Senior LPGA championship: Trish Johnson double la mise!

Photo: LPGA

Au terme des trois jours de tournois, sur le parcours du French Lick resort, c’est finalement l’anglaise Trish Johnson qui l’emporte, et double la mise.

Vainqueur en 2018, l’expérimentée britannique Trish Johnson a conservé la tête de l’avant dernier tournoi de la saison, chez les légendes du LPGA Tour, pour s’imposer. Joueuse expérimentée du Ladies European Tour, dans les années 90, jusqu’au début des années 2000, ayant également évolué sur le LPGA Tour, où elle a conquis trois victoires, Trish Johnson n’a jamais lâché les clubs depuis ses grandes heures de gloire. Toujours active sur le circuit européen, l’anglaise a mis à profit toute son expérience pour surmonter les difficultés du parcours, dessiné par Pete Dye, sur le French Lick resort. Auteur d’une carte de 67, lors du premier tour, elle avait réussi à conserver la tête de l’épreuve du tournoi, malgré une carte de 73 comportant, notamment un double bogey sur le 17. Dans le dernier tour, Trish Johnson a joué, à nouveau, sous le Par, en concédant un bogey et en signant quatre birdie. Elle s’impose, de justesse, face à Becky Morgan, de huit ans sa cadette, toujours active, également, sur le Ladies European Tour. La galloise a également rendu une carte de 69, dans cette dernière journée, lui permettant de reprendre la seconde place qu’elle avait occupée lors de la première journée. Mais l’issue de cette épreuve aurait pu être différente si Becky Morgan n’avait trébuché sur le 16, en concédant un double bogey. Avec un bogey, les deux joueuses seraient partis en playoff et avec un Par, le trophée aurait échoué entre les mains de la galloise, au détriment de l’anglaise. Car Becky Morgan a tout de même rentré sept birdie, et signé en aller en 32, sans bogey. Preuve qu’elle était en phase avec le tracé. Un dernier tour à l’image de ce qui s’est passé en Suède sur le Ladies European Tour, et le bogey concédait par l’argentine Simmermacher, qui a permis à Pauline Roussin-Bouchard de reprendre le leadership. Preuve, une fois encore, que le golf réserve toujours des surprises et qu’il est important de rester concentré, jusqu’au dernier coup. La troisième place est partagée par Lisa dePaulo et Barb Moxness, à –4, tandis que Laura Diaz ( -3) empoche la 5ème place devant Juli Inkster (-2), 6ème.

L’ancienne capitaine du team Europe de Solheim Cup, Liselotte Neumann, se classe 13ème, à +4, en signant une carte dans le Par, pour ce dernier tour.

Prochaine étape du Legends of the LPGA, le 10 septembre, avec le BJ’s Charity championship, dans le Massachusetts, sur le parcours du Ridge club. Un tournoi de charité, sur une journée, où sont attendues des joueuses comme Annika Sorenstam, Jane Blalock, Pat Bradley, Laura Davies ou encore Nancy Lopez et Liselotte Neumann.

Le classement final => ICI

Senior LPGA championship: Trish Johnson devant, mais talonnée!

Après deux tours, le champ de joueuses s’est resserré, en raison du Cut qui est conservé les 42 premières et ex-aequo. Et il est difficile de dire qu’il ne s’agit que des meilleures.

« Tu connais les tracés Pete Dye », me lance Anne-Marie Palli au soir du second tour ? « Oui » lui répond-je. Le reste de notre conversation restera entre nous. Mais le sujet est bien celui-ci. Le tracé du French Lick resort, aussi beau soit-il, n’est pas sans générer de nombreuses discussions, pour un tournoi sénior. Qu’il soit féminin ou non. Car d’ailleurs, les séniors du PGA avait déjà exprimé leur souhait de ne pas revenir disputer la gagne, sur ce parcours, où, beaucoup s’en souvienne, Bernhard Langer et Colin Montgomerie s’étaient affrontés, pour une victoire qui était revenue à l’écossais, qui n’avait pas caché ses sentiments face à ce parcours. Et depuis 2015, les PGA Séniors ne sont pas revenus en découdre sur le tortueux et piégeux tracé de l’Indiana.

Long, disposant de fairway étroits, avec des perspectives parfois troublantes, le « Pete Dye » comme le nomment certaines joueuses, a fait ses victimes. Et ne restent en compétition que deux catégories : celles qui ont réussi à s’adapter, coûte que coûte et celles qui jouent encore régulièrement sur le tour européen ou le tour américain. Raison pour laquelle les scores font l’objet d’une grande disparité et des joueuses du calibre de Trish Johnson, Becky Morgan, Liselotte Neumann ou Juli Inkster sont encore en compétition. La britannique Trish Johnson, déjà vainqueur en 2018, a très bien négocié le premier tour avec une remarquable carte de –1, comportant six birdie et un bogey. Lors du second tour, elle concède un peu plus de coups au parcours laissant même un double bogey, sur le Par 4 du 17. Mais au final, elle est en tête à –4, devant les américaines Barb Moxness et Moira Dunn Bohls à –3 ainsi que la galloise Becky Morgan, l’une des plus jeunes du champ puisque âgée de 46 ans. Laura Diaz (ex LPGA Tour) et Juli Inkster, toujours invitée sur quelques épreuves du circuit mondial féminin, en raison de ses résultats en carrières, ne sont qu’à 5 coups de la tête, avec un score de +1. Dame Laura Davies, qui aurait manifesté quelques remarques sur la longueur du parcours (6 131 yards officiels à jouer), pointe à la 14ème place à +2. Malgré quelques bogeys presque inévitables sur ce parcours, l’anglaise toujours active sur le LPGA Tour, signe 7 birdie le premier jour et 4 au second tour, mais elle a terminé sa deuxième journée par deux double pour une carte de 76. Sans quoi, il y a fort à parier qu’elle serait un peu plus haut au leaderboard.

Anne-Marie Palli échoue de peu

Il y avait deux françaises au départ de tournoi et elles n’ont pas connu la fortune qu’elles espéraient. Installée au Texas, à Houston, Patricia Beliard, qui continue d’enseigner et de jouer régulièrement sur diverses épreuves, termine loin de la barre du Cut fixé à +9. Pourtant en excellente forme physique et disposant d’un putting au « top », selon ses mots, elle fut victime de fortes émotions sur le parcours qui sont venues troubler son jeu. Et chacun sait que la dimension mentale joue un rôle important. Néanmoins la française reste confiante et combative avec un jeu qu’elle sait solide. Elle reviendra sur un tournoi du Legends of the LPGA, pour y franchir le Cut. Quant à Anne-Marie Palli, également très impliquée dans l’enseignement, mais dans l’Arizona, est un peu déçue. Elle a conscience que le parcours et ses difficultés hors nomes, ont largement contribué à l’empêcher de passer le Cut. Un Cut qu’elle manque de deux coups, ce qui atténue sa déception. Car sa carte en 80, du premier jour, est évidemment liée à son manque de réussite. Notamment avec ce quadruple bogey, sur le 15, où elle a joué en mode « stretching » comme elle l’a expliqué avec l’humour qui la caractérise. « on joue presque tout le temps avec les jambes à toutes les hauteurs par rapport au fairway et à la balle » a témoigné Anne-Marie Palli. « Tu fais du stretching toute la journée sur ce parcours » s’amuse-t-elle à surenchérir. Les françaises qui ont eu beaucoup de chance en évitant un violent orage, en fin de journée du premier tour, qui a balayé plusieurs tentes d’exposition, sur le parcours.

Quel avenir pour le sénior tour LPGA ?

En marge de ce tournoi s’est posée la question de l’avenir de ce circuit. Après un changement de nom, ce très jeune circuit dispose de belles épreuves et d’un tournoi majeur, avec l’US Senior Women’s open. Mais avec seulement quatre épreuves inscrites au calendrier, les joueuses du Legends of the LPGA aimeraient un calendrier un peu plus fourni, dans la limite de dix tournois par an. Car beaucoup d’entre elles sont désormais enseignantes et ne jouent plus sur les tours réguliers. Il est donc fort probable que dans un proche avenir, le circuit des légendes du LPGA tour, s’étoffe de quelques compétitions, et probablement, sans intégrer le tracé Pete Dye du French Lick resort, selon des sources qui restent à confirmer. Autre point important la couverture médiatique. Si Golf Channel est bien partenaire de l’épreuve, c’est désormais en streaming, sur la plateforme de la chaîne, que l’épreuve est diffusée, alors que les autres éditions bénéficiaient d’une couverture TV. Sans cette couverture média, le Legends of the LPGA pourrait avoir des difficultés à convaincre des sponsors et développer son calendrier, faute de primes à distribuer. Et l’absence de primes pourrait également refroidir les ardeurs de quelques stars du circuit.

L’étourderie Alfredsson

Chacun l’a remarqué la tenante du titre n’est pas présente dans le champ. La raison est très simple, la joueuse comme l’organisation du tournoi, ont tout simplement oublié de vérifier que la liste des inscrites comportait bien le nom de la championne en titre. S’en étant aperçu hors du délai pour signaler son intention de jouer, la suédoise Helen Alfredsson a été contrainte de rester à la maison. Quant aux organisateurs, ils n’auraient pas fait l’effort de rectifier leur oubli, afin de permettre à ce tournoi, de voir s’aligner, au départ, la championne en titre. Un couac regrettable pour un circuit en plein développement qui a besoin de ses têtes d’affiches.

Le classement provisoire=> ICI

Senior LPGA championship : retour au French Lick resort !

78 joueuses sont réunies, en cette fin de semaine, dans l’Indiana, pour participer au 3ème et avant dernier tournoi du calendrier du Legends of the LPGA.

Le format de jeu

L’épreuve se déroule en individuel stroke play, sur trois tours, avec un Cut après es deux premiers tours, qui conservera les 45 meilleures joueuses.

Le champ de joueuses

Les suédoises Catrin Nilsmark, qui fut capitaine et joueuse de la Solheim Cup en 2003 et 2005 mais également vainqueur de l’Evian Masters et Liselotte Neumann qui a mené le team Europe de Solheim Cup, à la victoire en 2013. Elle fut aussi vainqueur de l’US Women’s open. La désormais légende du LPGA Tour, Dame Laura Davies qui a récemment passé un nouveau Cut d’un tournoi Majeur. L’australienne Jan Stephenson est aussi présente tout comme Juli Inkster et Trish Johnson vainqueur de l’épreuve en 2017. C’est aussi l’occasion de revoir l’italienne Laura Diaz ou encore les américaines Jill McGill et Michelle Redman. Mais sont également au départ de cette épreuve exceptionnelle, les françaises Anne-Marie Palli et Patricia Beliard. Cette dernière qui revient à la compétition avec une nouvelle motivation, après une période d’entraînement. Seule absente de cette édition, la suédoise Helen Alfredson, tenante du titre.

Le champ de joueuses complet => ICI

Le parcours

C’est une fois encore le parcours dessiné par Pete Dye qui accueille les joueuses du Legend of the LPGA, pour la 4ème fois. Ce tracé est connu pour ses nombreux dénivelés qui le rend particulièrement physique. De même, les bunkers sont parfois si peu large qu’il est impossible de les jouer les pieds dans le sable. C’est donc un vrai défi qui attend ce nouveau champ de joueuses, et c’est sans doute la raison pour laquelle la moyenne d’âge du champ et en baisse, par rapport aux autres éditions.

Le Bunker du green du 14

Photo: DR

Le bunker du green du 10

Photo: DR

Vue depuis le départ du tee n°9

Photo: DR

Le green du 9

Photo: DR

Les anciens vainqueurs

  • 2017 : Laura Davies
  • 2018 : Trish Johnson
  • 2019 : Helen Alfredson