J.O: les départs et les positions de drapeaux

Tee n°1

  • 9h18 : Nelly Korda – Aditi Ashok – Nanna K.Madsen
  • 9h06 : Emily K.Pedersen – Madelene Sagstrom – Mone Inomi
  • 8h54 : Jin Young Ko – Hannah Green – Xiyu Lin
  • 8h42 : Lydia Ko – Wei-Ling Hsu – Jessica Korda
  • 8h30 : Hyo-Joo Kim – Danielle Kang – Sei Young Kim
  • 8h18 : Min Lee – Stephanie Meadow – Leona Maguire
  • 8h06 : Matilda Castren – Nasa Hataoka – Shanshan Feng
  • 7h54 : Sanna Nuutinen –Manon de Reoy – Minjee Lee
  • 7h42 : Inbee Park – Klara Spilkova – Perrine Delacour
  • 7h30 : Albane Valenzuela – Bianca Pagdanganan – Céline Boutier

Tee n°10

  • 9h23 : Tiffany Chan – Anne Van Dam – Tonje Daffinrud
  • 9h11 : Lucrezia Rosso Colombotto – Mariajo Uribe – Maria Torres
  • 8h59 : Maha Haddioui – Diksha Dagar – Mel Reid
  • 8h47 : Giulia Molinaro – Magdalena Simmermacher – Kelly Tan
  • 8h35 : Azahara Munoz – Alena Sharp – Daniela Darquea
  • 8h23 : Christine Wolf – Ariya Jutanugarn – Kim Metraux
  • 8h11 : Sophia Popov – Maria Fassi – Lexi Thompson
  • 7h59 : Brooke M.Henderson – Yuka Saso – Gaby Lopez
  • 7h47 : Jodi Ewart Shadoff – Patty Tavatanakit – Pia Babnik
  • 7h35 : Carlota Ciganda – Caroline Masson – Anna Nordqvist

J.O : les statistiques avant le 3ème tour

Grâce à ces quelques statistiques cumulées sur les deux premiers tours, il est aisé de se rendre compte que les mythes s’effondrent un peu plus. Notamment celui qui consiste à dire qu’en étant long sur les mises en jeu on sera le premier arrivé au trou, voir celui ou celle qui marquera le plus de birdie. Par ailleurs, grâce au tableau qui permet de visualiser les distances d’approches autour des mats, nous constatons que Nelly Korda, est 1,47 mètre plus près que Céline Boutier tout en étant leader à -13 et que la française accuse 12 coups de retard sur l’américaine. En associant ce 1,47 mètres au tableau des joueuses ayant signé le plus de birdie, il est aisé d’en déduire que la qualité de putting et la lecture des green jouent un rôle important pour réaliser des scores très bas. Mais aussi que 1,47 mètre c’est, sans doute, la distance de trop pour être moins précis au putting. Subtile alchimie donc que la qualité de putting et la précision autour des mats. Pourtant la plus proche depuis le début du tournoi, avec une distance moyenne de 5,89 mètres, la chinoise Xiyu Lin n’est que 9ème à -5. Cependant, l’américaine Nelly Korda en étant 3ème en distance de drive et en précision au drive, leader des green en régulation, ainsi qu’au nombre de birdie, prouve que son niveau de maîtrise est nettement supérieur à ses adversaires. Et ce sont autant d’axes d’amélioration, pour les françaises, mal classées dans la plupart des statistiques. Seule Perrine Delacour figure dans deux Top 10.

Source : J.O
Source: J.O
Source : J.O
Source : J.O

J.O: Nelly Korda, la tempête avant l’heure !

Coup de tonnerre sur le Kasumigaseki country club, ce jeudi après-midi avec l’écrasante domination de la n°1 mondial face à l’ensemble d’un champ qui souffre de la chaleur et d’une forte humidité. Et le tournoi pourrait être réduit à 54 trous.

Boire une bouteille d’eau par trou, voici ce à quoi les joueuses de cette épreuve sont réduites, pour ne pas souffrir de déshydratation face à l’écrasante chaleur tropicale qui pèse, de plus en plus, sur le parcours. Et Jack Fulghum, le caddie de Lexi Thompson, de s’être retiré, à mi-parcours, en proie à un malaise. Dès lors, ce tournoi de golf pour une médaille olympique a pris un tout autre visage et chacun se bat autant face au parcours que face à lui-même, en comptant sur son excellente condition physique. Et la gazelle de cette ambiance de plus en plus tropicale, c’est Nelly Korda. Seconde à –4, la veille, l’américaine qui affichait un visage fermé, a pris less commande de l’épreuve, d’autant plus fort que l’organisation a annoncé aux joueuses, qu’en raison d’une tempête tropicale qui approche des cotes japonaises, l’une des deux journées restantes, pourrait être annulée. De fait, s’il y avait bien un tour où il fallait jouer très bas, c’était bien celui-ci. Malgré un double bogey sur le 18, Nelly Korda a signé une carte de –9 journée comportant un eagle sur le 6. Quatrième joueuse à avoir pris le plus de green en régulation (16/18), derrière Jin Young Ko, Jessica Korda et Hyo Joo Kim, l’américaine a fait chauffer le putter pour s’emparer de la tête du tournoi, à –13, soit 4 coups d’avance sur un groupe, étonnant, composé de Aditi Ashok, Nana K .Madsen et Emily K.Pedersen. Les deux danoises ont également joué très bas, rentrant de belles ficelles tout en sachant attaquer les green, aux bons endroits. Avec un –7 journée pour Madsen et –8 pour Pedersen, l’épreuve de golf féminine olympique a changé de niveau et désormais, toutes savent que le tracé Est du Kasumigaseki country club, est prenable. Le tout est d’avoir le jeu et la stratégie pour y parvenir, en plus d’une excellente condition physique, pour supporter le climat ambiant.

Park décrochée, Feng et Ko en embuscade

La championne olympique en titre ne devrait pas conserver sa médaille, sauf surprise. Après une première bonne journée, la sud-coréenne n’a pu faire mieux que de jouer –1 sous le Par, avec trois birdie et deux bogey, dont un au 18. En moyenne, Inbee Park a laissé deux putt par trou, sauf au 9 où après avoir pris le green en régulation, elle laisse trois putt pour un bogey. Au contraire, la chinoise Shanshan Feng a corrigé le mauvais tir de son premier tour. La médaillée de bronze a joué 64 contre 74 la veille et la voici revenue en 11ème position, à –4. Un score qui la laisse loin du groupe de tête, et plus encore si le tournoi devait être amputé d’une journée. Mais avec une carte vierge de bogey, dans un climat humide que connaissent bien les chinoises, Feng a fait le job et se rappelle au bon souvenir de tous. Lydia Ko ne désarme pas, elle aussi. Certes la journée est ponctuée de trois bogey, mais au milieu il y a une belle suite de birdie. Quatre à la suite (3 à 6) puis trois à la suite (8 à 10). La néo-zélandaise a pris 14 green en régulation et a laissé un putt de moins, dans cette journée, soit 28 contre 29, la veille. Classée 9ème à –5, certains y voient encore une chance de médaille. Il va alors falloir que la néo-zélandaise se relève les manches dans la 3ème journée et qu’elle compte sur un effondrement de la concurrence. Car 5 coups, au minimum, sont à reprendre.

Une bonne et insuffisante journée pour Boutier et Delacour

Pas de médaille pour les deux françaises, en perspective, et l’inverse eut été étonnant. Largement dominées depuis le début de la saison, par un minimum de 20 joueuses, dans le champ de chaque tournoi, Céline Bouter et Perrine Delacour pouvaient espérer, au minimum, entrer dans le Top 10 de cette épreuve olympique. Pour le moment, leur prestation est relativement conforme à ce qu’elles ont joué, toute la saison. Néanmoins, compte tenu du climat lourd et humide, leur prestation est honorable. Classée 30ème, Céline Boutier a bien réagi lors de ce second tour, en signant une carte de 68. Moins de bogey et plus de birdie, c’est le cocktail pour grimper au classement. Perrine Delacour ne joue que –1, mais ce petit coup lui permet de rester au contact du Top 10, qui débute à –3. Loin, très loin du podium, les deux françaises ont désormais en ligne de mire le Top 10, comme meilleur résultat. Y parviendront-elles ?

Les bonnes progressions du jour

Avec Nelly Korda, Emily K.Pedersen réalise une des meilleures progressions du jour en gagnant 14 places pour intégrer le podium, 2ème ex aequo avec sa compatriote Madsen et l’inattendue joueuse indienne Aditi Ashok, en passe de ponctuer sa carrière d’une médaille olympique. Mais les deux plus importantes progressions au classement, sont à mettre au crédit de Shanshan Feng (+36) et de l’irlandaise Stéphanie Meadow, qui gagne 25 places. Joueuse de milieu de tableau, Meadow n’était pas attendue parmi les meilleures de cette épreuve où des jeunes femmes du calibre de Ariya Jutanugarn, les sœurs Korda, ou Minjee Lee étaient plus regardées comme potentielles lauréates. Mais l’irlandaise de 29 ans, rookie en 2015 sur le LPGA Tour a réalisé quelques coups d’éclats, notamment en 2020 en signant une 3ème place lors du Pelican Women’s championship. A suivre donc sa progression dans cette épreuve. Enfin, Brooke M.Henderson et Ariya Jutanugarn, les deux joueuses qui ont complètement raté leur entrée en scène, dans ce tournoi, ont réussi à inverser la tendance, lors de cette seconde journée. Plus 13 places pour la canadienne qui fait de cette épreuve, le saint Graal des titres golfiques, et plus 14 positions pour la thaïlandaise qui signe un 67 pour un score de +2 total. Yuka Saso progresse également de 13 places et reste l’une des déceptions de cette épreuve, tant les observateurs la voyaient mieux classée qu’une 34ème position. Mais c’est surtout la japonaise Nasa Hataoka qui étonne, ne parvenant pas à signer mieux qu’un tour en 68 après une première journée en 70. Comme quoi, nul n’est prophète en son pays.

Il y aura-t-il un 3ème tour, ce vendredi ou simplement samedi ? Pour le moment, pas d’annulation prévue et une tendance à la dégradation des conditions météorologiques pour la nuit de samedi à dimanche et plus favorablement lundi. Ce qui permet d’envisager de clôturer cette épreuve, sur quatre tours, si les données fournies par le Comité Olympique, sont fiables. Une chose est certaine, le baromètre devrait baisser de quelques degrés.

Le classement provisoire => ICI

Epreuve féminine J.O : les départs, les stats autour des mats et les positions de drapeaux

  • 7h30 : Nanna Korerstz Madsen – Aditi Ashok – Molinaro Giulia
  • 7h41 : Hsu Wei-Ling – Azahara Munoz – Jodi Ewart-Shadoff
  • 7h52 : Xiyu Lin – Emily K.Pedersen – Madelene Sagstrom
  • 8h03 : Jessica Korda – Céline Boutier – Gaby Lopez
  • 8h14 : Minjee Lee – Patty Tavatabakit – Sophia Popov
  • 8h25 : Ariya Jutanugarn – Hyo Joo Kim – Carlota Ciganda
  • 8h41 : Danielle Kang – Hannah Green – Sei Young Kim
  • 8h52 : Min Lee – Stéphanie Meadow – Perrine Delacour
  • 9h03 : Mariajo Uribe – Pia Babnik – Magdalena Simmermacher
  • 9h14 : Diksha Dagar – Kim Metraux – Tonje Daffinrud
  • 9h25 : Mone Inami – Maria Fassi – Albane Valenzuela
  • 9h36 : Kelly Tan – Alena Sharp – Anne Van Dam
  • 9h47 : Leona Maguire – Bianca Pagdanganan – Matilda Castren
  • 10h03 : Mel Reid – Caroline Masson – Anna Nordqvist
  • 10h14 : Nasa hataoka – Jin Young Ko – Nelly Korda
  • 10h25 : Brooke M.Henderson – Lexi Thompson – Saso Yuka
  • 10h36 : Inbee Park – Lydia Ko – Shanshan Feng
  • 10h47 : Sanna Nuutinen – Maria Torres – Tiffany Chan
  • 10h58 : Klara Spilkova – Manon de Roey – Christine Wolf
  • 11h09 : Maha Haddioui – Lucrezia Colombotto Rosso – Daniela Darquea

Les positions de drapeaux

Les distances moyennes autour des drapeaux

  • Xiyu Lin : 23ème à E
  • Nasa Hataoka : 16ème à -1
  • Azahara Munoz : 7ème à -2
  • Anna Nordqvist : 36ème à +1
  • Brooke M.Henderson : 47ème à +3
  • Mone Inami : 16ème à -1
  • Jodi Ewart Shadoff : 47ème à +3
  • Min Lee : 7ème à -2
  • Maria Fassi : 41ème à +2
  • Matilda Castren : 4ème à -3
  • Céline Boutier : 41ème à +2

J.O : Sagstrom leader, Delacour dans le coup, Boutier lâchée.

Madelene Sagstrom (Photo: LPGA/Getty Images)

Sous l’œil des télévisions du Monde entier, les 60 joueuses du champ se sont élancées et la tenante du titre semble déjà dans le coup. Mais c’est une suédoise qui mène le groupe alors que quelques stars du circuit ont manqué leur entrée en scène.

C’est à nouveau sur le parcours Est du Kasumigaseki country club que l’épreuve féminine de golf a débuté, avec une météo presque trop chaude. Plusieurs joueuses étaient attendes et notamment les trois médaillées qui ont été regroupées pour ce premier départ. Inbee Park et Lydia Ko prenaient un bon élan, surtout la sud-coréenne, qui jouait plein fairway, dès sa première mise en jeu et qui allait signer trois birdie, sur les six premiers trous. Le reste du parcours fut moins prolifique, pour la médaillée d’or en titre, qui ne trouvera que des Par pour conclure sur un double bogey. Son score de –2 la place dans le Top 10, à trois coups de la leader. Pour Lydia Ko, cette entame de tournoi olympique est plus mitigée, avec ce double bogey, sur le 11, qui vient annuler ses efforts, de l’aller. Classée 16ème, à –1, la néo-zélandaise est certes distancée, mais dans le Top 20, ce qui reste une bonne position, pour aborder la suite du tournoi. Elle partage cette position de 16ème avec six autres joueuses, dont la japonaise Nasa Hataoka, sur qui repose de grands espoirs de médaille, à domicile. Quant à Shanshan Feng, la chinoise en bronze de Rio pointe à la 47ème place, à +3. Un score déjà lourd qui a été occasionné par deux bogey à l’aller et trois autres au retour, pour seulement deux birdie. Feng a manqué plusieurs fairway comme au 14, sur son 2ème coup, alors qu’au 16 elle va envoyer sa balle dans le bunker de green et qu’au 17, c’est un problème de profondeur sur l’attaque de green, qui envoie sa balle dans le rough, l’obligeant à jouer un 3ème coup, vers le mat pour y laisser deux putt. La chinoise doit impérativement se ressaisir, si elle veut recoller au groupe de tête.

Les joueuses stars en difficulté

Si Lexi Thompson termine sur le podium avec une médaille c’est un souffle frais qui aura envahi son esprit pour lui expliquer comment rentrer des putt, surtout les plus courts. Celle qui fut la meilleure américaine du circuit continue son pathétique balai sur les green, ratant ce que d’autres réalisent facilement. Classée 36ème à –1, l’américaine a fait plus d’effet avec sa nouvelle coloration bariolée de rouge et bleu, qu’avec son jeu, tout en puissance. Le début de sa journée est marquée par trois bogey (2, 4 et 7) pour un seul birdie sur le 9. Puis, au retour, Thompson va concéder un nouveau bogey, sur le 14 avant d’aligner trois birdie, du 15 au 17. Mais sur le Par 4 du 18, si la mise en jeu était plein fairway, l’attaque de green sera trop à droite, occasionnant  un coup de trop, pour ramener la balle vers le mat. Mais dans l’ensemble, c’est le putting qui reste le point faible de l’américaine qui a peut-être déjà perdu toutes chances de médaille, si son jeu ne s’améliore pas. Départ manqué, également, pour Brooke M.Henderson, qui pointe également à +3. C’est le retour qui fut la bête noire de la canadienne qui concède quatre bogey, sur quatre des six Par 4 du retour. Comme Thompson, trop souvent hors des fairway son putting n’a pas bien fonctionné. Et personne de s’en étonner, puisque c’est ce compartiment de jeu qui pénalise la canadienne, depuis le début de la saison, alors qu’elle a, jusqu’ici, construit une partie de ses résultats sur de belles ficelles. Alena Sharp, sa compatriote, qui a pourtant bien débuté sa journée, pointe également à +3. La feuille d’érable restera-t-elle sur l’arbre ? Mais la plus grosse gamelle du jour est à mettre au crédit de la thaïlandaise, Ariya Jutanugarn. Pas un seul birdie sur sa carte et un score très lourd de +6 pour deux bogey à l’aller et quatre au retour. La joueuse de 25 ans a du pain sur la planche, pour se refaire. Et c’est déjà 11 coups de retard sur la leader.

Delacour encore devant Boutier

Perrine Delacour est une joueuse transformée, depuis son passage sur le Symetra Tour, où elle a remporté le championnat et sa carte pour le LPGA Tour. Désormais assurée de ne pas repasser par les cartes, en fin de saison, la française se lâche, même si tous ses résultats ne sont pas à la hauteur de ses attentes. Néanmoins, à plusieurs reprises, elle a prouvé qu’elle est capable de jouer un ton au-dessus de la n°1 française et de lui voler la vedette. Et celles et ceux qui la connaissent bien, de dire qu’elle a le potentiel pour s’imposer au plus haut niveau mondial, grâce à un jeu puissant et complet. Ainsi, toujours avec des cartes qui transpirent la prudence, Perrine Delacour a signé deux birdie, après un malheureuse bogey, sur le 4ème trou de l’aller. Toujours caddeyée par le mari de Karine Icher, sa carte n’est pas sans rappeler celui de son aînée, qui accumulait les Par et plaçait, ça ou là, un birdie. Néanmoins, c’est le score qui compte et à –1, Delacour est au même rang que Lydia Ko ou Nasa Hataoka. En revanche, Céline Boutier, qui a mis sa première mise en jeu dans le rough, à gauche, ce qui a occasionné un bogey , est à +2. Comme d’autres, le retour lui a posé quelques difficultés et les trois birdie de l’aller (2, 5 et 6), ont été effacés. Cette position en milieu de classement n’est pas catastrophique et il s’agit d’un premier tour. Mais la n°1 française nous a habitué à ces entames de tournoi loin de la tête, qui ont occasionné de rares cartes sous le Par. Telle l’Ana Inspiration, où elle signait une 50ème place en ayant débuté à +3 avec une carte de 69, au second tour. En revanche, depuis le mois d’avril, le jeu de la française a nettement progressé et elle l’a prouvé lors du KPMG Women’s PGA, par une 7ème place après un premier tour à +1. Tout le clan français est donc mobilisé derrière Perrine Delacour et Céline Boutier, avec l’espoir qu’elles remontent au classement et signe un meilleur résultat que les hommes.

Le bon envol de Sagstrom et N.Korda

La numéro 1 américaine est au rendez-vous de cette étape olympique, sa première olympiade. Le début de son parcours avait pourtant mal débuté et l’on a senti une Nelly Korda très concentrée, nettement moins souriante et légère qu’à l’accoutumé. Sans aucun doute le poids de l’enjeu. Après un bogey sur le 2, où elle laissa trois putt, l’américaine signait son premier birdie, sur le Par 4 du 3. Mais au trou suivant, ce score était effacé par un nouveau bogey. Dès lors, la numéro un mondial, enclenchait la vitesse supérieure, signant trois birdie. Au retour, même si elle prit le temps, ce sont deux autres birdie qu’elle inscrivait, pour conclure sa journée à –4, un coup derrière Sagstrom et à égalité avec la joueuse indienne du L.E.T, Aditi Ashok, qui est très bien entrée dans ses jeux. Et derrière, une autre joueuse force l’admiration et concentre les attentions. C’est l’étonnante et souriante finlandaise Matilda Castren, qui a réussi l’exploit, il y a peu, d’aller chercher sa qualification en Solheim Cup. Hormis le bogey du 6, Castren fut à l’aise sur le retour, la où d’autres on trébuché. Avec Jin Young Ko elles sont les deux joueuses à être sorties en 32, du retour. Attention donc à Castren qui est en forme depuis plusieurs semaines et qui pourrait créer l’une des surprises, de la semaine. Mais pour le moment, tous les regards sont braqués sur la suédoise Madelene Sagstrom, qui pourrait aller chercher ce que son aînée, Sorenstam, n’a pas eu l’occasion de décrocher : l’or olympique !. Certes il est trop pour s’avancer à faire un pronostic, mais chez les filles, chacun sait que les niveaux se sont resserrés, ces cinq dernières années et plus encore depuis deux ans. Pas l’ombre d’un bogey pour Sagstrom qui signe donc la meilleure carte du jour. Et bien débuter un tournoi signifie que l’on est en confiance mais aussi que le tracé convient au joueur.

Quoi qu’il en soit, avec un champ regroupant les meilleures mondiales du moment, il faut s’attendre à du mouvement, dans ce second tour. Et la chaleur qui pèse sur le tracé du Kasumigaseki country club, va épuiser certains organismes.

Le leaderboard provisoire => ICI

Epreuve féminine J.O: les groupes, les positions de drapeaux, la météo et la carte du parcours

Le premier tour s’élancera dans la nuit de mercredi à jeudi sur le parcours Est du Kasumigaseki country club, dans la ville de Kawagoe, dans la préfecture de Saitama, au Nord de Tokyo.

  • 7h30 : Mone Inami – Maria Fassi – Albane Valenzuela
  • 7h41 : Kelly Tan – Alena Sharp – Anne Van Dam
  • 7h52 : Leona Maguire – Bianca Pagdanganan – Matilda Castren
  • 8h03 : Mel Reid – Caroline Masson – Anna Nordqvist
  • 8h14 : Nasa Hataoka – Jin Young Ko – Nelly Korda
  • 8h25 : Brooke M.Henderson – Lexi Thompson – Saso Yuka
  • 8h41 : Inbee Park – Lydia Ko – Shanshan Feng
  • 8h52 : Sanna Nuutinen – Maria Torres – Tiffany Chan
  • 9h03 : Klara Spilkova – Manon de Roey – Christine Wolf
  • 9h14 : Maha Haddioui – Lucrezia Colombotto Rosso – Daniela Darquea
  • 9h25 : Nanna Korerstz Madsen – Aditi Ashok – Molinaro Giulia
  • 9h36 : Hsu Wei-Ling – Azahara Munoz – Jodi Ewart-Shadoff
  • 9h47 : Xiyu Lin – Emily K.Pedersen – Madelene Sagstrom
  • 10h03 : Jessica Korda – Céline Boutier – Gaby Lopez
  • 10h14 : Minjee Lee – Patty Tavatabakit – Sophia Popov
  • 10h25 : Ariya Jutanugarn – Hyo Joo Kim – Carlota Ciganda
  • 10h36 : Danielle Kang – Hannah Green – Sei Young Kim
  • 10h47 : Min Lee – Stéphanie Meadow – Perrine Delacour
  • 10h58 : Mariajo Uribe – Pia Babnik – Magdalena Simmermacher
  • 11h09 : Diksha Dagar – Kim metraux – Tonje Daffinrud

La carte du parcours

Le personnel sportif et administratif

Juge arbitre en chef (Chhief referee)

  • Shona McRae (Grande-Bretagne)

Commissaires (Referees)

  • Jin Woo Kim (Corée du sud)
  • Steven Rintoul (Australie)
  • Mark Litton (Grande-Bretagne)
  • Antoinette Giangrosso (USA)
  • Craig Winter (USA)
  • Susan Witters (USA)
  • Malik Shalini (Inde)
  • Michael Raby (USA)
  • Paul Brown (USA)
  • Gen Ichimura (Japon)
  • Noriko Aso (Japon)

Equipe du recording

  • Thomas Tangtiphaiboontana (USA)
  • Linda Yilner (Suède)
  • Dominic Wall (Australie)

Calendrier LPGA 2021 : les épreuves restant à disputer

La trêve occasionnée par les Jeux Olympiques laisse 20 tournois d’achevés, dans cette saison 2021, qui connait, pour le moment, deux annulations, sur le calendrier initial, avec le Blue Bay LPGA, déjà annulé l’année dernière, et très récemment, le Swinging Skirts, sur l’île de Taïwan, en raison de la reprise de l’épidémie. 12 tournois restent donc à disputer et en cliquant sur chaque date, vous accéderez à la page du tournoi.

12 au 15 août 19 au 22 août 4 au 6 septembre
16 au 19 septembre 24 au 26 septembre 1 au 3 octobre
7 au 1 octobre 14 au 17 octobre 21 au 24 octobre
4 au 7 novembre 11 au 14 novembre 18 au 21 novembre

Jeux Olympiques de Tokyo : Instagram tour !

La plupart des joueuses sélectionnées pour l’épreuve de golf des jeux, ont posté quelques photos souvenirs. Voici un tour d’horizon de leurs publications sur Instagram.

Voir également l’article de Golfweek => ICI

Jeux Olympiques épreuves féminines : mode d’emploi

Après la diffusion des images à répétition, des joueurs et joueuses sur les tee de départ, lors de jeux de Rio, France Télévision place les épreuves de golf dans l’anonymat le plus total, en ne diffusant aucune image sur les chaînes du service public.

C’est donc sur l’application France TV que les passionnés vont devoir se rendre, pour tenter de suivre les épreuves, sur smartphone, tablette ou ordinateur. Voici le programme.

Les dates et les horaires

  • Mercredi 4 août : 00h20
  • Jeudi 5 août : 00h20
  • Vendredi 6 août : 00h20
  • Samedi 7 août : 00h20

Où voir

  • Appli France TV Sport (Apple et Android)

Bon courage à toutes et tous si votre matériel n’est pas adapté à l’exercice imposé par le service public.

US Senior Women’s open: Inoxydable Sorenstam !

Photo : USGA

Au cœur d’une actualité sportive surchargée, ce week-end, la suédoise Annika Sorenstam a remporté son 11ème titre majeur, mais cette fois-ci, chez les séniors !

Vainqueur à trois reprises de l’US Women’s open, celle qui est désormais reconnue comme la plus grande joueuse de golf de tous les temps, a décroché un nouveau succès, en Majeur, après une retraite de 13 ans, à laquelle elle a mis un terme, partiellement, en février dernier, lors du Gainbridge LPGA. Ayant fêté ses 50 ans, le 9 octobre 2020, Annika Sorenstam effectué un retour à la compétition dans le cadre du Senior LPGA, catégorie qui réunit les joueuses âgée, d’au moins 45 ans, et dont les premières épreuves ont eu lieu, en 2019. Grâce à ce championnat, les anciennes gloires du circuit mondial féminin, et toujours compétitives, ont l’occasion de vivre une nouvelle carrière sportive et de retrouver leur public tout en s’exposant face à la nouvelle génération. Connue la plus grande figure du golf moderne, Annika Sorenstam manquait à ses fans et au sport, depuis 2008, date à laquelle elle effectua sa dernière épreuve officielle, sur le LPGA tour.

La suédoise a frappé fort, dès le début de cet US Sénior Women’s open en signant une carte de 67, prenant, du même coup, la tête de l’épreuve. Leader après deux tours, la suédoise au 90 victoires et aux 10 Majeurs, n’a laissé aucune chance à son adversaire directe, sa compatriote Liselotte Neumann, également sur le retour et vainqueur de l’US Women’s open, en 1988. Ainsi, les deux anciennes capitaines de Solheim Cup ont tenu le haut du classement, sans quitter leur position. Le 3ème tour fut moins heureux pour Sorenstam, qui rendit une carte de 72, dans le Par total, ponctuée de 3 bogey, avec un retour en 34. Fidèle aux deux premiers scores qu’elle réalisa, Sorenstam ne concéda qu’un bogey pour cinq birdie, dont trois à l’aller et un score de 34. Avec ce 68, elle signe un résultat de final de –12, devançant Liselotte Neumann de 8 coups, et Dame Laura Davies, premier vainqueur de cette épreuve, en 2018, et détentrice du record du tournoi, à –16.

Avec cette victoire, Annika Sorenstam inscrit un 4ème titre majeur à son palmarès, empoche la somme de 180 000 dollars et obtient une exemption pour la prochaine épreuve de l’US Senior Women’s open, qui se déroulera sur le parcours du Pine Needles Lodge & Golf club.

La tenante du titre Helen Alfredsson n’a jamais réussi à jouer sous le Par et clôture cette épreuve à la 7ème place, sur le score de +2. Catriona Matthew, actuelle capitaine du team Europe de Solheim Cup, est 4ème ex æquo, avec un score de –2, en compagnie de la Japonaise Yuko Saito.

A noter que JoAnne Carner, ancienne star du LPGA tour, désormais âgé de 82 ans, a rendu une carte de 79, lors du second tour, échouant 9 coups à franchir le Cut. L’américaine a quand même signé deux birdie dans ce dernier tour, une performance très honorable au regard de son âge. Née le 4 avril 1939, Carner a notamment remporté l’Open américain en 1971 et 1976 et a été capitaine de la Solheim Cup en 1990 et 1994, années victorieuses pour les Etat-Unis. 

Les amateurs récompensées

Elles étaient 33 joueuses amateurs dans le champ et seules 7 survécurent au Cut. Parmi elles, Martha Leach et Helen Port, qui se partagent la 20ème place, pour terminer meilleures amateurs du plateau. Agée de 59 ans, Helen Port est enseignante à Saint-Louis, dans le Missouri, et a été sept fois championne USGA. Quant à Martha Stacy Leach, elle est également une championne nationale USGA et ancienne championne junior universitaire. Elle est née à Savannah, dans l’Ohio, en 1961 et est membre du Hall of Fame de l’association de golf de Georgie. 

Le classement final => ICI

L’article de l’USGA => ICI