Sei Young Kim, se rapproche de l’Olympe !

Création: JHCuraudeau – Photos : LPGA

Avec sa victoire au Pelican Women’s chammpionship, la joueuse sud-coréenne s’est approchée, de très près, du titre mondial. Et il semble désormais à sa porté avant la fin de la saison, sauf performance inédite de Jin Young Ko, qui a effectué son retour sur le circuit cette semaine.

Il s’en ai fallu d’un rien pour que Sei Young Kim s’empare de la place de n°1 mondiale, ce lundi, au terme de son magnifique parcours dans ce Pelican Women’s championship, qu’elle a dominé, de la tête et des épaules, comme à son habitude, en pareille circonstances. Ayant remis ses ambitions de médaille olympique, à plus tard, en raison de l’annulation des jeux Olympique, cette année, la désormais 3ème meilleure joueuse sud-coréenne de l’histoire du golf féminin mondiale, rêve de conquérir le toit du monde, comme l’ont fait, avant elle, inbee Park, Sung Hyun Park et Jin Young Ko. Il lui faut désormais attendre le prochain tournoi pour espérer conquérir le demi point, sinon le point, qui lui sera nécessaire pour détrôner sa compatriote Jin Young Ko. Actuellement, les deux joueuses sont séparées de 0,41pt à la moyenne des scores.

Du côté des françaises, Céline Boutier qui peine à faire valoir son statut de n°1 française, sur le LPGA Tour, depuis la reprise des compétitions, en juillet, perd une place au classement mondial en passant 52ème tout en restant la française la mieux classée. Perrine Delacour, qui a effectué son retour sur le LPGA Tour, cette saison, après une brillante saison sur le Symetra tour, en 2019, progresse de 5 places, en raison de son honorable résultat lors du Pelican Women’s championship. Perrine Delacour s’affirmpe comme la seconde meilleure française sur le LPGA tour et sa 38ème place, provisoire, à la RACE to CME, va lui permettre de disputer la dernière épreuve de la saison. Céline Herbin progresse également grâce à une bonne saison sur le LPGA tour ainsi que sur le Ladies European Tour. Avec 2 places de mieux, elle est désormais 308ème au classement mondial. Enfin, Manon Gidali réalise le coup de la semaine en gagnant 86 places au classement mondial pour passer 661ème.

Le Top 5 mondial ne bouge donc pas avec Nelly Korda troisième, Danielle Kang quatrième et Inbee Park en cinquième position. La japonaise Nasa Hataoka cède, en revanche, sa place de 6ème à la canadienne Brooke M.Henderson.

Le classement mondial, après l’US Women’s open est particulièrement attendu, puisque toutes les joueuses marqueront de précieux points compte tenu du fait qu’un Majeur est mieux côté qu’un tournoi régulier.

A noter que Sei Young est passée en tête de la Money list devant Inbee Park, en tête de la moyenne des scores devant Brooke M.Henderson, en tête du classement de la Joueuse de l’année, devant Inbee Park, en tête du nombre de green en régulation ainsi qu’en tête du classement du nombre de Top 10. Sei Young Kim est donc la joueuse en forme en cette fin de saison.

Les statistiques du LPGA => ICI

Le classement mondial => ICI

Pelican Women’s Championship : Sei Young Kim proche du sacre !

Photo: LPGA/Getty Images

Comme pour d’autres tournois dans lesquels elle prit la tête, la sud-coréenne Sei Young Kim aura tué le suspense en ne laissant aucune place, à ses adversaires, pour la rattraper. Ce dimanche, sur le parcours du Pelican Golf Club, la lauréate du dernier Majeur de la saison est entrée dans l’histoire. En attendant mieux sans doute.

Chacun a encore à l’esprit cette incroyable victoire lors du Thornberry Creek LPGA Classic, en 2018, quand ce petit bout de femme, de 1,63m, s’est échappée pour triompher avec 9 coups d’avance, sur Carlota Ciganda, est signer un record, sur le circuit féminin, avec un score total de –31. Elle avait, la même année, remporté la victoire sur un autre tournoi, avec un score total de –27, égalant le record établi par Annika Sorenstam, en 2001. Si Sei Young Kim n’est pas à proprement parlé la joueuse de tous les superlatifs, elle est celle des performances. Avec trois coups d’avance sur Ally McDonald, au départ de ce 4ème tour, la sud-coréenne de presque 28 ans, ne déroge pas aux règles qu’elle s’est fixées depuis longtemps. Jouer en étroite collaboration avec son caddie et ne pas regarder un leaderboard qui pourrait lui mettre plus de pression qu’il n’en faut. Dès le premier trou, S.Y Kim annonce la couleur et plante un birdie. Ally McDonald, alors sa rivale la plus sérieuse, ne fait pas mieux que le Par. Comme le chantait la Compagnie Créole… c’est bon pour le moral ! A ce moment de la partie, la nord irlandaise Stéphanie Meadow est seulement 5ème. Brooke M.Henderson et Lydia Ko sont les clientes les plus sérieuses pour McDonald, même avec un trou d’écart et deux coups de retard. Au 9, Sei Young Kim va concéder un bogey et McDonald le Par. Avec trois coups d’avance, la sud-coréenne peut encore avancer sereinement. A la sortie des neuf premiers trous, Ally McDonald a refait son retard. D’abord parce qu’elle a trouvé le chemin du birdie, depuis son bogey du 3, en passant de –8 à –11. Ensuite, parce que Sei Young Kim a fait du sur place en alternant bogey et birdie. Trois coups séparent donc celle qui a remporté le dernier Majeur de la saison, et celle qui a signé sa première victoire, en carrière, deux semaines plus tôt. Les trous suivants vont être une partie d’observation et de lutte contre le parcours. Ni Sei Young Kim, ni Ally McDonald ne vont trouver l’ouverture pour placer un birdie.

Le momentum du 14

Après 12 trous, le jeu s’éclaircie et les observateurs ont une meilleure vision de ce que ce tournoi peut réserver. Incontestablement, Sei Young Kim maîtrise son sujet et ne devrait pas laisser la place à la défaite tandis que McDonald s’accroche fermement et peut encore espérer aller chercher un playoff. Quant à la troisième place du leaderboard, trois joueuses jouent d’une égalité parfaite, sur le score de –8. Il s’agit d’Austin Ernst, de Brooke M.Henderson et d’une surprenante Stéphanie Meadow, qui n’a jamais été aussi bien classée de sa carrière, sur le circuit mondial. Mais l’inconsistance avec laquelle elle joue, place, à ce moment de la partie, Austin Ernst et Brooke M.Henderson, favorites pour le troisième rang. Mais la canadienne va stagner à –8 et prendre un bogey sur le 17. Au 18, elle passera très prés de l’exploit, avec un long putt pour birdie, en négociant habilement les pentes du green. La balle passera à quelques centimètres du trou, au grand désespoir des personnalités invitées, qui se sont massées autour du green. Quant à Ernst, sa fin de parcours sera à l’image de sa carte. Une lutte permanente pour signer un birdie en ne décrochant que des Par. Concluant sa journée sur un score total de –8, elle laisse l’ouverture pour la troisième place, à qui saura la conquérir. Et Ally McDonald va se mettre en danger, tandis que Sei Young Kim enfonce le clou. Sur le Par 4 du 14, McDonald place sa balle à environ 1,50m du mat tandis que Sei Young Kim est 4 mètres derrière et que Meadow a un putt d’environ 6 mètres, pour birdie. La nord irlandaise réalise le Par en deux putt. Sei Young Kim se concentre et ajuste la ligne. La balle tombe parfaitement dans le trou et c’est un birdie pour –15 que la sud-coréenne signe, avec quasiment les deux mains sur le trophée. Après le tournoi, S.Y Kim déclarera « J’ai essayé d’avoir un bon feeling sur le retour (…) je crois que j’étais dans le bon momentum au 14 (…) donc après le 14 tout s’est bien passé ». Ou presque, car Sei Young Kim ne trouvera, par la suite, que des Par tout en conservant 5 coups d’avance sur une McDonald qui va se mettre en danger pour la seconde place. Avançant sereinement vers une seconde victoire, cette saison, Sei Young Kim concédait un bogey sur le 18, à cause d’une attaque de green un peu généreuse.

Meadow, meilleur résultat en carrière

Sei Young Kim, largement en tête, le vrai suspense de cette fin de journée a résidé dans l’attribution de la seconde place. Sur le 16, Meadow est à –9 et McDonald à –11. Avec deux trous à jouer, il reste encore une mince opportunité par la nord irlandaise d’aller décrocher le gain de la seconde place. Si Meadow doit se contenter du Par, McDonald concède un coup et retombe à –10. Sur le 17, l’américaine se laisse un long putt d’environ 5 mètres tandis que Meadow est bien plus près. McDonald ne peut faire que le Par avec deux putt alors que Meadow déploie, une fois encore, son meilleur putting pour signer un birdie. A égalité au score, le 18 est désormais le théâtre d’une lutte pour la seconde place. La victoire étant acquise à Sei Young Kim. Comme la sud-coréenne, Meadow va généreusement toucher le green et voir sa balle filer en dehors, réservant un chip compliqué. A l’inverse, McDonald trouve le bon dosage pour placer une balle, sur le green, grâce à un coup d’hybride 4, à 172 mètres. La balle va épouser les courbes du green et revenir vers le mat, pour un putt à suivre, d’environ 3,5 mètres. A environ 25 mètres de la cible, avec balle dans un petit rough, en pente, Meadow ne peut mieux faire que de toucher le début du green, laissant filer sa balle dans l’une de ces pentes infernales, qui sont la signature de la plupart des green de ce parcours. Avec un putt de retour trop long, pour envisager le Par, Meadow concède un bogey, retombe à –9 et laisse McDonald empocher, seule, le gain de la seconde place, sur le score final de –11.

Cependant, à 28 ans, au regard du parcours fastidieux qu’elle a enduré, depuis sa première apparition sur le LPGA tour, en 2013, la joueuse nord irlandaise n’a pas à rougir de ce dernier bogey concédé. Désormais 35ème de la Race to CME, elle gagne ses galons de prétendante à la victoire et intègre le cercle des 40 meilleures joueuses de la Money List. Un beau parcours pour cette jeune femme qui possède déjà deux victoires sur le Symetra Tour et qui a dû affronter des moments difficiles, tant sur le plan sportif que personnel.

La place de n°1 mondiale en ligne de mire

Mais le chemin reste long pour elle, avant de rejoindre Sei Young Kim. La sud-coréenne, en s’imposant pour la seconde fois de la saison, vient égaler la performance d’Ariya Jutanugarn, en alignant un second succès juste après une victoire en Majeur. Elle s’impose également en leader de la Money List, devant Inbee Park et détrône Jiyai Shin, du rang de troisième sud-coréenne la plus titrée de l’histoire du golf féminin, avec 12 succès. Prochaine étape pour cette grande championne, décrocher la place de n°1 mondiale. Un objectif qu’elle s’est fixée et qui pourrait, définitivement, consacrer cette joueuse exceptionnelle !

Réponse ce lundi, vers 16h00, pour savoir si Sei Young Kim détrônera, une autre sud-coréenne talentueuse, Jin Young Ko, au sommet de l’Olympe du golf féminin mondial.

Le classement final =>ICI

Pelican Women’s championship : les départs du 4ème tour et les positions de drapeaux

Teen°1

  • 9h25 : Perrine Delacour – Tiffany Joh – Leona Maguire
  • 10h09 : Alena Sharp – Megan Khang – In Gee Chun
  • 10h20 : Sophia Popov – Caroline Masson – Hee Young Park
  • 10h31 : Jessica Korda – Lindsey Weaver – Ashleigh Buhai
  • 10h42 : Jennifer Song – Angela Stanford – Mel Reid
  • 10h53 : Mi Jung Hur – Elizabeth Szokol – Minjee Lee
  • 11h04 : Austin Ernst – Brooke M.Henderson – Lydia Ko
  • 11h15 : Stéphanie Meadow – Ally McDonald – Sei Young Kim

Pelican Women’s championship : Sei Young Kim s’envole !

Malgré le vent et les risques d’orages, vite écartés, ce troisième tour a livré un résultat presque attendu, tant la joueuse, qui pointe en tête, nous a déjà servi ce scénario, à plusieurs reprises. Avec cinq coups d’avance, la sud-coréenne Sei Young Kim s’est envolée et derrière, une bataille pour les places d’honneur n’a pas fini de s’exprimer.

C’est un exploit et en même temps du déjà-vu. Sei Young Kim, dernière vainqueur en date du KPMG Women’s championship, détentrice de plusieurs records sur le circuit, a déployé, une fois encore, ses ailes de championne, pour s’envoler au score. Un seul bogey est venu ternir sa carte où elle a aligné quatre birdie, sur la fin de la journée, pour laisser sur place, une Ally McDonad et une Stéphanie Meadow, pourtant combatives. Et la complicité caddie joueuse a, sans aucun doute, joué un très grand rôle. « Avec Paul (Fusco) nous travaillons depuis 6 ans », confiait Sei Young Kim. « En dehors du parcours nous sommes de très bons amis. Il est un peu comme mon second père. C’est réellement quelqu’un de très bien et j’ai beaucoup de chances de travailler avec lui », complétait la sud-coréenne, au moins victorieuse une fois par an, depuis 2015. Et quand on lui explique qu’elle est une des trois meilleures joueuses sud-coréenne, Sei Young Kim répond : « je pense que votre pays (les USA) est vraiment très fort et que nous sommes toutes de très bonnes joueuses, sur le circuit ». Une question piège à laquelle elle a répondu par une habituelle modestie. Sei Young Kim en tête, qui domine son sujet et derrière des joueuses qui s’accrochent et qui ne déméritent pas. A commencer par Lydia Ko, qui a connu des hauts et des bas durant ce moving day. La néo-zélandaise confirme son regain de forme et un potentiel physique en hausse, avec des coups plus longs. Tout allait bien pour l’ancienne numéro un mondiale jusqu’au trou n°11, où elle pointait à –6, dans le groupe de tête. Mais au 13, son attaque de green reste courte. S’en suivirent un chip et trois putt pour conquérir un trou, pourtant peu compliqué à prendre. Reléguée en 7ème position, Ko va faire preuve de résilience et rebondir immédiatement. Un birdie sur le 14 puis deux birdie en fin de partie, lui permettent de rester dans la course, certes à 7 coups de Kim mais avec l’espoir d’accrocher la seconde place. C’est donc une très bonne nouvelle que de revoir cette joueuse qui a largement dominé le circuit en battant, elle aussi, des records de précocité, dès 2012, lorsqu’elle n’était qu’amateur.

McDonald et Meadow toujours dans le coup

Mais les deux joueuses qui figent tous les regards se sont bien l’américaine McDonald et la nord irlandaise Meadow. Cette dernière, plus particulièrement, car elle a peu occupé le devant de la scène, ces derniers mois. Au terme de sa sixième année sur le tour, Stéphanie Meadow a plus largement été abonnée au Cut (46) qu’aux places d’honneur. Son meilleur résultat en carrière étant une 6ème place, en 2019, lors du Volunteers of America Classic. Mais depuis 2019, la joueuse de 28 ans est en net progrès. Et la voici sous les feux de la rampe depuis le début de la semaine avec d’excellentes cartes. « Mon swing s’est amélioré. Je me suis concentrée sur mon tempo et cela à commencer à me redonner confiance » expliquait Meadow, en conférence de presse. Autre élément important qui place la joueuse dans un bon état d’esprit, le fait que son fiancé soit également présent, cette semaine avec leur chien. « Kyle m’a dit tu dois juste faire des putts. Tiens toi à ton propre jeu » confessait Meadow dont son compagnon, Kyle Kallan, est sur le sac de Cristie Kerr. Et il est vrai que le point fort de la nord irlandaise est le putting, cette semaine. Un compartiment qui a un peu fait défaut à Ally McDonald, pourtant si brillante, à cet exercice, il y a deux semaines. Auteur d’un sublime trou en un, McDonald s’est bien battue pour rester au contact de Sei Young Kim. Mais en raison d’un jeu moins précis et des putt qui ont frôlé le trou, elle n’a pas été capable de suivre le rythme imposé par la sud-coréenne. Et puis il y a eu ce double bogey, sur le 8, très pénalisant. Néanmoins, l’américaine reste confiante et comme Meadow, elle avoue rester concentrée sur ce qu’elle sait faire, sur son plan de jeu et jouer du mieux qu’elle peut. Néanmoins, l’une comme l’autre ont concédé trop de bogey ce qui n’est pas la meilleure solution pour conquérir une victoire.

Le Top 10 n’a pas dit son dernier mot

Avec des départs parfois rapprochés et des positions de drapeaux plus compliqués, le dernier tour d’un tournoi perturbe souvent les joueuses qui ont bien évolué sur les premières journées. Au contraire, celles qui étaient en difficulté y trouvent, parfois, l’opportunité de revenir au score. Que faut-il attendre de ce dernier tour avec un Top 10 où les joueuses sont à un coup ou deux coups l’une de l’autre ? Sans aucun doute encore du mouvement avec une Austin Ernst et une Brooke M.Henderson qui ont très bien joué en ne concédant qu’un bogey chacune. 65 pour Ernst et 66 pour Henderson, l’américaine et la canadienne sont sérieusement envisagées pour revenir dans le Top 3. L’australienne Minjee Lee, dont on connaît la difficulté à aller chercher la performance dans un dernier tour, réalise, cependant, un moving day en 67 sans bogey. Elle est l’un des joker de ce 4ème tour avec Elisabeth Szokol, qui a rétrogradé de 3 places. Après, il reste ces joueuses à –3 comme Mi Jung Hur celles à –2 telles Mel Reid, Angela Stanford, Jennifer Song, Ashleigh Buhai ou Lindsey Weaver, qui évolue sans caddie.

Quant à Perrine Delacour, à +2, son dernier tour en 69 montre qu’elle est capable de revenir au score en allant chercher quelques birdie. Un retour dans le Top 20 ne pourrait que lui faire du bien.

Rendez-vous, ce soir, dès 19h, sur Golf Channel, pour suivre le dernier tour de ce Pelican Women’s championship, en compagnie de Hervé Marques et de Joanna Klatten.

Le classement provisoire => ICI

Pelican Women’s Championship : les départs et les positions de drapeaux du 3ème tour

Tee n°1

  • 9h25 : Perrine Delacour – Tiffany Joh – Brittany Lincicome
  • 10h20 : Alena Sharp – Jodi Ewart-Shadoff – Caroline Masson
  • 10h31 : Mi Jung Hur – Austin Ernst – Ashleigh Buhai
  • 10h42 : Jennifer Song – Brooke M.Henderson – Robyn Ree
  • 10h53 : Angela Stanford – Minjee Lee – Lindsey Weaver
  • 11h04 : Lydia Ko – Elizabeth Szokol – Sophia Popov
  • 11h15 : Stéphanie Meadow – Ally McDonald – Sei Young Kim

Les positions de drapeaux

Pelican Women’s Championship : Sei Young Kim à l’assaut

Déjà bien à son aise, hier, sur ce parcours, la sud-coréenne Sei Young Kim a enfoncé le clou dans ce second tour, en prenant les commandes du tournoi. Derrière, McDonald et Popov restent bien placées avec une Lydia Ko qui ne lâche rien sans créer l’exploit. Le moving day qui se prépare promet de belles parties et quelques mouvements intéressants dans le Top 10.

Il s’annonce disputé ce troisième tour car si Sei Young Kim a déjà annoncé la couleur, en prenant la tête, des joueuses comme Angela Stanford, Lindsey Weaver, Lydia Ko, Elizabeth Szokol ou encore Brooke M.Henderson, Mi Jung Hur ou Jennifer Song vont probablement monter en puissance et refaire un peu de leur retard sur le groupe de tête. Et gageons que Lydia Ko fera partie du paysage, tant la néo-zélandaise semble revenir à un très bon niveau de jeu. Mais c’est sur le haut du classement que les regards seront surtout braqués.

Car il y a, en tête, un groupe composé d’une surprenante Elizabeth Szokol, qui a joué 66 et qui enchaîne deux très bons tours, les deux meilleurs de sa jeune carrière sur le LPGA Tour. « je suis très excitée du résultat de ces deux journées », expliquait la joueuse américaine. « Le parcours est bien et je suis impatiente d’y retourner. Mais c’est un parcours difficile où il y a eu beaucoup de vent ces deux premiers jours » ajoutait Szokol qui trouve, également, les green assez fermes et rapides, mais aussi difficiles à putter. Malgré ses difficultés, l’ancienne étudiante de l’université de Virgine a su s’adapter pour une carte comportant cinq birdie dont quatre sur le retour. Un bogey sur le 6 la prive d’une égalité avec Sophia Popov, première joueuse du Top 3. L’allemande perd la tête du tournoi mais reste au contact. « Je me sentais bien en début de journée » confirmait l’allemande qui reste très confiante. Et un birdie sur le 1 attestait de cette dynamique. Mais sur le second trou, Popov commit une erreur de cible en prenant le green, lui coûtant un double bogey. « j’ai manqué pas mal de zones cibles sur plusieurs green ce qui m’a coûté un double et un bogey. Mais dans l’ensemble j’ai surpassé ce sujet en rentrant pas mal de Par donc je suis assez satisfaite de ma journée » concluait Popov, qui n’est qu’à deux coups de S.Y Kim. Egalement à –6, une surprenante Stéphanie Meadow, caddeyée par John Killeen, qui caddeya Gerina Piller lors du Reynolds Lake Oconee. La britannique signe une carte de 65 avec un très beau retour, sur les neuf premiers trous, où elle réalise quatre birdie. Il s’agit de sa seconde meilleure carte de la saison, après le 65 du Walmart NW Arkansas, en août dernier, sur un Par 71. Reste à savoir comment elle va se comporter sur les deux prochains tours.

Deux vainqueurs en leader

Si Sei Young Kim est largement connue des spécialistes, Ally McDonald doit encore prouver qu’elle sait tenir son rang et rester au contact pour conserver ses chances de victoires. Certes, son talent n’est plus à prouver, mais il ne suffit pas d’être une très bonne joueuse de golf en tapant bien la balle, il faut encore avoir le mentale pour et une bonne intelligence de jeu, pour rester dans la course. En s’imposant, il y a deux semaines, l’américaine qui a brillé en Solheim Cup, a franchit un cap décisif. Séparée de son sponsor à chaussettes à carreaux, elle se fait désormais remarquer par sa position au leaderboard. Troisième, hier, à –3, la voici seconde à –7 grâce à une journée exceptionnelle. Et même si elle concède un bogey, sur ce tracé aux green un peu difficiles à négocier, McDonald se paie, une fois encore, une tranche de bonheur en étant à un coup de la tête. « j’ai réussi à très bien faire rouler la balle au putting, aujourd’hui, ce qui m’a permis de me mettre en confiance » déclarait McDonald après sa partie. Mais elle a tout de même accumulé un peu de pression sur son jeu, en général, notamment parce qu’elle doutait, jusqu’ici, de sa frappe de balle. Et il est important, pour l’américaine, d’être en confiance avec son jeu car, devant, la sud-coréenne Sei Young Kim nage encore dans le bonheur, comme à chaque fois qu’elle est en tête d’un tournoi. Ce n’est pas seulement une carte de 65 qu’elle signe, c’est aussi une journée sans bogey, ce qui, sur le plan psychologique, rassure et marque les esprits, en général. Mais n’allez pas croire que Kim a déroulé tout le parcours en confiance. Loin de là, ce qu’elle confirme : « Vous savez, ce fut difficile de se créer des chances de birdie. Spécialement sur le neuf de retour. Parce que la position des drapeaux était compliquée. Ils étaient positionnés sur des zones ondulés et si vous manquiez cette zone, c’était difficile de revenir dessus » confiait Sei Young Kim au terme de sa journée.

Des positions de drapeaux qui ont probablement coûté le Cut à la française Céline Boutier, qui a manqué d’envergure pour se mesurer au Pelican de Belleair. Seule Perrine Delacour poursuit l’aventure, timidement, à +1, en 25ème position. Reconnue pour ce talent qui ne demande qu’a s’exprimer, Delacour signe trois bogey pour deux birdie mais ne peut totalement rougir de cette carte. Brittany Lincicome, Tiffany Joh, Amy Olson, JeongEun Lee, Cristie Kerr ou Lindy Duncan n’affichent pas mieux qu’un score de +1 au général. Quant à Jin Young Ko, elle chemine tranquillement, pour ce tournoi de reprise, en signant une carte de 71 pour un score total de +3.

Trois joueuses ont quitté prématurément ce tournoi dont deux pour raison de santé. Jasmine Suwannapura est malade tandis que Natalie Gulbis s’est blessée. Enfin, Yu Liu a été disqualifiée pour avoir oublié de signer sa carte. Mais où est donc Axel Bettan ???

Retour, à 19h, ce soir, pour suivre le moving day de ce Pelican Women’s Championship, sur Golf Channel.

Le classement provisoire => ICI

Pelican Women’s championship : les départs et les positions de drapeaux du 2ème tour

Tee n°1

  • 7h32 : Perrine Delacour – Kristen Gillman- Caroline Masson
  • 7h45 : Cheyenne Knight – Hee Young Park – Céline Boutier
  • 12h10 : Minjee Lee – Austin Ernst – Brittany Altomare

Tee n°10

  • 7h32 : Sophia Popov- Jin Young Ko- Ally McDonald
  • 7h43 : Brooke M.Henderson – Lydia Ko – Nasa Hataoka
  • 8h05 : Ashleigh Buhai – Eun-Hee Ji – Angela Stanford
  • 12h10 : Jodi Ewart-Shadoff – Katherine Kirk – Xiyun Lin
  • 12h32 : Alena Sharp – Su Oh – Nanna Koerstz Madsen

Pelican Women’s championship : Popov prend la main !

Ce premier tour était attendu au regard de la nouveauté que présente ce parcours. Si les scores du matin ont été un peu lourds, ceux de l’après-midi ont réussi à descendre et parfois de manière surprenante, avec un vent, certes faible, mais qui a perturbé de nombreuses parties.

C’est encore l’été indien dans le cadre paradisiaque du Golfe du Mexique où les 108 joueuses se sont élancées dans ce tournoi inaugural, dès 7h10 du matin. Au terme de cette journée, l’allemande Sophia Popov a pris la main, dans ce tournoi, grâce à un putting précis, quelle qu’en soit la distance. La vainqueur du British Women’s open a déclaré qu’elle avait très bien joué lors des parties de reconnaissance et que son putting fonctionnait bien. « Hier, en Pro-am, j’ai effectué un très bon neuf trous » assurait l’allemande, qui semble toujours être sur un nuage, après sa victoire en Majeur. Sur un Par 70, Popov signe sa meilleure carte en carrière avec un 64 qui aurait pu battre le record du parcours, si, dans les derniers trous, elle avait eu un plus de réussite, avec son putting. Un bogey sur le 13 et un autre sur le18, alors qu’elle était à deux mètres du trou, pour assurer le Par, l’empêchent de créer l’exploit, dans cette première journée. Mais il y a eu, également, le birdie manqué du 17, lorsqu’elle pointait encore à –7. Dans l’ensemble, l’allemande est confiante et s’estime heureuse de cette première journée rendue compliquée, en raison du vent qui a, parfois, soufflé un peu fort, sur un tracé où il y a peu d’arbres pour couper le vent.

Néanmoins, les green sont larges. Très larges. Pour autant, les joueuses doivent cibler la zone de retombée de balle en raison des pentes subtiles présentent sur l’ensemble des green. En prenant en compte le fait que certains green sont un peu plus hauts que le fairway, et en y ajoutant la force du vent, la stratégie de jeu est essentiellement concentrée sur la prise des mats.

Pour le moment, l’allemande Sophia Popov est la joueuse qui a le mieux exploité les forces et faiblesses de ce tracé tout en étant talonnée, au score, par des joueuses qui ont maintes fois prouvé leur capacité à se jouer des difficultés.

Buhai, Kim et McDonald complètent le trio de tête

Un peu irrégulière dans ces résultats, la sud-africaine Ashleigh Buhai a réalisé deux belles performances ces dernières semaines. D’abord seconde lors du Cambia Portland Classic, elle a décroché une 6ème place lors du ShopRite LPGA Classic. La voici à nouveau placée dans le trio de tête avec une carte de 66 en ayant débuté par un bogey, sur le 2. Avec 12 green en régulation, contre 13 pour Popov, Buhai a fait la différence au putting et sur sa capacité à bien doser ses approches et ses putt. Car la clé du succès sera de jouer juste, autour et sur les green, les rough étant peu pénalisant, cette semaine. Alors que Sei Young Kim a occupé la tête du classement provisoire, une bonne partie de la journée, Buhai, dont le départ fut donné à 12h21, en compagnie d’Angela Stanford et de Eun-Hee Ji, est progressivement remontée au score, pour s’imposer à –4, devant S.Y Kim, à –3. Ce sont notamment les birdie du 17 et du 18 qui permettent à la sud-africaine de se placer à deux coups de l’allemande. « je pense qu’aujourd’hui il fallait simplement rester patiente et toucher le green dans une large portion », déclarait Buhai. « Et ensuite, pour réaliser un score très bas il fallait que le putter soit très chaud » complétait-elle. Un point sur lequel tous les observateurs s’accordent. Ainsi, à –3, outre Sei Young Kim, l’américaine Ally McDonald se joint à la fête avec sa carte de 67. La récente vainqueur du circuit est en forme, bien dans son golf et montre qu’en cette fin de saison, son niveau de jeu est solide, et probablement à la hauteur d’un nouveau succès. Et avec la double victoire d’Emilie K.Pedersen, chacun prend bien conscience qu’il est parfaitement envisageable de voir une joueuse s’imposer, coup sur coup, fréquemment.

La cinquième position est complétée par huit joueuses où l’on retrouve des noms auquel le succès est attaché comme Minjee Lee et Brooke M.Henderson. Mais la britannique Jodi Ewart-Shadoff est également dans ce groupe de tête, une position qu’elle occupe de plus en plus souvent, au début d’un tournoi. A elle de passer le stade supérieur en allant chercher une victoire.

Jin Young Ko à l’échauffement

Le retour de la numéro un mondiale, sur le circuit, est l’événement de la semaine. La pandémie est venue chambouler les projets de Jin Young Ko qui avait projeté de revenir un peu après le début de la saison. Or, l’annonce du LPGA Tour de suspendre les tournois fut un « choc », comme l’a très bien expliqué Ko, en conférence de presse. « C’était une bonne décision », assure-t-elle, « mais ce fut un moment difficile à vivre ». Chez elle, en Corée du sud, Jin Young Ko est restée active en pas seulement en s’entraînant au golf. « Ces deux dernières saison j’ai beaucoup voyagé et j’ai donc beaucoup cuisiné aux Etats-Unis. Aussi, j’ai choisi d’aller dans un cours de cuisine pour partager mon expérience et donner plein d’idées de recettes. Mais j’ai aussi fait beaucoup de méditation, pendant cette période, en plus des nombreuses séances d’entraînement » déclarait Jin Young Ko, mercredi dernier. Le retour sur les fairway du circuit américain n’a pas apporté le meilleur résultat et c’est avec un score de +2 que la n°1 mondiale sort de ce premier tour. Néanmoins, chacun  a pu apprécier sa maîtrise du jeu sur ce parcours qu’elle découvre. Ko conserve tout son potentiel et il faut parier qu’elle survivra au Cut tout en progressant au classement. Elle partage le 46ème rang avec la française Céline Boutier, épaulée par son nouveau caddie, ultra expérimenté, mais aussi avec Madelene Sagstrom, Linnea Strom, Ryann O’Toole ou encore Mo Martin qui signe un retour à la compétition, après quelques problèmes physiques. Enfin, Perrine Delacour réalise une journée dans le Par, pour une 22ème place.

Retour sur Golf Channel, ce soir, à 20h30, pour suivre le second tour du Pelican Women’s championship, en compagnie de Hervé Marques et de Joanna Klatten.

Le classement provisoire => ICI

Pelican Women’s Championship : l’essentiel à savoir

Historique

Il s’agit d’un tournoi inaugural instauré dans le contexte de la crise sanitaire, afin d’étoffer le calendrier. En raison de la crise sanitaire, l’épreuve se déroulera sans spectateurs.

Le champ de joueuses

Le haut du panier du golf mondial, chez les féminines, est de retour, cette semaine, sur le LPGA Tour. Les françaises Céline Boutier et Perrine Delacour sont en lice alors que Céline Herbin poursuit son parcours sur le Ladies European Tour. Nos françaises vont donc retrouver Lydia Ko, Brittany Altomare, Ashleigh Buhai, Sarah Burnham, Austin Ernst, Brooke M.Henderson, ou encore Lexi Thompson et Morgan Pressel qui joue à domicile. Mais ce tournoi fait l’objet de bonnes nouvelles avec le retour de Jin Young Ko et de ses compatriotes Jeongeun Lee6 et Mi Jung Hur. Les joueuses sud-coréennes avaient préféré rester loin de ces Etats-Unis d’Amérique, où la gestion de la crise faisait craindre le pire, en comparaison de la gestion sanitaire, dans leur pays. La Corée du sud qui peut s’enorgueillir d’être un de ces pays d’Asie à avoir bien contenu le virus, depuis le léger pic, ressenti cet été. Et c’est sans doute en ayant compté sur la discipline mentale légendaire de sa population, que les autorités n’ont pas eu besoin de recourir au confinement.

Le retour des joueuses sud-coréenne marque donc un événement dans cette saison, si particulière, mais aussi au cœur de ce tournoi inaugural.

Les australiennes reviennent également en force avec la présence de Hannah Green, Katherine Kirk, Minjee Lee, Su Oh, Gabriela Ruffels, Sarah Jane Smith et Karrie Webb, elle aussi locale de l’étape puisque installée en Floride. L’Aussie vétéran n’a pas évolué sur le LPGA Tour depuis l’ISPS Handa Women’s Australian Open, en février dernier. Quant à Minjee Lee, c’est auréolée de sa victoire à Dubaï, sur le L.E.T, qu’elle foulera les fairway du Pelican Golf Club.

Comme pour le tournoi précédent, le champ est limité à 108 joueuses avec un Cut pour les 70 premières et ex æquo.

Moriya Jutanugarn sera absente après avoir été testée positive au Covid-19. Sa sœur ne sera pas présente, également.

Les caddies

Quelques changements de caddie cette semaine, à commencer par le célèbre Colin Cann, bien connu pour avoir été sur le sac de Paula Creamer, qui secondera la française Céline Boutier. Perrine Delacour récupère l’ancien caddie de la n°1 française. De fait, David Poitvent, qui caddeyait Perrine Delacour est sur le sac de Xiyu Lin. Ian Meierling, qui fut également le caddie de Perrine Delacour, en 2018, et qui caddeyait Andrea Lee lors du Reynolds Lake Oconee, laisse sa place à Andrew Dearden sur le sac de la rookie américaine. Jason Hamilton, ancien et fameux caddie de Lydia Ko, sera sur le sac de JeongEun Lee6 en remplacement de Graeme Courts, dernier caddie à avoir accompagné la sud-coréenne, sur un parcours en 2019. En revanche, pas de changement pour Jin Young Ko qui revient sur le circuit avec David Brooker. On ne change pas une équipe qui gagne.

Le parcours

Situé sur la côte Ouest de la péninsule floridienne, le parcours du Pelican Golf Club est un links en bordure du Golfe du Mexique, sur la même latitude que Tampa. Il fut créé en 1925 par l’architecte Donald Ross. A l’image des parcours de cette région du Monde, l’herbe utilisée est essentiellement de la Bermuda grass, du tee au green. Plusieurs pièces d’eau sont évidemment présentes et elles sont en jeu sur dix trous. Cinquante deux bunker défendent le tracé et sont autant en défense des green qu’en position stratégique sur le premier coup. Le parcours est peu arboré, ceinturé par de nombreuses habitations, pour ne pas dire étouffé dans une zone très urbanisée. Son tracé moyen est long de 6268 yards, soit 5731 mètres, avec une distance LPGA retenue de 5809 mètres. Une distance susceptible d’être modifiée en raison des éventuelles intempéries. La semaine passée, des pluies torrentielles se sont abattues sur le parcours, occasionnant plus de 170 mm d’eau. Enfin, il s’agit d’un Par 70 de 35 à l’aller comme au retour.

Le tracé a été rénové en 2001 pour la somme de 2,4 millions de dollars avec des travaux au niveau des green, des tee de départ et la création de nouveaux chemins pour les chariots et les voiturettes. Mais aussi en intervention sur le système d’irrigation qui a été changé. L’environnement et les abords des fairway ont également été travaillés avec de nouvelles plantations d’arbustes. Un parcours de style victorien qui devrait plaire à la plupart des joueuses. A noter que Morgan Pressel joue a domicile étant native de Tampa.

Par :70

Distance LPGA : 5809 mètres

Tee : Tif Grandbermudagrass

  • Fairway : Bermudagrass
  • Rough : Bermudagrass
  • Green : TifEagle Bermudagrass

Tonte

  • Fairway : 1,20 cm
  • Rough : 6,35 cm
  • Green : 0,317cm

Stimpmeter : 11,5

Sponsor et dotation

Ce nouveau tournoi rassemble de nombreux partenaires dont le principal est la société DEX Imaging, basée à Tampa. Cette compagnie fondée en 2008, est une entreprise familiale spécialisée dans les métiers de l’impression, des copieurs et des scanners de bureautique, dans le cadre de la transition numérique. Cette compagnie, dirigée par Dan Doyle Jr, fils du fondateur, s’est notamment illustrée en reversant un tiers de ses bénéfices à des organisations à but non lucratif ainsi qu’un autre tiers à ses employés. Autre partenaire, la société EIGER marketing Group, spécialisée dans le sponsoring et l’accompagnement d’organisateurs de manifestations sportives. Bon nombre de ses clients sont bien connus du LPGA Tour puisqu’ils se nomment AIG, ACER, ShopRite, Dex Imaging ou encore Coca Cola et Microsoft. C’est cette structure qui permet à ce Pelican Women’s Championship de figurer au calendrier du LPGA Tour 2020, mais aussi au Hugel Air Premia LA Open et au ShopRite LPGA Classic, de poursuivre l’aventure sur le circuit mondial féminin de golf.

Quant à la dotation, elle est symbolique, avec ses 1,3 millions de dollars, au regard des autres dotations dont bénéficient les tournois réguliers et bien installés au calendrier. Cependant, en cette période exceptionnelle, cette dotation n’est pas la plus faible de la saison, puisqu’elle pointe devant le Diamond Ressorts Tournament of Champions à 1,2 million de dollars ou le LPGA Drive On championship, à 1million de dollars. La prime à la lauréate étant de 225 000 dollars.

Les horaires Golf Channel

  • Jeudi 19 : 20h30
  • Vendredi 20 : 20h30
  • Samedi 21 : 19h00
  • Dimanche 22 : 19h00

Rediffusion

  • R1 vendredi 20 : 09h40 et 16h10
  • R2 samedi 21 : 08h35 et 23h05
  • R3 dimanche 22 : 08h05 et 15h55
  • R4 lundi 23 : 02h35 et 9h40 et 18h20

LPGA Drive On Championship Reynolds Lake Oconee : Champagne pour McDonald !

Photo: LPGA/Getty Images

Si c’est une année difficile pour certains, c’est une heureuse année pour d’autres. Après s’être mariée, en mai dernier, l’américaine Ally McDonald remporte son premier succès en carrière mais elle inscrit, aussi, son nom dans l’histoire de ce tournoi, en étant la première à le remporter.

Certains passent leur temps à chercher le sens de la vie et d’autres vivent ce qu’il y a vivre, sans se poser plus de questions. Néanmoins, ils se battent pour obtenir le résultat souhaité. La recette a fonctionné pour l’américaine Ally McDonald, cette semaine, qui s’offre, pour son anniversaire, la première victoire de sa carrière. Et c’est peut-être dans cet événement qu’elle a puisé sa force, ne voulant pas, inconsciemment, souffler les bougies sans un beau cadeau.

Mais qu’il fut long le temps pour arriver jusqu’à cet instant de bonheur et de délivrance. Quatre ans que la joueuse de 28 ans y songeait mais aussi depuis ces derniers 18 trous qu’elle a su gérer avec force et technicité. Si elle s’élançait avec un coup d’avance, ce coup la mettait tout autant en confiance qu’en danger. Car un coup, au départ d’un dernier tour, quand on a derrière soi des joueuses tout aussi capables d’aller chercher l’ultime birdie, peut vite occasionner du stress. Danielle Kang fut de celles-ci, avec la jeune Pagdanganan, qui a marqué les esprits, mais aussi Carlota Ciganda ou Mina Harigae, qui se sont bien battues, pour rendre ce tournoi attractif et le dénouement incertain, jusqu’au bout. Et rien ne fut simple, une fois encore, pour toutes ces joueuses prétendantes au titre. A commencer par Ally McDonald qui eut un peu de mal à faire évoluer sa carte. Stagnant à –13, sur les trois premiers trous, l’américaine parvenait à signer son premier birdie sur le Par 3 du 4. Bianca Pagdanganan restait abonnée au Par, à –12, alors que Danielle Kang revenait à hauteur de la philippine, par un birdie au 2. Sur l’ensemble des neuf premiers trous, Danielle Kang se montra plus incisive, alors que Pagdanganan donnait l’image d’une joueuse ne parvenant pas à concrétiser ses efforts. Et dans les parties de devant, d’autres joueuses espéraient encore.

Bon retour de Ciganda et Harigae

Donnait comme potentiel vainqueur, l’espagnole Ciganda s’employait à faire fructifier chaque coup repris au parcours. Hélas pour elle, un bogey chassait le précédent birdie et une suite de Par, du 7 au 13, lui fit perdre un temps précieux, pour revenir au contact du groupe de tête. Dans sa partie, Kirk et Harigae se battaient également, dans la droite ligne de ce qu’elle ont produit les jours précédents. Et Harigae était la plus en veine en étant passée de –9 à –11, en quatre trous, sans bogey. Une carte vierge de bogey qu’elle conserva jusqu’à la fin de cette journée. Et comme Ciganda, elle ne trouva que des Par jusqu’au 13. Quant à Kirk, le bogey du 5 effaça le birdie du 3, et c’est au 11 qu’elle retrouva la possibilité de remonter au score, avec une belle ficelle d’environ 6 mètres. Dans l’ensemble, ce groupe démontrait toute son application à bien faire sans en avoir la réussite. Après que Kirk eut signé un nouveau birdie au 11, ce fut au tour de Ciganda et Harigae de se relancer… mais un peu tardivement. Car devant, le trou était fait par une Ally McDonald déterminée.

Un beau final et quelques larmes

Le jeu s’est accéléré dès le trou 11 où Ally McDonald pointa en tête, à –16, devant Danielle Kang à –13, Pagdanganan à –12, et le groupe Ciganda, Harigae et A.Jutanugarn à –11. Les conquêtes de mats se faisaient dans la difficulté tout comme la prise de birdie. Aussi, les écarts évoluaient peu. Mais voilà, McDonald enfonça le clou sur le 10 en signant une belle ficelle d’environ 10 mètres, pour passer à –16 alors que Kang fut la seule à limiter l’écart qui venait de se creuser. Au trous suivant, McDonald signa son troisième birdie de suite et passa à –17 après s’être placée à 2 mètres du mat. Trop loin du trou, Kang ne trouva qu’un Par tandis que Pagdanganan y était abonnée depuis le début de sa partie. Alors que chacun croit que l’américaine de 28 ans file vers la victoire, sans encombre, voici qu’elle trébuche au 13, en concédant un bogey. Et Kang en profite pour se placer à 3 mètres du mat, en position de birdie. Qu’elle rentre. Au 14, Kang reprend la main et réduit l’écart. Les deux joueuses sont à un coup, l’une de l’autre. McDonald tient bon tandis que Kang donne le sentiment qu’elle va écraser, une fois encore, l’adversité. Mais c’est sans compter sur la force mentale de McDonald. Cette dernière va se battre, jusqu’au bout. Au 15, Danielle Kang, trop gourmande, voit sa balle sortir du green et prendre la pente vers le rough. Par chance, le lie lui permet de réaliser un chipp dans de bonnes conditions. Le putt qui suit ne prend pas la trajectoire escomptée, par la joueuse et c’est avec un bogey que Kang sort du 15. A l’inverse, McDonald trouve la bonne ligne en profitant de la lecture du putt de sa compatriote. Quant à Pagdanganan, le birdie ne tombe toujours pas et c’est un 15ème Par qu’elle inscrit. La joueuse philippine semble dépitée. Pendant ce temps, Carlota Ciganda et Mina Harigae ont fait le spectacle. La première a rentré un chipp d’environ 20 mètres, pour birdie, sans voir le trou et la seconde signe une ficelle de 4 mètres pour –13. Enfin, n’oublions pas Ariya Jutanugarn qui, après une balle dans l’eau au 18, va concéder deux putt pour finir sa journée avec un bogey mais une belle 6ème place finale.

La victoire va donc se jouer sur les deux derniers trous. Et pas seulement. D’abord, Bianca Pagdanganan débloque le compteur en se mettant près du mat, au 17, pour un premier biridie. Ensuite, McDonald, trop loin derrière le mat, va concéder un bogey quand Kang manquera sa chance pour birdie, en étant pas assez agressive sur ce putt, qui aurait pu faire basculer le résultat final. La balle de l’américaine viendra mourir au bord du trou, sans toutefois altérer les espoirs de Kang, de s’imposer sur le 18. Et sur ce trou, elle va placer sa mise en jeu au plus mauvais endroit, dans le rough, dans la pente du bunker de fairway. A porté de bois du green, elle va sérieusement envisager d’attaquer en deux, ce dernier, avant de se raviser, sur les conseils, judicieux, de son caddie. McDonald joue la prudence et place un 3ème coup à une centaine de mètre du green, laissant la pièce d’eau à faible distance. Quant à Pagdanganan, à 155 mètres du green, elle tente l’approche au fer 7 et échoue dans le bunker, derrière le mat. Le troisième coup de Kang est donc décisif. Et un eagle peut tout changer. Il manque de surgir quand, à 66 mètres du mat, elle place un coup parfait avec une balle qui frôle le trou. L’exploit n’a pas eu lieu mais la tentative nous rappelle combien la numéro 5 mondiale reste dangereuse jusqu’au dernier coup. Finalement, après le second et dernier birdie de Pagdangagnan et celui de Kang qui scellent la seconde et la troisième place, McDonald va se contenter du Par pour décrocher, avec un coup d’avance sur sa compatriote, une victoire aussi belle qu’émouvante et justifiée, le jour de ses 28 ans.

En conférence de presse, Ally McDonald confiera « je peux dire que c’est comme décrocher la place de n°1 mondiale. Cela faisait tellement longtemps que j’attendais ce moment car je savais que j’avais le potentiel pour gagner ici. Ce sont quatre années d’attente durant lesquelles je suis restée patiente ».

Pour son entrée dans le cercle des vainqueurs, Ally McDonald remporte la somme de 195 000 dollars ainsi qu’une montre Rolex de son choix, tout en grimpant de la 38ème à la 8ème place de la Race to CME.

Prochain tournoi, le 19 novembre, pour une nouvelle épreuve inaugurale, en Floride. D’ici là, bon vent à toutes et tous.

Le classement provisoire => ICI