texas

Augusta National Women’s Amateur : Victoire en Play Off de Tsubasa Kajitani devant Emilia Migliaccio

Un Par a suffi à la japonaise pour s’impose sur le premier trou de playoff, le Par 4 du 18 alors que l’américaine faisait un Bogey. A +1, elles terminent sur le podium, juste à 1coup de 6 joueuses à la troisième place, dont Pauline Roussin-Bouchard qui réalise la deuxième meilleure carte du jour en 70, remarquable sur ce parcours tout en dénivelé et des greens qui ne roulent pas autant qui le paraissent. Alternant les bogeys et les birdies pour uniquement 6 Pars, elle a bien rempli sa journée comme le témoigne son grand sourire. Ses co-locataires du podium sont les américaines Rose Zhang, n°1 mondial, qui a quitté la première place en jouant +3, Rachel Heck (Par du jour), l’autrichienne Emma Spitz (carte de -1), la danoise Karen Fredgaard (journée en +1) et la suédoise Ingrid Lindblad qui régresse notablement en jouant +3. Meilleure carte du jour en -3 pour Maja Stark, la dernière qualifiée pour la finale lors du playoff du deuxième tour. Elle termine brillamment dans le Top 10 à +4. Lucie Malchirand a eu une journée plus difficile que Pauline, mais sans démériter. Avec sa dernière carte de +4, alourdie pas un double bogey sur le Par 4 du 10, elle se situe dans la moyenne des cartes rendues sur ce parcours d’Augusta. Un beau Top 19 pour notre jeune championne à +9 total, avec, en prime, un souvenir inoubliable d’avoir joué à Augusta et qu’elle aura probablement l’occasion de rejouer dans les prochaines années. Bravo à nos françaises de cette phase finale, mais je leur adjoint également la belle participation de Candice Mahé qui repart heureuse de ses 2 premiers tours, même si le résultat n’a pas été à la hauteur de ses espérances, et Agathe Laisné qui a été privée de cet évènement pour des circonstances indépendantes de sa volonté. Quatre jeunes françaises qui augurent d’un bel avenir pour le golf féminin français. Sans oublier leurs partenaires de jeu, les caddies.

Lien du site de la Fédé avec interviews de Pauline et Lucie.

https://www.anwagolf.com/en_US/scores/index.htmlhttps://www.anwagolf.com/en_US/index.htmlhttps://www.ffgolf.org/…/Augusta-National-Women-s…

Augusta National Women’s Amateur : Pauline et Lucie se préparent à affronter le parcours d’Augusta ce Samedi.

En tâte de la compétition, la numéro 1 mondial amateure, Rose Zhang, américaine, et la suédoise, numéro 4 mondial sont les seules à réalises des scores sous le Par, à -1, à l’issue des deux premiers tours. Meilleure carte du jour pour l’irlandaise (du nord) Olivia Mehaffey, avec son -3, elle rejoint le Par total en compagnie de l’américaine Auston Kim qui fait son deuxième Par consécutif pour un Top 3. Du côté des françaises :Pauline Roussin-Bouchard a fait un beau parcours, elle est arrivée au 16 avec une journée en -1, mais avec une fin de parcours qui lui laisse quelques regrets avec bogey sur le 16 et sur le 18. A +4, elle termine dans le Top 14.Lucie Malchirand a joué dans le Par, et avec son +5 total, Top 17, elle rejoint également le groupe fermé des 30 joueuses qualifiées pour la finale, mais le suspens a été présent, presque jusqu’à le fin de la journée car son sort ne dépendait que des résultats des autres joueuses.Candice Mahé n’a pas réussit d’exploit après son arrêt prolongé de compétition, après sa première journée en +5 (comme Lucie), sa carte de 83 semble montrer qu’elle a besoin d’un peu de temps pour retrouver son niveau de 2019, je pense que son université de Georgia sophomore va s’y atteler et que la bretonne de 20 ans va bientôt retrouver ses marques. En tous cas belle expérience pour elle. Il y a eu un playoff à 5 joueuses à +7 pour déterminer qui serait la trentième qualifiée. C’est la suédoise Maja Stark qui l’a emporté, c’est la seule à avoir fait un birdie sur le premier trou de playoff, le Par 4 du 10. Aujourd’hui, journée de reconnaissance sur le parcours d’Augusta, avec des joueuses qui en prendront plein les yeux, mais qui pourront également apprécier la difficulté du parcours.

Lien FFGolf avec interview de Pauline et Lucie

https://www.anwagolf.com/en_US/scores/index.htmlhttps://www.anwagolf.com/en_US/index.htmlhttps://www.ffgolf.org/…/Augusta-National-Women-s…

Augusta National Women’s Amateur : début difficile pour les françaises.

Malgré l’interruption du jeu dans l’après-midi à 16h32, en raison d’une mauvaise météo, les françaises ont terminé leur parcours.+3 et Top 32 pour Pauline, et +5, Top 77 pour Lucie et Candice. Il faut dire que le parcours est difficile puisque seules 6 joueuses étaient sous le Par au moment de la suspension du jeu, dont 4 parmi les 29 qui devront terminer leur premier tour dès 7h45 ce jeudi. L’américaine Katherine Smith mène à -4, mais il lui reste 7 trous à jouer, ensuite, l’espagnole Ana Peláez Triviño et l’américaine Rose Zhang sont à -1 et ont terminé le premier tour. A -1 également, la danoise Karen Fredgaard avec 3 coups à jouer, 5 coups encore pour la finlandaise Kiira Riihijarvi et 6 pour la suédoise Linn Grant.Il y a actuellement 8 joueuses dans le Top 24 à +2, soit une de trop pour la finale. Les rejoindre va être difficile pour Lucie et Candice qui sont à 3 coups, un peu moins pour Pauline juste à 1 coup derrière.Allez les françaises l Tous les espoirs sont encore permis à l »aube du second tour. https://www.anwagolf.com/en_US/scores/index.htmlhttps://www.anwagolf.com/…/2021-03-31_2021-03-31…https://www.ffgolf.org/…/Augusta-National-Women-s…

Augusta National Women’s Amateur du 31 Mars au 3 Avril : 3 françaises seront au départ.

Pauline Roussin Bouchard, Agathe Laisné, Candice Mahé et Lucie Malchirand étaient invitées, malheureusement, Agathe a été testée positive au Covid-19 et a dû déclarer forfait. On imagine fort bien la déception qui doit habiter la seizième joueuse mondiale qui ne rêve que de passer pro.

Ce tournoi en Stroke Play, réunissant les 82 meilleures amateures mondiales, se tiendra sur le Champions Retreat Golf Club pour les 2 premiers tours éliminatoires, puis sur le Augusta National Golf Club pour le dernier tour avec les 30 meilleures. Le chiffre de 30 étant stricte, il y aura un éventuel Play-Off à l’issue du deuxième tour pour déterminer qui aura le droit de jouer la finale.
Avant le changement de parcours, il y aura une journée de reconnaissance.

Pauline, pilier de son université de South Carolina avec les Gamecocks, a déjà remportée plusieurs tournois en ce début d’année. Elle a encore renforcé son entraînement pour cette occasion en s’entourant de tous ses coachs, comme elle l’a mentionné dans l’interview téléphonique en direct qu’elle a accepter de donner sur Golf Channel lors du LPGA Kia Classic. Elle ne s’en remet jamais à la chance, juste travail, travail, travail.
Lucie, 19° mondiale, commence a avoir de l’expérience dans les compétitions de haut niveau, Solheim Cup junior, ou plus récemment au Lacoste Ladies Open de France 2020 où elle a bien brillé sauf au dernier trou qui lui fait perdre un beau Top 10. Avec concentration jusqu’au bout et sérénité sans se soucier du score, ça peut bien le faire.
Candice va être confrontée à une grosse gageure, après une année sans beaucoup d’entraînement car rentrée en France lors du premier confinement et un problème au pied, c’est un gros niveau qu’elle va devoir affronter pour sa reprise, mais elle a le courage et la volonté de bien faire.

Encore mille regrets que Agathe ne puisse pas se confronter au meilleures mondiales amateures, mais elle a déjà fait ses preuves chez les pros en remportant un tournoi du LET à Lavaux et sur le Santander Golf Tour Lauro, ou en n’echouant que d’un coup sur le Lacoste Ladies Open de France, pour le Cut, ayant passé le plus clair de son temps dans sa chambre pour réviser et passer ses examens universitaires.

Allez les Françaises, bon parcours, Play Well !!!

Ci-joint un lien vers le site de la compétition et ceux de la Fédération Française de Golf pour un portait des 3 joueuses françaises engagées.
https://www.anwagolf.com/en_US/index.html

https://www.ffgolf.org/…/Augusta-National-Women-s…

https://www.ffgolf.org/…/Augusta-National-Women-s…

https://www.ffgolf.org/…/Augusta-National-Women-s…

Bank of Hope, Valenzuela et Gabi Ruffels

Bank of Hope dévoile son parcours !

Programmé du 26 au 30 mai, ce nouveau tournoi en match play n’avait pas de parcours désigné. C’est désormais chose faite depuis jeudi dernier avec le parcours de Shadow Creek, dans le Névada.

Ce tracé est notamment connu pour avoir accueilli le duel entre Tiger Woods et Phil Mickelson, en 2018.

L’épreuve sera ouverte à une sélection de 64 joueuses pour une dotation de 1,5 million de dollars.

Gabriela Ruffels chez les pros !

Cette semaine débute la seconde épreuve de la saison du LPGA Tour avec le Gainbridge LPGA, à Orlando. Une joueuse fera l’actualité puisqu’elle vient de passer de passer professionnel et inaugurera sa carrière sur ce tournoi. Il s’agit de l’australienne de 20 ans, Gabriela Ruffels, déjà observé en fin de saison dernière, par ses belles prestations.

Encore classée 5ème amateure mondiale, il y a peu, elle bénéficie de deux exemptions en cee début de saison, pour évoluer au plus haut niveau. La première lui est décernée pour cette semaine et l’autre pour l’ANA Inspiration.

Ancienne championne de tennis, en Australie, chez les juniors, Gabi Ruffels est décrite comme une athlète aux grandes qualités physiques. Mais à 20 ans, quoi de plus normal !

Après quelques années de pratique du tennis, elle s’est passionnée pour le golf, à l’âge de 15 ans. En 5 ans, elle a gravi les échelons de manière fulgurante et c’est désormais son rêve qui se réalise, en jouant chez les pros du LPGA Tour !

Albane Valenzuela en vedette !

La joueuse Suisse de 23 ans a désormais sont tournoi. L’AJGA a annoncé qu’Albane Valenzuela sera la tête d’affiche d’un tournoi amateur, du 27 au 30 mai. Le Under Armour Albane Valenzuela se déroulera sur le parcours du LongBow Golf Club, en Arizona. Une belle reconnaissance pour cette joueuse qui s’est illustrée sur le LPGA Tour. La suissesse, désormais installée aux Bahamas, est la 7ème joueuses du LPGA Tour, après Annika Sorenstam, Alison Lee, Marina Alex, Sung Hyun Park, Se Ri Pak et Stacy Lewis, à être honorée par le circuit AJGA.

76ème US Women’s open : les dates des qualifs

L’USGA vient d’annoncer les dates des épreuves qualificatives pour le prochain US Women’s open, qui doit se dérouler, du 3 au 6 juin, sur le parcours de l’Olympic Club à San Francisco, en Californie.

Si la crise sanitaire parvient à être maîtrisé, tant en France qu’ailleurs dans le Monde, la prochaine édition de l’US Women’s open devrait conserver sa place au calendrier, publié en début de saison. Et dans cette perspective, l’USGA a annoncé les dates des épreuves qualificatives.

Dix dates ont été communiquées, allant du 26 avril au 13 mai. Vingt deux parcours ont été sélectionnés, et répartis sur 15 états, dont Hawaï.

Ouvertes aux amateurs comme aux professionnelles, le critère principal d’inscription est l’obligation de posséder un index qu ne soit pas inférieur à 2,4. Chaque épreuve se déroulera sur deux tours.

Plus d’informations sur le site uswomensopen.com

Les 22 sites de qualifications

Lundi 16 avril

  • Morongo Golf Club at Tukwet Canyon (Champions Course), Beaumont, Calif.
  • Half Moon Bay (Calif.) Golf Links (Old Course)
  • Oceanside Country Club, Ormond Beach, Fla.
  • OGA Golf Course, Woodburn, Ore.

Mardi 27 avril

  • Belle Haven Country Club, Alexandria, Va.

Mercredi 28 avril

  • Old Hickory Golf Club, St. Louis, Mo.

Jeudi 29 avril

  • Kishwaukee Country Club, Dekalb, Ill.

Lundi 3 mai

  • Brentwood Country Club, Los Angeles, Calif.
  • Marin Country Club, Novato, Calif.
  • Bradenton (Fla.) Country Club
  • Druid Hills Golf Club, Atlanta, Ga.
  • Somerset Country Club, Mendota Heights, Minn.

Mardi 4 mai

  • Pine Needles Lodge & Golf Club, Southern Pines, N.C.
  • Shannopin Country Club, Pittsburgh, Pa.
  • The Clubs at Houston Oaks, Hockley, Texas

Mercredi 5 mai

  • Dedham (Mass.) Country & Polo Club

Lundi 10 mai

  • The Ranch Country Club, Westminster, Colo.
  • Oahu Country Club, Honolulu, Hawaii
  • Spring Lake Golf Club, Spring Lake, N.J.
  • Oakmont Country Club, Corinth, Texas

Mardi 11 mai

  • Banyan Cay Resort & Golf Club, West Palm Beach, Fla.

Jeudi 13 mai

  • Superstition Mountain Golf Club, Gold Canyon, Ariz.

Meilleurs voeux !

« Difficile de voir le futur, toujours en mouvement est l’avenir » répliquait la plus célèbre grenouille de la galaxie, dans un film devenu culte. En 1992, lorsque la reine Elizabeth II d’Angleterre qualifiait son année d’Annus Horribilis, elle ne savait pas, encore, que le ciel tomberait sur la tête de ses sujets, comme sur celui du Monde entier, 28 ans plus tard, en raison d’une infime petite chose, invisible, circulant d’individu en individu, avec des conséquences sanitaires tragiques. Et personne, il y a un an, ne se doutait que l’année 2020 marquerait le siècle comme jadis 1918, avec la grippe espagnole, marqua le sien. Et le choléra et la peste ont également laissé l’empreinte de leur passage dans l’histoire de l’humanité.

L’année qui vient de s’achever a donné à l’homme l’occasion de se confronter à lui-même, en vivant une expérience à laquelle peu étaient préparés. Discipline et rigueur se sont imposées, jour après jour, comme les préceptes essentiels à observer. Lavage des mains, distanciation sociale, fin des embrassades et des serrages de mains dont, nous les latins, sommes si friands.

Ce fut pourtant difficile de se faire à l’idée que les léchouilles et les papouilles, les petites tapes amicales, les accolades fraternelles, et même le simple passage d’un objet, de main en main, allaient être proscrits, jusqu’à nouvel ordre. Il fallut endurer le confinement, l’attestation de sortie, la limitation géographique des déplacements, y compris pour le sport, le respect du marquage au sol et enfin, le port du masque, auquel les asiatiques sont rompus depuis plusieurs décennies.

Fort heureusement, le golf est un sport de gentleman ! Mais aussi ouvert et pratiqué brillamment par les Ladys. Golfeuses et golfeurs n’ignorent donc pas les règles de savoir vivre. Et le dernier qui a voulu me serrer la main après avoir observer sa pause pipi derrière les buissons du 18, soigne encore la tendinite de sa main tendue, qui ne trouva jamais la mienne.

Le monde du sport a surmonté l’épreuve que ce maudit virus nous impose. Et notamment le golf. Partout où ce fut possible, les tournois furent organisés. Et le LPGA Tour, comme les autres circuits féminins, ont fait face, avec succès, courage et détermination, à cette adversité qui nous promettait de rester cloué sur le canapé, à regarder les rediffusions pré pandémie. Les protocoles sanitaires, dans le monde du golf, ont été mis en place avec pragmatisme. Et nul besoin pour les responsables des divers circuits mondiaux, d’avoir fréquenté quelques hautes écoles de l’administration, pour se montrer efficaces. Mike Whan le premier, dont le bilan 2020 est remarquable.

En France, la Fédération française de golf et son désormais président, Pascal Grizot, se sont battus pour que les golfs et leurs parcours rouvrent le plus tôt possible, au terme du premier confinement. Direction, personnels et pratiquants ont démontré que le golf est une discipline pleinement compatible avec les gestes barrières et les consignes sanitaires les plus strictes. Aux Etats-Unis, la plupart des parcours sont restés ouverts et l’économie golfique ne s’est jamais aussi bien portée, que pendant cette crise sanitaire.

De notre côté, nous vous avons alerté, très tôt, dès le mois de février, sur la situation sanitaire, en diffusant toutes les informations en notre possession. Et en mars, nous avons relayé les informations liées aux gestes barrières ainsi que celles se rapportant à l’annulation ou la suspension des épreuves du circuit féminin.

Tout au long de cette année, notre groupe s’est enrichi de nouveaux membres, et l’année qui débute nous donne l’espoir de franchir le cap des 500. La présence de joueuses des circuits amateurs et professionnels, de leurs parents ou de leurs amis, valorise nos actions et nous confortent dans le bien fondé de cette démarche. Ce groupe s’est révélé, plus encore, être le vôtre par les commentaires réguliers à nos diverses publications. Votre présence, votre soutien, votre participation méritent un mot : Merci !

Depuis tout ces mois, si beaucoup d’entre vous ont pu taper leur petite balle blanche, sur leur parcours préféré, il est un fait que la vie quotidienne fut compliquée et qu’elle l’est encore. Le poids de la crise a autant pesé sur les esprits que le corps. Certains d’entre vous ont, sans doute, été directement confrontés à la maladie. D’autres ont peut-être été touchés par des problèmes économiques et d’emploi. Ou leurs proches. Nous savons que rien n’est simple en cette période et que l’avenir reste confus. Néanmoins, comme l’écrivait Jean Giono, « les jours sont des fruits et notre rôle est de les manger».

C’est pourquoi, Jean-Luc Maisonhaute et moi-même, vous adressons nos meilleurs vœux, pour cette année 2021, avec cette carte gourmande, en espérant que l’évocation du sucré effacera l’amertume de 2020 et que cela vous aidera à patienter jusqu’à la reprise des championnats, fin janvier, et des jours meilleurs. Car il y en aura.

Aussi conclurais-je avec ces mots de Jean d’Ormesson : « Tout le bonheur du Monde est dans l’inattendu ».

Restez confiants, ne relâchez rien et prenez soin de vous.

Bonne année !