Solheim Cup : explication sur le système de qualification.

Dans cette vidéo, Jean-Hugues Curaudeau vous explique comment fonctionne la règle de qualification pour intégrer l’équipe de Solheim Cup.

Solheim Cup Team USA: les choix du capitaine

Pat Hurst, capitaine du team américain, a rendu public ses choix. Sans trop de surprises, les trois joueuses qualifiées viennent à la suite du classement aux points. En revanche, la nomination de Stacy Lewis comme assistant capitaine était moins attendue. A 19 ans, Yealimi Noh connait sa première sélection chez les professionnelles après une première sélection en Junior Solheim Cup, en 2017.

Voici donc le team USA au complet

  • Nelly Korda
  • Danielle Kang
  • Ally Ewing
  • Austin Ernst
  • Lexi Thompson
  • Jessica Korda
  • Megan Khang
  • Lizette Salas
  • Jennifer Kupcho

+

  • Mina Harigae
  • Brittany Altomare
  • Yealimi Noh

British Women’s open : the Queen Anna !

CARNOUSTIE, SCOTLAND – AUGUST 22: Champion, Anna Nordqvist of Sweden poses with the AIG Women’s Open trophy during Day Four of the AIG Women’s Open at Carnoustie Golf Links on August 22, 2021 in Carnoustie, Scotland. (Photo by Warren Little/R&A/R&A via Getty Images)

Insoutenable suspense dans ce 46ème British Women’s open où, jusqu’au 18ème trou, deux joueuses conservaient toutes leur chance de décrocher la timbale du désormais Majeur le plus doté de l’histoire du golf féminin. Finalement, la suédoise Anna Nordqvist s’impose non sans avoir bénéficié de la défaillance de son adversaire directe. Et une jeune amateur a gagné le cœur de tous les spectateurs et des écossais.

C’est probablement la première fois de la saison qu’un pronostic pour la victoire fut impossible à formuler, tant il y avait une dizaine de joueuses capables de s’imposer. De Georgia Hall à Yealimi Noh en passant par Madelene Sagstrom ou Lizette Salas et Nanna K.Madsen, il y avait le choix pour désigner celle qui succéderait à Sophia Popov, éliminée du Cut. Et dès le début de ce dernier tour, les scores étaient serrés. Six joueuses pointaient à –9 tandis que Louise Duncan, également sur la liste des potentielles lauréates, était seule, à –8, devant un groupe de 6 joueuses à –7 et un autre, plus important, à –6. Et toutes les favorites étaient présentes. Mais la différence de trous à jouer allait compter. Car en réalité,10 joueuses seulement en étaient au début de leur parcours. Et Anna Nordqvist comme Nanna K .Madsen et Georgia Hall, avaient plus d’opportunités de baisser leur score, que Minjee Lee ou Stéphanie Kyriacou n’en possédaient. Les deux australiennes ont très bien joué, pointant dans le groupe de tête, après 12 trous. Et Kyriacou de se retrouver en tête d’un Majeur, avant de concéder un bogey au 14. Agée de 21 ans, l’australienne du Ladies European Tour, professionnelle depuis 2020, est la figure montante du pays des kangourous et des koalas. Numéro un de l’Australian LPGA, elle a décroché sa première victoire, sur le L.E.T, en février 2020, s’assurant deux années d’exemption, sur le circuit européen. Avec Minjee Lee, Su Oh et Hanna Green, elle constitue la relève d’un golf féminin australien, porté au plus haut niveau par Karrie Webb, ces dernières années, qui elle-même fut inspirée par la grande championne Jan Stephenson. Mais c’est Minjee Lee qui allait prendre la tête de l’épreuve en signant, la première, un score de –10, par un birdie au 13. Elle fut immédiatement suivie par Nanna K.Madsen, après 4 trous. Fatalement, avec une telle différence de trous à jouer, l’australienne avait peu de chances de saisir le trophée. Signant une très belle carte de 66, Minjee Lee concéda son seul birdie de la journée au 18. Ce qui lui permet de décrocher une magnifique 5ème place, à –10. Quant à Stéphanie Kyriacou, elle va laisser un double bogey sur ce terrible 18ème trou, terminant 13ème, à –6. Une chose est certaine, nous reverrons cette joueuse sur le LPGA Tour à court terme. C’est donc sur les joueuses en début de partie que les regards se concentrèrent, et quelques-unes firent en sorte de se distinguer.

Lizette Salas passe encore à côté

Malgré un vent qui souffla de manière irrégulière, le jeu fut animé. Et les « coups de golf » vinrent égailler une journée où les birdie sont finalement tombés, bien plus que chacun l’aurait envisagé. Car, pour ce dernier tour, les positions de drapeaux furent, une fois encore, dans quelques coins difficiles à atteindre. Après 4 trous, Lizette Salas (et pas Elizabeth comme entendu sur Golf +), s’invitait dans le groupe de tête, à –9. Mais la progression de l’américaine allait connaître un coup d’arrêt, après son dernier birdie sur le Par 5 du 6. Parvenue jusqu’au score de –10, la joueuse californienne n’en perdit pas moins ses chances de l’emporter, car Georgia Hall, après deux eagle, dont le dernier sur le 12, pour passer à –10, eut un peu de mal à se créer des opportunités. Et il ne lui restait plus beaucoup de trous pour faire la différence. Tandis que Nanna K.Madsen et Madelene Sagstrom avaient, comme Lizette Salas, un minimum de 10 trous à jouer, pour creuser l’écart. Si Sagstrom progressa sur la fin des neufs premiers trous, Salas et Madsen restèrent bloquées sur des Par. A l’inverse, Anna Nordqvist progressa jusqu’à –12, et sortie du son aller en leader. Chassant Minjee Lee de la tête du tournoi, avec un dernier trou à jouer, pour l’australienne. En retrait depuis plusieurs mois, Nordqvist donnait le sentiment d’avoir eu du mal à se relever de cette mononucléose qui l’a profondément affectée, en 2017. Mais aussi, elle semblait un peu plus détachée depuis qu’elle avait annoncé ses fiançailles avec Kevin McAlpine, l’ancien caddie de Lexi Thompson. Et à 34 ans, peut-être souffrait-elle, aussi, d’une montée en puissance d’une jeune génération, qui ne cesse d’occuper le haut des classements, chaque week-end. Car la moyenne de ses résultats de la saison la plaçait en 30ème position. Avec comme plus mauvais résultat, une 58ème place lors du KPMG. Nordqvist dépassée par la jeunesse ? De toute évidence, pas du tout. Et c’est même l’expérience qui allait s’exprimer doublée d’un appétit de victoire, le tout encadré par deux caddies, l’un sur son sac, l’autre le long du parcours, noyé dans les 8000 spectateurs admis, chaque jour. « Je déteste perdre plus que de gagner, probablement » allait avouer la suédoise, en conférence de presse. « Et j’ai été poussé par mon caddie et mon mari, chaque jour, ce qui m’a aidé à aller de l’avant » confia-t-elle également. Alors, Anna Nordqvist attaqua avec intelligence le tracé de Carnoustie. Cherchant à prendre un maximum de fairway et de green. Ce qui est l’une des clés, sur ce parcours. Mais au trou n°12, la suédoise qui se bagarrait pour construire une nouvelle opportunité de birdie, concéda un bogey. Après être parvenu en 4 coups sur le green, elle eut un putt, pour sauver le Par, à 6 mètres du mat. Mais la balle dépassa le trou d’un mètre et ce fut un nouveau putt pour bogey. En revanche, Nanna K.Madsen se créa une opportunité d’eagle qui se solda par un birdie. La danoise passa, pour la première fois de la journée, seule en tête. Elle n’y resterait pas. De son côté, Lizette Salas passa à –11, à un coup de la tête, au trou n°14, avec un putt de 3 mètres. Mais elle ignorait que ce serait son dernier de la journée. L’américaine ne parvint plus à se créer les meilleures opportunités et au 18, elle se retrouva à, environ, 7 mètres du mat, avec deux putt pour le Par. Quant à Madelene Sagstrom, elle laissa également filer sa chance  sans désarmer. Au trou n°17, elle planta le mat, se laissant un putt d’à peine 2 mètres et intégra le groupe des leaders, à –12. Hélas pour elle, Nordqvist et Madsen avait encore 4 trous à jouer, quand il ne lui en restait qu’un. Et la suédoise concéda un bogey, au 18. Le titre se jouerait donc entre Nordqvist et Madsen. Le suspense s’intensifiait et l’émotion serrait les cœurs.

Un 3ème majeur en poche !

Ce sont donc deux joueuses, à égalité de score, qui se présentèrent au départ du 18, avec une réelle possibilité de voir un playoff se dérouler, en suivant, pour départager deux joueuses combatives, sur cette fin de tournoi. Nordqvist trouva le fairway, à droite alors que Madsen se plaça à gauche, au bord du fairway, sur la première tonte de rough. La suédoise joua un hybride pour aller chercher le green, ce qu’elle réussit à faire, en laissant sa balle, sous le mat, et un probable Par à venir, compte tenu de la longueur du premier putt à jouer. Ainsi, Nanna K.Madsen avait l’avantage de jouer en second, mais aussi d’avoir une distance plus courte à négocier, pour prendre le green. C’est donc avec un fer 5 qu’elle tenta cette approche. Mais le coup ne se passa pas comme prévu. Avec une balle légèrement plus basse que les pieds, celle-ci gicla du club très à droite, trouva le green et roula dans le rough, quelques mètres plus loin. Affichant la mine des mauvais jours, la danoise comprit que la victoire était en train de lui échapper. Elle allait constater que sa balle nichait dans un petit rough, moins dense que prévu et qu’elle allait pouvoir jouer un chip, vers le mat, sans trop de difficultés. Mais ce serait sont 3ème coup quand Anna Nordqvist aurait un putt pour eagle. Finalement, Nanna K.Madsen fut contrainte à jouer un putt pour sauver le Par, à 2 mètres du mat tandis que Anna Nordqvist réalisait un somptueux premier putt, qui laissa sa balle au bord du trou. Avec un birdie, pour la suédoise et un bogey pour la danoise, l’issue du tournoi ne fit plus aucun doute.

A 34 ans,deux mois et treize jours, Anna Nordqvist a remporté son troisième majeur, sur le LPGA Tour, après l’Evian Championship, en 2017 et le McDonald’s LPGA Championship, désormais dénommé PGA Women’s championship. La suédoise totalise 9 victoires, dont 3 Majeurs et signe un premier succès en terre écossaise, dans le cadre de ce British Women’s open, à une vingtaine de kilomètres, où elle doit célébrer sa seconde cérémonie de mariage, en fin d’année, avec Kevin McAlpine, qu’elle a épousé, officiellement, en petit comité, au mois de mars dernier, à Scottsdale, dans l’Arizona.

Perrine Delacour s’est bien battue

La française Perrine Delacour termine 34ème, sur le score de –1, avec une journée dans le Par, assez compliquée en fin de parcours, puisque après avoir débuté par un eagle sur le Par 5 du 6, la française a souffert sur le retour, alternant bogey et birdie, jusqu’à clôturer sa carte par trois bogey, annulant l’ensemble de ses efforts. S’il est toujours possible de regretter qu’aucune française ne parvienne à se placer dans le groupe des favorites d’un tournoi, il faut constater que Perrine Delacour est en nette progression sur le LPGA Tour et qu’il ne serait pas surprenant qu’elle devienne la prochaine numéro un française, sur le circuit mondial. Désormais 71ème de la Race to CME, et classée dans le Top 100 des meilleures joueuses mondiales, il ne lui manque qu’une victoire pour concrétiser son talent et tout le travail qu’elle fournit, pour se hisser au meilleur niveau.

La Smyth Salver pour Duncan

CARNOUSTIE, SCOTLAND – AUGUST 22: Louise Duncan of Scotland, the leading Amateur, poses with her trophy during Day Four of the AIG Women’s Open at Carnoustie Golf Links on August 22, 2021 in Carnoustie, Scotland. (Photo by David Cannon/R&A/R&A via Getty Images)

Impossible de clôturer cet article sans évoquer l’incroyable performance de la joueuse amateur et écossaise Louise Duncan. A 21 ans, cette étudiante à l’université de Sterling, membre du West Killbride golf links, à l’ouest de Glasgow, réalise sa meilleure performance dans une épreuve Majeur professionnelle. Jusqu’au bout elle se sera donnée une chance de remporter ce British Women’s open, en jouant le jeu qu’il convient, sur ce type de parcours. Mais comme Lizette Salas, elle n’a trouvé que trois birdie qui ont été anéantis par trois bogey, dont deux sur les derniers trous. Néanmoins, celle qui s’est imposée dans le championnat amateur britannique, en juin dernier, remporte la Smyth Salver, une récompense que Anna Nordqvist reçut en 2008, lorsqu’elle termina ce Britsih Women’s open, à la 42ème place. C’est la première fois qu’une joueuse écossaise remporte ce prix sur le sol écossais, ce qui constitue un évènement. Et c’est aussi un Top 10, dont Louise Duncan peut s’enorgueillir d’avoir conquis. « Je pensais avoir bien géré et je pensais aussi m’effondrer dans ce dernier tour. Finalement, j’ai bien tenu nerveusement et j’ai bien joué cette dernière journée, ce qui était mon objectif » à déclaré Duncan qui fut également très heureuse de recueillir le soutien du public et de ses fans. « Hormis les bogey, j’ai vraiment apprécié de participer à cette épreuve. Et ce fut extraordinaire de pouvoir me mettre en chasse des leaders et essayer de gagner » ajoutait l’écossaise, fière de ce qu’elle a accompli. Louise Duncan qui refuse de se projeter sur l’avenir de sa carrière puisqu’elle a en projet de terminer ses études, sur les six prochaines années. Il faut donc parier qu’elle restera sur le circuit britannique, en amateur ou en professionnel. En attendant, elle sera en lice, cette semaine, pour disputer la Curtis Cup, face aux Etats-Unis, du 26 au 28 août, au Pays de Galles.

Le classement final => ICI

Quelques repères

Louise Duncan est la première joueuse écossaise à remporter la Smyth Salver sur le sol, écossais.

Louise Duncan égalise le record de 209, après 3 tours, détenu par Michelle Wie West en 2005, au Royal Burckdale et Leona Maguire, en 2016, à Wooburn Marquese, en tant que joueuses amateurs.

Le meilleur résultat obtenu par une joueuse amateur, lors du British Women’s open est toujours détenu par Michelle Wie West, qui a terminé 3ème, en 2005.

La dernière joueuse à avoir fait le doublé Smyth Salver et le Women’s amateur championship, est l’anglaise Georgia Hall, en 2013.

Seules Marta Figueras Dotti et Georgia Hall ont remporté la Smyth Salver et le British Women’s open.

Les statistiques par tour

Au travers de dces statistiques il est important de se rendre compte que c’est la combinaison des fairway touchés et des green en régulation qui permet à Anna Nordqvist de remporter ce tournoi, même si elle est classée très loin au nombre de putt par journée. Lizette Salas, pourtant seconde des fairway touchés n’est que 20ème des green en régulation avec 13 green, soit 72%. Comme toujours, les statistiques de putt ne prennent pas en compte les putt hors du green et, bien sûr, les chip rentrés.

Créa: JHCuraudeau/LPGAFrenchFansteam Source : AIG Britsh Women’s open
Créa: JHCuraudeau/LPGAFrenchFansteam Source : AIG Britsh Women’s open
Créa: JHCuraudeau/LPGAFrenchFansteam Source : AIG Britsh Women’s open

Solheim cup team Europe : le team au complet !

C’est officiel depuis ce lundi, la capitaine Catriona Matthew a complété le team Europe de Solheim Cup avec ses choix du capitaine.

Six joueuses étaient déjà sélectionnées au point, depuis quelques semaines mais les deux dernières épreuves que furent le Scottish open et le British open, pouvaient encore perturber l’ordre pré établi. Et le résultat de ce dimanche, à Carnoustie, a bien entendu pesé sur la décision finale. Voici donc la liste des 12 joueuses européennes qui participeront à la prochaine Solheim Cup.

Les qualifiées aux points

Emily Kristine Pedersen – L.E.T

Georgia Hall – L.E.T

Anna Nordqvist – LPGA

Sophia Popov – LPGA

Charley Hull – LPGA

Carlota Ciganda – LPGA

Les choix du capitaine

Nanna K.Madsen décroche sa place dans le team en raison de sa prestation lors du dernier British Women’s open.

Les résultats de notre sondage auprès des membres du groupe sur les choix du capitaine

L’anglaise Georgia Hall a largement été plébiscité de même que Céline Boutier. Il est vrai que les deux joueuses ont formé un excellent duo, lors de la dernière édition. Plus surprenant est le faible résultat obtenu par Matilda Castren, mais il peut s’expliquer en raison du lancement précoce de ce sondage qui ne tient pas compte des dernières performances de la finlandaise. Enfin, les françaises Céline Herbin et Perrine Delacour ont eu les faveurs des membres du groupe. Il est vrai qu’elles ont toutes les deux très bien joué, ces dernières semaines. Malheureusement pour elle, Leona Maguire et Nanna K.Madsen ont été plus performantes, au cours du dernier Majeur de la saison. Quant à la suissesse Albane Valenzuela, elle devra encore patienter jusqu’à la prochaine édition.

ISPS Handa World invitational : le casse de Pajaree !

Photo : LPGA/Getty Images

Au bout d’un long suspense et d’un playoff en deux trous, la thaïlandaise Pajaree Anannarukarn décroche sa première victoire à peine deux ans après avoir intégré le LPGA Tour et au terme d’une progression, depuis le début de la saison, qui ne laissait aucun doute sur ses chances de succès.

Ce fut un match play entre les trois joueuses du derniers groupe constitué de Jennifer Kupcho, d’Emma Talley et de Pajaree Anannarukarn. Talley et Anannarukarn ont pris le meilleur sur Kupcho, dès le début de la journée, en partageant la tête, à –16, après 4 trous. Mais au trou n°6, c’est l’accident et le premier retournement de situation. Kupcho et Talley concèdent un bogey alros que Anannarukarn s’enfonce au classement en raison d’un triple bogey. Dès lors, Talley va mener à –15, devant Kupcho à –14, laissant Anannarukarn à –13. Chella Choi va venir se mêler à la bagarre en pointant à –13, elle qui a un trou d’avance. La sud-coréenne va néanmoins stagner après son birdie du 7, qui sera le dernier d’inscrit sur sa carte. Emma Talley va prendre un net avantage à partir du trou n°8, quand elle va signer un nouveau birdie tandis que Kupcho fera le Par et Anannarukarn un birdie. Mais à –14, la thaïlandaise reste 2 coups derrière Talley qui va enfoncer le clou au 9 pour passer à –17. Kupcho et Anannarukarn inscriront, également, un birdie. Mais Jennifer Kupcho va refaire son retard en alignant deux birdie au 10 et au 11, pour passer à –17 et rejoindre Talley qui n’a pu faire mieux que le Par. De son côté, Anannarukarn va rester sur une suite de Par, en raison d’attaque de green qui vont lui laisser des putt trop longs. Talley ayant également du mal à serrer les mats et à faire tomber les putt. Mais Kupcho va connaître le même problème après avoir été leader jusqu’au trou n°15, et beaucoup de songer à la première victoire de l’américaine. Mais celle-ci doit encore patienter car ses espoirs sont tombés à l’eau, sur le parcours irlandais.

Balle dans l’eau et playoff

Montrant toujours un tempérament un peu agressif et le sentiment d’être insatisfaite, Jennifer Kupcho va connaître une fin de partie douloureuse. Après le bogey du 16, et un Par sur le Par 4 du 17, en trouvant le rough sur sa mise en jeu, rendant compliqué son attaque de green, l’américaine va envoyer sa balle dans l’eau, en attaquant le green du 18. Une fois encore, Kupcho avait trouvé le rough sur sa mise en jeu. Un rough épais qui a probablement refermé la face de club, faisant prendre à la balle, un virage inattendu, à l’approche du green. Le visage fermé, s’agenouillant comme abattue, et se tenant le visage dans les mains, Jennifer Kupcho comprenait qu’elle ne disputerait pas la victoire, à Emma Talley ainsi qu’à Pajaree Anannarukarn. Cette dernière a finalement trouvé les ressources pour revenir sur la tête, grâce à son birdie du 13, pour passer –16. Mais c’est aussi le manque de consistance d’Emma Talley, entre le 12 et le 15, où elle laissa rois bogey, qui lui offrit l’opportunité de s’installer co-leader. Pour l’emporter, l’une des deux joueuses devait espérer que son adversaire joue un coup de plus. Et peu importe le score. L’approche du green laissa la balle de la thaïlandaise à hauteur du mat, mais à plus de 8 mètres, tandis que Talley dépassait le trou pour aller loger sa balle vers le fond du green, avec un petit handicap. Le pré green revenait dans l’intérieur du green occasionnant un obstacle à franchir. Jouant la première, Talley ne parvint pas à passer outre ce renflement et sa balle dévia vers la gauche, s’éloignant du trou pour rester à près de 3 mètres. Quant à Anannarukarn, même si le putt était trou droit, elle dut négocier une légère pente et le risque de voir la balle prendre de la vitesse, pour terminer dans l’eau. Finalement, les deux joueuses signaient le Par et partaient en playoff.

Le premier trou de playoff laissa les deux joueuses à égalité. C’est donc au départ du 18 qu’elle s’élancèrent à nouveau, pour tenter de se départager. Comme lors de la première mise en jeu, les deux joueuses trouvèrent le bunker de fairway. Mais cette fois-ci, sur la sortie de « stupide bunker, comme elle le déclarera en conférence presse, Emma Talley trouva le rough au lieu du fairway. Pour Anannarukarn, la situation était plus franche, avec une balle sur le fairway et une chance de prendre le green tout en arrêtant la balle. Talley eut du mal à sortir sa balle, très enfoncée dans le rough et un coup lâché très à droite qui envoya la balle à l’opposé du green, dans un rang de spectateurs. La thaïlandaise eut du mal à maîtriser sa profondeur, d’autant que le vent souffla toute la journée. Sa balle roula sur la green, encore plus loin que là où Talley avait envoyé la sienne, avant de partir en playoff. Ainsi, Anannarukarn se retrouvait avec deux putt, au minimum, à jouer, alors que Talley avait un chip à négocier, pour placer sa balle au plus près du mat, avec un green en légère descente. L’américaine resta courte et sa balle se figea sur le fringe, signifant qu’elle pourrait placer sa balle, au fond du trou, en concédant un bogey. Alors que Anannarukarn se trouva avec un second putt, face au trou, à environ 2 mètres. Et c’est bien ce scénario du putt trop court, pour Talley, qui se joua, occasionnant un bogey, lors du 3ème putt. Malgré la pression et le stress qui l’accompagnait depuis plusieurs trous, Anannarukarn rentra le putt parfait pour signer un Par et une première victoire en carrière.

Rookie en 2019, la thaïlandaise de 22 ans, qui avait déjà assuré sa carte, grâce à une 40ème place et un gain largement au dessus des 100 000 dollars requis, est désormais assuré d’une nouvelle catégorie, pour les cinq ans à venir, celle de vainqueur de tournoi. Au nez et à la barbe des deux américaines, la thaïlandaises réalise le casse parfait, en terre irlandaise, inscrivant son nom, dans l’histoire du golf féminin mondial. Quant à Emma Talley, elle signe son premier Top 10 de la saison et le second en carrière.

Prochain rendez-vous, le tournoi féminin des Jeux Olympiques… si toutefois France Télévision et Eurosport sont capables de proposer des images en direct, ce qui est moins sûr.

Le classement définitif => ICI

ISPS Handa World invitational: les principaux départs

Les départs sont donnés en heure française.

  • 13h34 ; Emma Talley – Jennifer Kupcho – Pajaree Anannarukarn
  • 13h12 : Chella Choi – Atthaya Thitikul – Wichanee Meechai
  • 12h50 : Su Oh – Charley Hull – Sarah Kemp
  • 12h28 : Liz Nagel – Ryann O’Toole – Mina Harigae
  • 12h06 : Yealimi Noh – Gemma Dryburgh – Pornanong Phatlum
  • 11h44 : Sydney Michaels – Alana Uriell – Ursula Wikstrom

A suivre sur l’une Golf + à partir de 14h30.

ISPS Handa World invitational : Nouveau Cut et un classement serré en tête !

Photo: Tristan Jones

Souffrant toujours d’un habillage télévisuelle dénaturant l’intérêt premier, ce tournoi n’en reste pas mois très disputé par les joueuses, qui évoluent dans le cadre de leur championnat respectif. A savoir le LPGA Tour et le Ladies European Tour. Et en tête, un belle lutte a fait rage, toute la journée, avec une Emma Talley qui ne semble pas décidée à passer à côté de sa première victoire.

J’ai deux nouvelles. Une bonne et une mauvaise. Par laquelle voulez-vous que je commence, a-t-on souvent eu l’habitude de dire dans de nombreuses répliques de film ? Et pas seulement. Commençons par la mauvaise. Il n’y a plus de française dans le champ. La dernière en lice c’était Céline Herbin, qui tenait, pourtant, une belle opportunité de faire un bon résultat, après ses deux cartes, sous le Par, qui la classèrent 12ème, hier au soir. Mais voilà, rien ne semble avoir fonctionné dans le bon sens pour la française, qui a inscrit, seulement, un birdie, sur le retour, en concédant cinq bogey, et un double, sur le Par 3 du trou n°7. Elle réalise même la performance d’être la seule joueuse à dégringoler aussi fortement, perdant 39 places pour un score, journée, de +6. Le plus haut du jour. Ainsi, le second cut a-t-il effectué une nouvelle coupe franche, ne conservant que les 35 meilleures et ex æquo. Et c’est tout en haut du leaderboard qu’il faut porter son attention. Quant à la bonne nouvelle, il va y avoir une belle bagarre pour la victoire !

Les thaïlandaises resserrent la nasse

La dernière journée s’annonce tendue pour l’américaine Emma Talley, qui a ferraillé dur, toute la journée, pour se donner de l’oxygène, avant le dernier tour. Mais rien n’y a fait, elle est restée dans le Par total, quand, autour d’elle, les scores sont descendus bas, même très bas. Comme Pajaree Anannarukarn qui a joué –7 avec un eagle sur le Par 5 du 3 et une belle suite de birdie, du 10 au 17. Bien qu’ayant touché 9 fairway sur 14, Anannarukarn n’a consommé que 23 putt dans ce 3ème tour, pour 12 green en régulation. Ce qui signifie qu’elle dispose d’un petit jeu solide. La voici désormais co-leader avec Talley et Kupcho, à –13. Et il s’en est fallu de peu pour qu’elle sorte seule en tête, ce soir. Jennifer Kupcho joue –3 mais, fidèle à son tempérament, s’est agacée sur le parcours, notamment au putting. Une fois encore, elle rencontre des difficultés dans ce compartiment de jeu qui est essentiel pour signer des cartes très basses. Mais un élément a retenu l’attention des journalistes. Et il est de taille. Le petit ami de Emma Talley caddeye Jennifer Kupcho, et cet exercice a peut-être été compliqué à gérer, puisque Kupcho et Talley ont évolué dans le même groupe. Mais à l’arrivée, aucune question sur le sujet. Politiquement correct, quand tu nous tiens !

Juste derrière, pointe à –12 la discrète sud-coréenne Chella Choi qui fut tenace et déterminée. Néanmoins, elle a passé sa journée à sauver des Par quand elle aurait préféré prendre un birdie. Et Choi de confirmer qu’elle était pleinement au courant de qui était sur la sac de Kupcho. Un sujet qui ne semble pas inquiéter la sud-coréenne, elle-même toujours caddeyée par son père. Avec ses deux birdie, Chella Choï a finalement limité la casse et réussi à rester au contact. Suit le jeune phénomène thaïlandais, Atthaya Thitikul, qui ne cesse de progresser et d’occuper les meilleures positions, depuis quelques semaines. Elle signe une carte de 70, avec deux eagle. 5ème à –10, Thitikul peut, elle aussi, prétendre à la victoire, ce qui rend les perspectives de suspense, pour ce dernier trou, plus fortes ! Wichanee Meechaï et Su Oh suivent à –9 alors que Liz Nagel, Sarah Kemp, Ryann O’Toole, Mina Harigae et Charley Hull, évoluent avec un score de –8. En revanche, Gemma Dryburgh a reculé au classement, perdant sa 4ème place pour occuper la 13ème. Trop de bogey de concédé à moins que ce soit pas assez de birdie de rentrés. Quoi qu’il en soit, l’écossaise n’a pas semblé affectée par ce score et semble prête à remettre le couvert, dans le dernier tour, pour aller chercher le meilleur résultat.

Ainsi, Emma Talley est sérieusement entourée et semble avoir été un peu perturbée par le fait d’avoir partagé sa partie avec Jennifer Kupcho et Chella Choï. « C’était bizarre » assurait Talley. « Franchement, je n’ai pas aimé joué. Maintenant je sais à quoi m’attendre » répliquait-elle. «Je ne me suis pas retrouvée dans cette position depuis longtemps et après le double bogey du 9, je me suis mise en colère et j’ai utilisé cette énergie, pour rentrer quelques birdie » expliquait l’américaine qui a mis en balle dans l’eau, lors de sa mise en jeu et fut contrainte de se dropper, touchant le green seulement lors du 4ème coup. Et l’américaine d’affirmer qu’elle a tiré les enseignements de cette journée pour mieux jouer dans le dernier tour.

Au final, avec un champ réduit, c’est une lutte finale, pour la victoire, qui rassemble uniquement des joueuses du LPGA tour, montrant bien aux pensionnaires du L.E.T, qu’il y a jouer au golf et jouer au golf.

Les pronostics sont donc très difficiles à établir, pour ce dernier tour, tant il y a, entre –9 et –13, un large choix de vainqueurs potentiels.

Le classement provisoire => ICI

SONDAGE : désignez vos 6 Captain’s pict du Team Europe Solheim Cup

Consultez la liste des joueuses européennes qualifiées => ICI

Scandinavian Mixed : Jonathan Caldwell s’impose !

Au terme de la 4ème journée, ce tournoi mixte a trouvé son maître. Mais les féminines n’ont pas démérité !

C’est finalement le Nord Irlandais Jonathan Caldwell qui s’est imposé sur le parcours de Vallda sur le score total de –17, en ayant signé une dernière carte de –8. Il décroche, ainsi, son premier succès sur l’European Tour, devant l’espagnol Adrian Otaegui, et l’anglaise Alice Hewson, qui a su rester au contact tandis que Caroline Hedwall s’est effondrér au classement, au terme d’une journée en +4.

Les féminines n’ont pas démérité dans cette épreuve puisque outre Hewson, on trouve l’allemande Olivia Cowan, à la 10ème place, à –10., mais aussi les amateurs Maja Stark et Linn Grant, 18ème à –8, en compagnie de Sanna Nuutinen et de Caroline Hedwall. La joueuse sud-africaine Lee-Anne Pace a très bien réagi dans ce dernier en signant une carte de –4 pour une 25ème place. La française Anne-Lise Caudal termine à –2, en 52ème position, avec un dernier tour en –2. Au final, ce sont 26 joueuses du Ladies European Tour qui auront su rivaliser avec leurs homologues masculins, sur les quatre tours de ce tournoi.

Le classement final => ICI

Scandinavian Mixed : Femmes et hommes partagent la tête !

Le Scandinavian Mixed porte désormais ben son nom puisque c’est un mix de deux femmes et deux hommes qui se partagent la tête de l’épreuve. Et rien ne dit que la victoire sera masculine !

Après la giffle que le pool tricolore a pris dans cette épreuve, que le journal Ouest France n’a pas manqué de relater en parlant de « baffe », Anne-Lise Caudal, seule survivante du Cut, a connu un troisième tour infernal. La française a dévissé au classement avec une carte de 76 (+4), comportant cinq bogey, un double et seulement trois birdie. Elle est désormais en fond de classement, à la 61ème place, 12 coups derrière les leader !

C’est donc un quatuor qui tient la tête de ce tournoi avec une Caroline Hedwall qui a connu, comme Anne-Laise Caudal, une journée difficile, mais en +1. Néanmoins, ce score lui a permis de se maintenir tout en haut du classement et d’accueillir, à ses côtés l’anglaise de 23 ans, Alice Hewson. Victorieuse sur le L.E.T, en 2020, l’anglaise a signé une carte de –3 comportant trois bogey. Jusqu’ici, elle avait signé un –4 puis un –5, avec un seul bogey par tour. Deux joueurs de l’European Tour ont rejoint Hedwall et Hewson au terme de ce moving day. Il s’agit du gallois Rhys Enoch et de l’australien Jason Scrivener. Ce dernier est remonté en tête grâce à sa carte de –6 comportant un bogey et un eagle tandis que Enoch signe un eagle, sur le trou n°6 mais concède deux bogey sur le 11 et le 13. De ces quatre joueurs de tête, seules les féminines ont, au minimum, une victoire au compteur. Mais à –12, Hedwall, Hewson, Enoch et Scrivener ne sont pas à l’abri d’un retour du groupe constitué de Scott Hend, David Drysdale, Ashley Chesters, James Morrison et Adrian Otaegui, classés à –11. Ni même de ceux à –9, également composé uniquement de joueurs masculins. Les premières féminines, après le duo Hedwall et Hewson sont l’australienne Stéphanie Kyriacou, 14ème à –8, Olivia Cowan (-8), et Karolin Lampert (-8). Une bonne nouvelle pour le golf féminin européen que de voir autant de joueuses bien classées dans ce tournoi, preuve que les gros bras de salle de musculation ne sont pas la clé essentielle pour s’imposer en compétition.

Dénouement, ce dimanche, sur un parcours jugé difficile par les joueurs et où le vent est un élément important à prendre en compte dans la stratégie.

https://www.europeantour.com/european-tour/scandinavian-mixed-hosted-by-henrik-annika-2021/leaderboard